Samedi 31 octobre 2020

João Leão succède à Centeno dans le gouvernement portugais

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 21/06/2020 à 23:30 | Mis à jour le 24/06/2020 à 13:21
Photo : Mario Centeno, António Costa, João Leão
João Leitão, Mario Centeno, António Costa, Portugal

Le très populaire président de l'Eurogroupe, Mário Centeno, a démissionné le 9 juin du ministère des finances portugais. Son successeur, João Leão, a déjà repris le flambeau au sein du gouvernement d'António Costa.

Le ministre portugais des Finances, Mário Centeno, a démissionné le mardi 9 juin des fonctions gouvernementales qu'il occupait depuis 2015 – une décision annoncée par la présidence de la République. Bien que son départ était prévu depuis des semaines, il a tout de même secoué le pays. Considéré comme l'artisan du miracle économique du pays, l'économiste de 53 ans a connu une ascension politique fulgurante depuis son entrée au gouvernement et jamais un ministre des Finances n'avait été aussi populaire selon la presse portugaise. Centeno, surnommé « le Ronaldo des finances », a également renoncé à son poste de président de l'Eurogroupe – la réunion mensuelle et informelle des ministres des Finances des Etats membres de la zone euro. C'est sur Twitter qu'il a fait part de sa décision de ne pas briguer un second mandat à la tête du groupe des grands argentiers de la zone euro, mandat qui se termine le 13 juillet prochain. « J'ai eu 1864 jours comme ministre des Finances et plus de 900 en tant que président de l'Eurogroupe » a-t-il lancé à la presse, et d'ajouter en souriant « s'il y a quelque chose dont nous pouvons être sûr c'est que les chiffres continueront d'être exact ».
 

João Leão succède à Centeno

C'est l'un des proches collaborateurs de Centeno, le secrétaire d'Etat au budget, João Leão, qui l'a remplacé au ministère des Finances. Avant sa récente promotion, João Leão était responsable de la politique budgétaire des gouvernements d'António Costa depuis novembre 2015. Si Centeno était considéré comme le bras droit du Premier ministre, João Leão était certainement celui du ministre des Finances. Né à Lisbonne en 1974, Leão possède une solide connaissance de l'économie portugaise. Professeur d'économie à l‘Université ISCTE depuis 2008, il est aussi titulaire d'un doctorat en économie du MIT et d'une maîtrise en économie de l'Universidade Nova de Lisboa. Sur le plan politique, João Leão est considéré comme « proche » du maire de Lisbonne, Fernando Medina, dont il a été conseiller auprès du secrétaire d'État adjoint à l'Industrie et au Développement entre 2009 et 2010. Ses proches collaborateurs disent de lui qu'il est un travailleur compétent, malgré quelques difficultés à déléguer.

 

Un scénario économique complexe

Si les raisons du départ de l'ex-ministre des Finances n'ont pas été révélées, il est en revanche certain que le moment choisit pour quitter le gouvernement d'António Costa n'est pas des plus opportuns. La récession dans laquelle la pandémie de coronavirus a plongé l'Europe et le Portugal est sans précédent. Le déficit public se creuse un peu plus chaque jour, le taux de chômage devrait atteindre 9,6% en 2020 et le gouvernement s'attend à un recul du PIB de 6,9% cette année - la plus importante contraction économique enregistrée au cours des dernières décennies. C’est dans ce contexte difficile que João Leão devra faire ses preuves. Tous les regards sont braqués sur le nouveau ministre des Finances et une question se pose : aura-t-il les mêmes épaules que Centeno ? António Costa a en tout cas insisté sur le mot « continuité » lorsqu'il a présenté le nouveau ministre à la presse, lui conférant également le titre de « ministre d'Etat » comme son prédécesseur.
 
Le Premier ministre n'a pas tarit d'éloge au moment de saluer Mário Centeno et a regretté de ne pouvoir lui donner une accolade, en raison du Covid-19. Centeno est pressenti pour le poste de gouverneur à la tête de la Banque du Portugal qui se libère le 7 juillet, de quoi se retourner sans problème.

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Gui mar 23/06/2020 - 15:09

Bonjour, Il faudrait modifier le titre de votre article. Le ministre en question s'appelle João Leão, comme indiqué dans l'article et non Leitão comme dans le titre. "Leitão" signifant porcelet routi à la broche et "Leão" signifiant lion, cela laisse place à un possible parti pris politique de votre article journalistique. Ce serait dommage. Cordialement, Gui.

Répondre

Comprendre le POrtugal

TOURISME

COVID-19 - Le tourisme se réinvente au Portugal

Alors qu’il caracolait sur les podiums du monde entier il y a à peine quelques mois, le Portugal se retrouve privé de touristes. le secteur touristique portugais tente de booster son marché intérieur.

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.