Entre-deux-tours à NY : des réactions, de la mobilisation et des consignes de vote

Par Rachel Brunet | Publié le 15/04/2022 à 16:51 | Mis à jour le 20/04/2022 à 11:18
Soirée de résultats du premier tour des élections présidentielles

Le 10 avril 2022, les Français ont placé en tête du deuxième tour à l’élection présidentielle 2022 Emmanuel Macron, avec quelque 27.8 % des voix, suivi de la candidate d’extrême-droite, Marine Le Pen, qualifiée avec 23.1 %. À New York, quelles sont les réactions, la mobilisation et les consignes de vote ? Tour d’horizon.

 

Réactions et consignes de votes

Après les Français de Boston (qui ont voté à 61.9 % en faveur du président sortant), ce sont les Français de New York qui ont, dans le monde, le plus massivement voté pour Emmanuel Macron lors du premier tour de l’élection présidentielle 2022 avec 61.46 % des voix. Marine Le Pen, pourtant au second tour, n’emportant que 2.56 % des voix chez les Français de la circonscription de New York, du New Jersey, du Connecticut et des Bermudes. « C’est un premier obstacle franchi avec succès par Emmanuel Macron en France et en Amérique du Nord. Maintenant, c’est une nouvelle campagne qui commence. Le vote des Françaises et des Français aux États-Unis et au Canada sera extrêmement important dans un second tour très ouvert, » commente Roland Lescure, député des Français de l’étranger et porte-parole de LAREM.

Pascal Royer, élu local à New York, rajoute, « les Français se sont exprimés et, en France, avec une participation supérieure à ce qui était prévue. Cela fait plaisir que la démocratie soit encore vigoureuse malgré les circonstances de cette campagne. Il est inquiétant que, par contre, à New York, la participation soit aussi faible. À l'inverse, la circonscription de New York, avec un score de 61.4 % pour Emmanuel Macron, nous place dans le peloton de tête des scores pour le président sortant. Nous remercions les électeurs de la circonscription d'une telle confiance pour Emmanuel Macron. »

Militants et quelques électeurs En Marche New York s’étaient d’ailleurs retrouvés dimanche dernier afin d’accueillir ensemble les résultats du premier tour. « Les résultats d'Emmanuel Macron, en net progrès en France, ont été accueillis avec beaucoup d'enthousiasme. Nous restons néanmoins concentrés sur le deuxième tour et sur l'importance d'avoir une bonne participation pour apporter au président le plus grand nombre de voix, » explique Pascal Royer. Le rendez-vous était donné au restaurant Lena, dans le West Village. C’est d’ailleurs dans ce restaurant français que Roland Lescure donne rendez-vous à la communauté française de New York, afin de suivre ensemble le débat de l’entre-deux tours, ce mercredi 20 avril, dès 14 heures.

Alors que la campagne bat son plein pour le second tour, tous les partis sont à l’œuvre pour l’avenir de la France, mais aussi de l’Europe et du monde. Catherine Benoît, représentante de La France Insoumise à New York, explique, « avec Jean-Luc Mélenchon en troisième position, nous assistons à une reconfiguration des mouvements et partis politiques en France. L'Union Populaire est la troisième force politique du pays et la première formation à gauche, loin devant les partis bien plus établis historiquement que sont le PC, PS, LO, le NPA et EELV. Dans les circonscriptions des Français de l'étranger, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en deuxième position avec près de 22 % des voix. Les formations suivantes sont au plus à 8.67 % avec Zemmour. L'Union populaire est donc aussi la première formation politique de gauche chez les Français de l’étranger, et cela même aux États-Unis où les Français votent plutôt à droite. » Et de rajouter, en guise de consigne de vote, « Jean-Luc Mélenchon a précisé cinq fois qu'il ne faut pas donner une seule voix à Mme Le Pen’, puisque ses détracteurs ne l'avaient pas entendu en 2017. L'Union populaire prépare maintenant les législatives. ».

Pour le Parti socialiste, la douche a été froide, avec 1.7 % des voix en faveur de la maire de Paris, « c'est une défaite importante pour le Parti socialiste et sa candidate. Le Parti socialiste doit se poser les bonnes questions et tirer des conclusions rapides pour les prochaines échéances. Nous pouvons offrir une alternative crédible de gouvernement de gauche. Anne Hidalgo a appelé à voter pour Emmanuel Macron et nous appelons à faire barrage à l'extrême droite. À New York, nous devons nous mobiliser, avec les autres forces de gauche, pour faire entendre la voix du socialisme et de l'écologie, lors de la bataille des législatives, » explique Sullivan Berthier, représentant du Parti socialiste à New York.

Si pour En Marche, l’objet est bien de voir Emmanuel Macron réélu président de la République, pour bon nombre d’autre partis, l’objet est d’éviter de voir la France tomber entre les mains du Rassemblement National. Eric Zemmour, candidat d’extrême-droite malheureux à la présidentielle, a clairement, au soir du 10 avril, appelé ses adhérents à voter pour l’autre candidate d’extrême-droite, Marine Le Pen. À New York, nous avons contacté l’un des représentants du parti Reconquête qui n’a pas donné suite à notre demande d’interview. Idem pour le représentant new-yorkais de Valérie Pécresse — arrivée sous la barre des 5 % — qui n’a pas donné suite à notre demande. Si madame Pécresse a clairement signifié qu’elle donnerait sa voix au président sortant, les positions divergent au sein du parti Les Républicains, amenant d’ailleurs certains adhérents historiques à quitter le parti fondé par Nicolas Sarkozy — qui s’est clairement prononcé en faveur d’un vote Emmanuel Macron.

 

Mobilisation et vote par procuration

« J’engage nos compatriotes à s’organiser pour répondre présent, y compris en organisant des procurations pour celles et ceux qui ne sont pas disponibles le 23 avril prochain, » explique le député Roland Lescure. La mobilisation des Français de l’étranger, où qu’ils soient dans le monde, est nécessaire à la réélection d’Emmanuel Macron. Sur 1.435.746 Français de l’étranger inscrits sur les listes électorales, 64,88 % des électeurs se sont abstenus. 45,09 % d’entre eux ont voté pour Emmanuel Macron, plus qu’en 2017, où il avait récolté 40,40 % des votes.

« Une nouvelle campagne a commencé. Projet contre projet, il est important que nous nous mobilisions en nombre. Beaucoup d'entre nous ne croyaient pas en  la victoire de Donald Trump et c'est arrivé. C'est pour cela qu'il est important que nous votions en masse ou par procuration pour le second tour, » détaille Pascal Royer. Marine Le Pen, arrivée en deuxième position pour les chiffres globaux français, n’arrive qu’en 5e place pour les Français de l’étranger avec 5,29 % des voix, contre 6,48 % en 2017.

L’abstention reste dramatiquement élevé chez les Français établis hors de France. « Ça a l'air simple, mais le premier geste que nous pouvons faire pour défendre notre démocratie est de voter. En 2017, les Français installés à l'étranger n'ont voté qu'à 44 %. Et ces chiffres ne prennent pas en compte les Français qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Ce n'est pas assez si nous voulons que notre démocratie soit vivante et que nos voix soient entendues, » déplore Pascal Royer. Et de rajouter « nous sommes nombreux à nous mobiliser pour faciliter le vote par procuration, en mettant en contact les personnes qui ne pourraient pas voter, quelle que soit la raison, et les personnes qui souhaitent porter leur vote. Nous avons mis en place une plateforme informatique qui permet à chacun de trouver un électeur ou de porter un vote pour le président de la République. »

 

Le jeudi 14 avril, s’est tenu un zoom mondial, co-organisé par Pascal Royer. Durant plus d’une heure, Jean-Baptiste Lemoyne — ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie — et Bérangère Abba — secrétaire d'État chargée de la biodiversité — sont revenus sur une question centrale, l’écologie. Quelques heures plus tôt, Emmanuel Macron était au Havre, en compagnie de son ancien Premier ministre, Édouard Philippe, pour parler écologie, avant un échange avec les salariés de l'usine d'éoliennes Siemens Gamesa,

La veille, Pascal Royer, élu local, mais aussi porteur du projet de la forêt des Français d’Amérique du Nord — et donc très engagé sur la question écologique — expliquait dans nos colonnes, « nous n'avons certainement pas, pendant ce quinquennat, su assez communiquer sur la politique engagée pour la transition écologique. Aux côtés de Barbara Pompili, Bérangère Abba, secrétaire d'État à la biodiversité, a été une actrice importance de ce quinquennat lequel a le meilleur bilan pour la transition écologique. »

Transition écologique, qu’Emmanuel Macron appelle le Combat du Siècle !

 

Selon le baromètre Ipsos publié mercredi 14 avril, 59 % des électeurs ayant voté Yannick Jadot au premier tour pourraient mettre le 24 avril un bulletin Emmanuel Macron dans l'urne, 47 % pour ceux de la candidate de droite Valérie Pécresse et 37 % pour les électeurs insoumis.

 

« Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique », comme il l’est inscrit sur les cartes électorales françaises.

 

Pour voter par procuration lors du deuxième tour de l’élection présidentielle, cliquer ici

Pour trouver un mandataire ou le devenir, s’inscrire le site procurations.avecvous.fr

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef des éditions New York et Miami du Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale