Mardi 4 août 2020

Football : la Ligue des champions n'enchante pas les Lisboètes

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 29/07/2020 à 23:27 | Mis à jour le 30/07/2020 à 10:35
Photo : ©UEFA
Ligue des champions


Alors que des mesures de reconfinement ont été prises à Lisbonne ces dernières semaines, la capitale portugaise s'apprête à accueillir la Ligue des champions à partir du 12 août. Un évènement qui ne semble pas ravir l´ensemble des Lisboètes.

 
Suspendue mi-mars à cause de la pandémie de coronavirus, la phase finale de la Ligue des champions 2019-2020 (quarts de finale, demi-finales et finale) est programmée du 12 au 23 août à Lisbonne, réunissant huit équipes dans la capitale portugaise avec tout le folklore qui s´ensuit. Les matchs se dérouleront dans les deux stades de la capitale portugaise : le stade de Benfica (Estádio  da Luz) et le stade du Sporting (Estádio José Alvalade).
 

Matchs à huis clos et intérêts financiers

À la mi-juin, la présence possible de spectateurs durant le tournoi était encore une option pour l'UEFA (« Union des associations européennes de football ») qui a finalement du renoncer à cette idée et annoncer que les matchs auraient lieu à huis clos. La compétition devrait tout de même rassembler des milliers de travailleurs (membres des délégations des équipes, journalistes, employés des stades etc.). Selon Inês, 33 ans, une habitante lisboète rencontrée au détour de la place Martim Moniz : « La raison pour laquelle cet événement a lieu à Lisbonne dans le cadre de la crise sanitaire est uniquement pour répondre à des intérêts financiers. Même si les matchs sont à huis clos, de nombreuses personnes gravitent autour de cette compétition qui brasse beaucoup d'argent.» En effet selon une étude réalisée par l'Institut portugais d'administration et de marketing (IPAM), le tournoi devrait générer 50,4 millions d'euros de recettes pour l'économie locale. Selon l'IPAM, c'est la restauration qui profitera le plus de ce tournoi final, avec 24,7 millions d'euros de recettes, soit 49 % des retombées. Suivi de l'hébergement (13 %) et les voyages (9 %).
 

Maintenir des évènements culturels et sportifs malgré la crise sanitaire

Selon David, 29 ans, lui aussi résident à Lisbonne anti-foot mais pro-culture : « Le football est vraiment important au Portugal donc j'imagine que les gens sont assez divisés sur la question de la Ligue des champions qui se prépare à Lisbonne. J'imagine que de nombreux supporters aimeraient se rendre dans les stades, mais je pense qu'ils sont aussi conscients des risques qu'ils encourent pour eux-mêmes et pour les gens autour d'eux. Personnellement je n'ai pas d'intérêt pour le foot, mais je pense que c'est important pour de nombreuses personnes que des évènements culturels et sportifs continuent d'avoir lieu malgré la crise sanitaire, même si c'est derrière leur écran de télévision. » Joseph, 28 ans, jeune portugais fan de football et supporter du Benfica, admet qu'un tournoi public serait « fâcheux ». « Je me suis fait une raison, mais j'espère encore qu'il sera possible d'ouvrir au moins une partie des tribunes pour la finale. Cela va être difficile pour nous, les supporters, ne de pas aller voir les matchs, où même d'être ensemble pour les regarder. Personnellement je vis avec ma mère qui a des problèmes de santé, donc je vais malheureusement devoir rester chez moi. »
 

Football et covid ne font pas bon ménage : un cadeau empoisonné !

Selon Pedro, infirmier à l'Hôpital central de São José à Lisbonne, la tenue de la Ligue des Champions à Lisbonne est une mauvaise idée : « Antonio Costa a déclaré que c'était une façon de « remercier » les travailleurs de la santé que Lisbonne héberge la Ligue des Champions. Personnellement je m'en passerais bien ! Même si les stades sont fermés, les hôtels et restaurants vont accueillir des supporters qui suivent leurs équipes. Pour moi c'est complètement irresponsable d'inciter les gens venant de l'étranger à se rendre à Lisbonne sous prétexte d'une compétition de football. Le virus est toujours là et le fait que le pays souffre du manque de touriste ne justifie pas une telle décision. Même si les matchs ne sont pas publics, les gens vont chercher à se rassembler pour regarder les matchs, cela fait partie de la culture de ce sport. Cela va augmenter les risques de contagion dans une région qui a été reconfinée deux fois. C'est un cadeau empoisonné selon moi. »
 
Même si aucune équipe portugaise ne jouera les matchs des phases finales de la Ligue des champions, Lisbonne a été sélectionnée pour recevoir cette prestigieuse compétition du fait de la bonne gestion de la crise sanitaire dans le pays, en particulier jusqu´à fin juin, au moment où la décision a été annoncée. Une décision qui, on l'espère, ne se retournera pas contre le Portugal.
 
En savoir plus ici sur les matchs

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Lisbonne ?

DÉCOUVERTE

Algarve - Aljezur, le village perché de la côte vicentine

Entre la mer et la montagne, la petite ville d'Aljezur en Algarve balayée par les vents salés, est, tout au long de l´année, la destination parfaite pour les amateurs de randonnées, de poissons frais

Comprendre le POrtugal

TOURISME

COVID-19 - Le tourisme se réinvente au Portugal

Alors qu’il caracolait sur les podiums du monde entier il y a à peine quelques mois, le Portugal se retrouve privé de touristes. le secteur touristique portugais tente de booster son marché intérieur.

Expat Mag

GASTRONOMIE

Julien Sebbag, un chef engagé qui inspire

Chef autodidacte et confirmé, à 28 ans Julien Sebbag est déjà à la tête de deux restaurants à Paris et prévoit deux nouvelles ouvertures à la rentrée.