TEST: 3277

«Écoute-moi bien» Sonia Rykiel racontée par sa fille, Nathalie Rykiel

Par Rédaction - New York | Publié le 11/12/2019 à 15:07 | Mis à jour le 11/12/2019 à 15:24
Photo : Nathalie et Sonia Rykiel
Nathalie Rykiel

« Ecoute-moi bien » est le quatrième livre de Nathalie Rykiel, fille de la grande couturière et designer française, Sonia Rykiel, surnommée « la reine du tricot ». Nathalie Rykiel était de passage à New York où la FIAF l’a invitée à répondre aux questions du célèbre journaliste de mode américain, André Leon Talley, sur son dernier livre consacré à son étroite relation, qu’elle qualifie de fusionnelle, avec sa mère.

 

Sonia Rykiel et la démode

Pour beaucoup, Sonia Rykiel a été l’inventrice de la « démode », des coutures à l'envers, de l'absence d'ourlets et de doublures, des pulls ajustés à rayure. Pour Nathalie, c’est celle qui l’a propulsée sur le devant de la scène de façon inattendue, alors qu’elle était encore à l’université, en train de rêver de devenir écrivaine. Quand Sonia Rykiel lui demande de rejoindre les mannequins les plus connus de l’époque, pour un défilé de mode, elle s’attend à recevoir des directives de sa mère qui lui dit tout simplement « fais comme tu veux ! ».

« Elle n’avait jamais de recette » raconte sa fille qui ajoute « nous devions tous la regarder faire et trouver par nous-mêmes ». Il fallait non seulement la regarder faire, mais aussi l’écouter attentivement. D’où le titre du livre. À la question « et elle, est-ce qu’elle vous écoutait ? » la réponse de Nathalie Rykiel fuse dans un grand éclat de rire « elle écoutait tellement bien qu’elle soutenait souvent que les idées que j’avais lui étaient venues avant ! ».

Quand, après s’être consacrée à la mise en scène des défilés de mode, elle a voulu prendre la présidence de la Maison Sonia Rykiel, Nathalie Rykiel a essuyé un refus catégorique de la part de sa mère et a dû attendre deux ans avant de prendre la main. « C’était une reine, elle devait toujours être au centre de tout ». Elle parle aussi de leur complicité et partage le nom que sa mère donnait à leur travail d’équipe : la Cream Team.

 

L’élégance française

Nathalie Rykiel décrit sa mère comme une femme extrêmement intelligente et solide, élégante et séductrice qui s’était lancée dans le monde de la mode pour faire les vêtements qu’elle voulait porter. Elle a inventé une mode très particulière pour des femmes en mouvement, vivant leur vie comme bon leur semblait. Toute sa vie, elle a fait l’apologie de l’élégance à la française et ses clientes du monde entier qui portaient ses vêtements devenus de grands classiques, l’adoraient.

La touche personnelle de Nathalie Rykiel à cette grande maison de couture a été quelque peu inattendue. Elle a décidé de commercialiser des sextoys, ces jouets interdits aux moins de 18 ans, dans la boutique mythique de Saint-Germain à Paris. Elle voulait offrir aux femmes modernes la possibilité d’avoir accès à ces objets dans l’environnement chic de la haute couture, avec une présentation très luxueuse. L’idée a séduit Sonia Rykiel tout autant que les Parisiennes et a fait beaucoup parler de la marque dans le monde entier.

 

Nathalie Rykiel qui a glissé aux spectateurs new-yorkais qu’elle n’avait jamais vraiment aimé la mode et qu’elle était très heureuse d’être devenue écrivaine. Elle a annoncé en avant-première, la sortie de son cinquième livre, consacré à son père dont Sonia Rykiel a gardé le nom après leur divorce.

Article rédigé par Muriel Omur Ilbas

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale