L’Œuvre Saint Louis doit rester un instrument au service de la mission

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 02/10/2012 à 00:00 | Mis à jour le 30/06/2019 à 16:06
œuvre saint louis madrid

Le nouveau recteur de la paroisse Saint-Louis était reçu officiellement dimanche dernier dans ses nouvelles fonctions, en présence de Bruno Delaye, Ambassadeur de France à Madrid et président de l'œuvre de Saint Louis. Une oeuvre qu'il souhaite insérée dans la société francophone et expatriée, via la rencontre des autres acteurs de cette même communauté. Rencontre



Lepetitjournal.com : Pouvez-vous résumer votre parcours, à la fois professionnel et religieux, en quelques lignes ?
Patrick Royannais : Je suis prêtre du diocèse de Lyon depuis plus de 20 ans. Mon ministère a d'abord été celui de vicaire et d'aumônier de l'enseignement public et privé, dans le nord du département du Rhône, entre les vignes du Beaujolais, à Villefranche, et les sapins des Monts du Beaujolais. Je suis ensuite parti trois ans comme prêtre étudiant à Paris pour préparer une thèse de théologie "Qu'est-ce que croire ?". De retour à Lyon, j'ai été nommé professeur de philo au grand séminaire Saint-Irénée et dans un autre séminaire, les GFU, qui permet à des étudiants de faire un premier cycle de formation vers le ministère tout en poursuivant leurs études profanes. Pendant ce temps, j'étais aussi aumônier diocésain des Scouts de France, et rendais différents services, notamment dans la partie plus rurale du sud du diocèse. Ensuite, je me suis retrouvé cinq ans curé à La Croix-Rousse, en plein centre ville, puis trois ans recteur de la paroisse française de Barcelone. Depuis cinq ans, je vais deux fois par an donner des cours de théologie au séminaire de Fianarantsoa au sud de Madagascar.

Quelle est votre vision - sur le plan religieux, social, éducatif, politique...- de la communauté française d'Espagne ?
Les Français en Espagne sont si différents que je ne parlerais pas de "la communauté française d'Espagne". Entre les familles franco-espagnoles, les Français installés en Espagne depuis des années quand ce n'est pas des générations, les expatriés présents pour trois ans en moyenne, les étudiants Erasmus à Madrid pour six mois et les touristes de passage, impossible d'avoir une vision unifiée. Ces Français se répartissent sur l'échiquier social, politique et religieux un peu comme ceux qui sont sur le territoire de la République. Certains sont très intégrés à la société espagnole, d'autres très peu.
Le fait d'être à l'étranger suscite souvent, par le dépaysement (disons plutôt par les petites différences de manière de vivre et de s'organiser), une réflexion sur l'identité française et européenne. La connaissance de l'autre est toujours le meilleur chemin de la connaissance de soi.

Comment se traduit votre engagement pour cette communauté ?
La communauté paroissiale n'est pas vraiment à l'image des Français qui vivent en Espagne. Certains d'entre eux vivent leur foi dans la paroisse espagnole de leur quartier et nous ne les croisons pas très souvent, le plus grand nombre ne rencontre pas ou peu l'Eglise, qu'elle soit francophone ou hispanophone. En revanche, la communauté de Saint Louis des Français s'enrichit de la présence de plusieurs francophones d'autres pays, notamment d'Afrique. Ensemble, nous sommes une paroisse du diocèse de Madrid parmi d'autres, non définie par son territoire, son quartier, mais par la langue des paroissiens, le français.
Mon engagement, je le voudrais celui d'un prêtre ainsi que le Concile Vatican II, dont nous célèbrerons le 11 octobre prochain le cinquantième anniversaire de l'ouverture, l'a défini. Le ministère (un mot dont on ignore souvent qu'il signifie service) des prêtres n'a guère de sens en dehors de la communauté des baptisés. C'est elle qui détermine ce que je suis. La communauté chrétienne est appelée à vivre l'évangile, c'est-à-dire à se mettre au service de la fraternité humaine, à construire avec tous la fraternité humaine. Ceux qui appellent Dieu "notre Père" ne peuvent qu'?uvrer pour une humanité dont les membres se reconnaissent frères. Et il y a du boulot pour sans cesse réconcilier les frères, pour que la justice soit la règle de la vie en société. Si je peux aider la communauté chrétienne à remplir sa mission de servir, alors j'aurais accompli la mienne.

Comment vivez-vous votre nomination en tant que recteur de la paroisse Saint Louis des Français de Madrid et quels sont vos projets pour cette paroisse ?
Mes projets n'ont pas beaucoup d'importance. C'est la communauté paroissiale qui détermine sa manière de vivre à la suite de Jésus. Nous nous sommes évidemment déjà rencontrés avec le conseil pastoral. Plusieurs membres du conseil nous ont rappelé combien en ce début d'année, notre attention devait se concentrer sur l'accueil de ceux qui arrivent à Madrid ou qui commencent par exemple le caté ou l'aumônerie pour la première fois. Nous allons aussi essayer de faire connaître au long de l'année un peu plus le dernier concile. L'an prochain, nous devrons organiser l'anniversaire des quatre cents ans de la paroisse française. L'?uvre de saint Louis, que préside l'Ambassadeur de France à Madrid et dont le recteur de la paroisse est l'administrateur, doit demeurer un instrument au service de la mission, notamment par le biais de la charité, ce que l'on appelle plus couramment la solidarité et le partage.
Dans la société contemporaine, où l'Eglise n'est qu'une composante, la rencontre des autres partenaires de l'action religieuse ou de l'action politique, ou sociale, ou éducative, ou culturelle est indispensable. Nous souhaitons vivre comme communauté chrétienne ce que tous vivent déjà à titre personnel, insérés dans la société, au travail, comme parents d'élèves ou comme collégiens, lycéens, étudiants, etc., rencontrant des tas de gens différents, participant à des activités de toutes sortes. C'est pourquoi comme paroisse, nous voulons poursuivre et élargir nos relations avec par exemple l'Entraide française, mais aussi avec les établissements scolaires ou culturels, français, francophones ou espagnols.

Propos recueillis par Arnaud ROY (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 2 octobre 2012

Paroisse St Louis des Français - C/ Lagasca, 89.
paroissesaintlouismadrid@gmail.com
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale