Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2273

Cold War : un film esthétiquement très abouti

Par Séverine Gasq | Publié le 13/08/2018 à 10:56 | Mis à jour le 13/08/2018 à 11:44
Photo : Crédit MIFF
Cold War Pawel Pawlikowski Melbourne International Film Festival MIFF Australie cinema

Cinq ans après Ida, Pawel Pawlikowski revient avec Cold War, Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes 2018. Joanna Kulig, découverte au dernier Festival du Film Français dans Les Innocentes d’Anne Fontaine, confirme ici son immense talent.

 

Pologne, 1949. Wiktor (Tomasz Kot), musicien et chef d’orchestre, écume le pays dans le but de trouver des voix authentiques pour son groupe de chanteuses folkloriques. C’est là qu’il rencontre Zula (Joanna Kulig), avec qui il commence une relation passionnelle qui s’étale sur près de deux décennies, entre la Pologne, la France et la Yougoslavie. 


Pris dans les méandres de la Guerre Froide, l’histoire d’amour de Joanna et Wiktor se confond avec l’Histoire. Impossible, imprévisible et parfois incompréhensible, elle est à l’image des événements qui dépassent les deux amants. 


Pawel Pawlikowski est décidément un cinéaste virtuose. Il opte pour le format 4/3 et le noir et blanc afin de mieux coller à son sujet et nous offre ainsi de magnifiques portraits des visages qui peuplent son pays. De bout en bout, Cold War est un film esthétiquement très abouti, qui s’adapte visuellement aux lieux, aux époques et aux univers musicaux qu’il traverse. Les images frontales et brutes lors des premières scènes en Pologne, gagnent en fluidité, en mouvement et en énergie dans le Paris des années 50. 


Certes, les nombreuses ellipses peuvent nous empêcher de partager plus intensément les émotions des deux protagonistes. Mais qu’importe. L’éblouissante Joanna Kulig crève l’écran et habite littéralement le personnage de Zula. S’il vous en manquait encore, elle constitue à elle seule une raison suffisante d’aller voir le film.


Cold War
Un film de Pawel Pawlikowski
Avec : Joanna Kulig et Tomasz Kot

Dernières séances dans le cadre du MIFF, le 14 août à 16h et le 18 août à 19h15 au Forum Theatre. Retrouvez toutes les informations et réservez ici.

Sortie nationale le 26 décembre 2018.

Séverine Gasq

Séverine Gasq

Séverine est diplômée d’un DEUG de Cinéma de la Sorbonne. Installée à Melbourne depuis près de dix ans, elle est passionnée de cinéma, de littérature et d’Histoire.
0 Commentaire (s) Réagir