Jeudi 25 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DOSSIER – Le savoir-faire espagnol fait avancer la science

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 09/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 09/02/2016 à 18:53

La science espagnole est reconnue dans le monde entier pour ses prouesses en recherche médicale, écologique ou technologique. Voici une sélection des avancées scientifiques espagnoles les plus prometteuses réalisées sur les douze derniers mois.

(Photo CNIO)

Des recherches scientifiques innovantes
En septembre 2015, des scientifiques du centre national de recherches oncologiques de Madrid (CNIO) ont réalisé au Barts Cancer Intitute de Londres une grande avancée dans la lutte contre une tumeur dont le pronostic est l'un des plus difficiles à effectuer : le cancer du pancréas. Ils ont démontré que les cellules souches cancéreuses dépendent de l'oxygène dans leur métabolisme, et qu'il est donc possible de les faire mourir en les asphyxiant. Pour en savoir plus, cliquez ici. Un peu plus tôt dans l'année, d'autres chercheurs du CNIO ont même contredit la nature en réussissant à dupliquer la vie de rats de laboratoire dont le vieillissement était prématuré à cause d'une présence réduite de protéine ATR (impliquée dans la réparation de l'ADN menacé de génome) dans leurs organismes. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Et en début d'année, ce sont des chercheurs de l'hôpital Vall d'Hebron de Barcelone qui ont fait une grande avancée dans le diagnostic des tumeurs cérébrales. Ils ont démontré que la biopsie liquide, par analyse du liquide céphalo-rachidien, peut être cruciale pour le pronostic, le traitement et la surveillance de ces tumeurs.
Enfin, l'Université de Saragosse a mis au point un vaccin (MTBVAC) contre la tuberculose, une maladie qui tue encore plus d'un million de personnes chaque année. Le vaccin a été testé sur des humains en Suisse en fin d'année, et les résultats montrent une excellente sécurité et une encourageante réponse immunitaire.

Robots et autres innovations technologiques remarquables
C'est certainement par leurs compétences en innovation technologique que les chercheurs espagnols ont le plus brillé. En fin d'année 2015, une équipe de chercheurs de l'Université du Pays Basque (UPV/EHU) a réalisé une simulation de la molécule réalisant la photosynthèse des plantes, grâce aux mathématiques quantiques. Pour cela, ils ont utilisé le logiciel Octopus sur les ordinateurs les plus puissants d'Europe, dont le MareNostrum III, du Centre National de Supercalculateurs à Barcelone. Pour en savoir plus, cliquez ici.
A Madrid, des scientifiques de l'Université Complutense ont conçu des robots humanoïdes capables de raisonner. Équipés de réseaux neuronaux, les robots sont capables de prendre des décisions de façon autonome et indépendante, et d'interagir avec un humain selon la situation. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Les compétences technologiques espagnoles font parler d'elles à l'international, si bien que la Maison blanche a choisi une entreprise ibérique pour développer des technologies pour DARPA, l'agence pour les projets de recherche avancée de défense. Il s'agit d'ailleurs du seul investissement de l'agence américaine dans un centre de recherche en dehors des Etats-Unis. L'entreprise basque Erle Robotics est charge du projet Hardware Robot Operating System qui vise à "révolutionner les technologies de la robotique", par la fabrication d'une plateforme qui facilite la création et la réparation de robots pour le Pentagone. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Des matériaux qui peuvent sauver le monde
L'Espagne, grâce aux nombreux chercheurs travaillant sur le sujet et aux startups du secteur, est en tête de la production mondiale de graphène. Ce matériel, issu du même graphite utilisé dans les crayons à papier, est 200 fois plus résistant que l'acier, six fois plus léger et ouvre de grandes possibilités dans l'aire de la biologie et de l'aéronautique. En 2015, le scientifique espagnol Javier G. Fernández, docteur en nano-biotechnologie, a créé un autre matériel ultra-résistant à partir de chitosane, un élément présent dans les carapaces de crustacés et d'insectes. Le matériel appelé Shrilk est voué à substituer le plastique puisqu'il est deux fois plus résistant mais biodégradable. Sur le plan médical, le shrilk pourra être utile pour réaliser des sutures ou régénérer des tissus. La presse internationale s'est intéressée à la découverte espagnole qui a été qualifiée de "matériel pouvant sauver le monde" par The Guardian, et de "supermatérial" par National Geographic. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Des efforts pour le développement durable
L'Espagne a investi depuis de nombreuses années dans le domaine des énergies durables et vertes. Le pays se positionne comme le second d'Europe en production d'énergie éolique et le cinquième en énergie solaire photovoltaïque. Des chercheurs du département de génie civil et environnemental de l'Université Polytechnique de Catalogne (UPC) ont conçu et breveté l'année dernière une plateforme flottante pour les éoliennes offshore en mer profonde, qui permettrait de réduire les coûts de l'énergie de 12 centimes/KWh grâce à un design plus efficace et des matériaux de construction moins chers. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les mesures de l'Etat
Le ministère de l'Économie et de la Compétitivité vient d'allouer de nouveaux budgets de recherche via le centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI). Un budget total de 144 millions d'euros a été validé pour 201 nouveaux projets de recherche impliquant 202 entreprises espagnoles, dont 63% sont des PME et 44% d'entre-elles appartiennent à des secteurs de haute technologie.
Le ministère de la Recherche, du Développement et de l'Innovation a également accordé en octobre 2015 sept nouveaux programmes d'accréditation pour des centres espagnols : trois ont reçu l'excellence "Severo Ochoa", et recevront 1 million d'euros de budget annuel pour leurs projets de recherche, et quatre autres ont reçu le Prix Maria de Maeztu, assurant une dotation de 500.000 euros par an.
En fin d'année, le gouvernement espagnol a également validé le lancement de l'agence espagnole de la recherche. Elle sera le principal levier d'action pour stimuler la recherche nationale. Attendue depuis 2012, cette agence va permettre une gestion plus souple et autonome du système espagnol de la science, de la technologie et de l'innovation. La mise en ?uvre de l'agence, prévue pour 2016, génèrera 300 emplois pour gérer les financements du Secrétariat d'État à la Recherche et au développement.

Perrine LAFFON (lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 10 février 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet