Vendredi 30 juillet 2021

SORTIR - Chardin au Prado : le peintre du silence

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 11/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 11:30

Après son passage au Palazzo dei Diamante de Ferrara, l'exposition anthologique consacrée à Jean-Siméon Chardin (Paris 1699-1779) est présentée au Musée du Prado du 1er mars au 29 mai 2011. Elle constitue une occasion unique de connaître pour la première fois en Espagne l'oeuvre de ce maître incontesté de la nature morte et des scènes de genre, pratiquement inconnu du grand public espagnol malgré l'excellence et l'originalité de sa peinture. 57 tableaux  soigneusement choisis parmi une production peu abondante (un peu plus de 200 oeuvres) donnent une idée de sa brillante  trajectoire. Onze ont été prêtées par le Musée du Louvre. Aucune exposition ne lui avait été consacrée auparavant en Espagne. Les seules trois peintures de Chardin existant en Espagne sont exposées au Musée Thyssen.

(Le Bénédicité (1740), Jean Siméon Chardin. ©Musée du Louvre, París)


Chardin est un peintre très expressif, simple et qui n'a pas besoin de beaucoup d'explications. Il essaie de capter ce qui est grand dans chaque objet, ce qui nous oblige à les regarder avec un peu plus d'attention. Il essaie de ne pas se répéter. Par exemple, sa peinture des animaux, réaliste au début, devient plus stylisée au cours des années, presque abstraite. Il affirme que l'on se sert des couleurs mais que l'on peint avec les sentiments. Ce qui caractérise ses natures mortes, c'est le silence et c'est ce qui le différencie de la majorité des spécialistes du genre, considéré jusque là comme mineur. C'est le peintre du silence, de la paix, de la tranquillité qui permet d'oublier la vie quotidienne.

Déroulement de l'exposition
Le parcours de l'exposition suit un ordre chronologique depuis les débuts de la vie artistique de Chardin jusqu'à ses pastels des années 70.
- Les années 20 : avec sa célèbre  "Raie" qui lui ouvrit les portes de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture dans la catégorie, considérée mineure à l'époque, des "Peintres d'animaux et de fruits". A partir de ce moment là, il élargit ses centres d'intérêt en introduisant des animaux vivants.
- Les années 30 : il continue à peindre des natures mortes mais s'ouvre aux scènes de genre sous l'influence hollandaise. Il sait capter le recueillemnt des personnages et donner une dignité sereine aux simples objets domestiques. C'est un excellent peintre des jeunes. Sa peinture devient plus vaporeuse et ses tonalités douces annoncent les pastels de la fin de sa vie. Il atteint alors une grande popularité. Il exécute plusieurs versions d'un même thème mais en y apportant toujours quelque chose de différent ("Les bulles de savon", "La jeune maîtresse d'école")
- Les années 50-60 : retour aux natures mortes qu'il avait pratiquement abandonnées. Elles se distinguent pourtant de celles des années 20 par la multiplicité des espèces animales de chasse, la variété des fruits et des objets. L'exécution est plus agile, plus lisse avec un intérêt plus particulier pour les reflets, les transparences, la lumière et les ombres.
- L'exposition se termine par deux portraits exécutés au pastel, genre qu'il a été obligé d'adopter par des raisons de santé étant devenu allergique aux composants des peintures à l'huile.

Monique AUXENFANS (www.lepetitjournal.com - Espagne) Vendredi 11 mars 2011


Pour plus d'informations : www.museodelprado.es/exposiciones/Chardin

0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

VOYAGES

5 incontournables de l'arrière-pays niçois à découvrir cet été

Loin de l’agitation touristique de la Côte d’Azur, l’arrière-pays niçois abrite de splendides villages surélevés au charme provençal et des sites naturels aux panoramas imprenables.

Sur le même sujet