TEST: 2268

Miss de Ruben Alves pour ouvrir la 21ème Festa du cinéma français

Par Zadig Paloyan | Publié le 07/10/2020 à 22:35 | Mis à jour le 08/10/2020 à 13:25
Festa du cinéma français au Portugal

La fête du cinéma français ouvre ses portes aujourd'hui au cinéma São Jorge à Lisbonne ! Rendez-vous annuel marquant de la communauté française, franco-portugaise et francophile cet événement co-organisé par l'Ambassade de France au Portugal, l'Institut Français du Portugal et l'Alliance française met en avant le septième art français. Lepetitjournal est un des partenaires de cet événement qui a lieu du 8 octobre au 4 novembre. Pendant près d´un mois la Festa présentera une sélection de 54 films à Lisbonne, Oeiras, Almada, Coimbra et pour finir à Porto.
 
Quoi de mieux qu'un film d'un réalisateur franco-portugais, Ruben Alves, pour inaugurer cet événement ! Né en janvier 1980 en France, Ruben Alves a l'honneur d'ouvrir la vingt-et-unième Festa du cinéma français avec son film Miss (les places sont déjà épuisées). Il a joué dans de nombreux films, notamment un rôle secondaire dans sa réalisation la plus connue : La cage dorée en 2013, et dans quelques séries télévisées telle que Le juge est une femme en 2006.
 

Miss, en tête d'affiche de cette 21ème édition

Au casting on retrouve certains acteurs comme Isabelle Nanty, Pascale Arbillot, Thibault de Montalembert, et Alexandre Wetter acteur et modèle français qui est l'acteur principal de Miss. Le film devait sortir en France le 11 mars 2020, mais la société de distribution Warner Bros a décidé de décaler la sortie au 28 octobre en raison de la pandémie Covid-19. Ce jeudi 8 octobre, ce film ouvre la Festa du cinéma français au cinéma São Jorge, à Lisbonne.
 

Miss

Une histoire originale

Le jeune Alex a un rêve différent des autres petits garçons de son âge. C'est ni vers une carrière de footballeur ni vers celle de pompier qu'il souhaite se diriger. En effet, Alex rêve d'être élu Miss France. Il a toujours été moqué à propos de ce rêve très peu habituel pour un jeune garçon. Pas à l'aise dans sa peau, ses parents étant décédés, il vit une triste vie durant laquelle il entraîne des jeunes adolescents à la boxe ce qui ne lui facilite en rien son quotidien.
 
C'est à 24 ans qu'il décidera de replonger dans son rêve d'enfance pour essayer d'en faire une réalité. Plus ou moins accompagné par sa famille de substitution qu'il s'est créé au fil des années il devra surmonter toutes les épreuves qu'impose ce concours qui met en avant l'élégance et la féminité. Il ne cherche pas à être sous la lumière des projecteurs, son unique souhait est d'arriver à être lui-même.


Un film qui aborde de nombreuses problématiques sociales

L'oeuvre de Ruben Alves est une comédie qui dénonce en même temps de nombreux problèmes qui hantent nos sociétés. L'identité sexuelle, les critères de beautés imposés, les pressions que subissent les femmes au quotidien sont au coeur de Miss.
 
Le réalisateur Ruben Alves souhaitait évoquer la question de l'identité sexuelle dans l'une de ses réalisations et c'est en rencontrant Alexandre Wetter, sa liberté et la facilité avec laquelle il alterne entre homme et femme, que son idée pour le film est devenue plus claire.
 
Émouvant, drôle et « engagé », Miss de Ruben Alves est un bon moyen de modifier l'image que l'on attribue à ce genre de concours de beauté. Avec la participation de Sylvie Tellier présidente de la Société Miss France et Vaimalama Chaves (Miss France 2019), le spectateur est réellement plongé au cœur de cette histoire. La présence de ces deux protagonistes dans le film met en évidence une volonté de la part des organisateurs du concours Miss France de se détacher de la mauvaise image que certains lui attribue afin de casser les codes et de se détacher des stéréotypes de beauté....
 
Une chose est sûre, vous ne serez pas déçu en voyant ce film !
 
 

Bande annonce

 

En savoir plus : www.festadocinemafrances.com

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale