COP 27 - Où en est le Portugal dans sa transition écologique ?

Par Camille Roux | Publié le 27/11/2022 à 21:08 | Mis à jour le 29/11/2022 à 09:58
COP-27

Alors que la COP 27 s'est achevée le 20 novembre avec deux jours de retard, les militants environnementaux et la société civile demeurent perplexes sur la pertinence des réponses apportées par les Chefs de gouvernement concernant la gestion de l'urgence climatique.


La mise en place d'un fond commun pour les pertes et dommages envers les pays les plus démunis

Après 14 jours de discussion à Charm el-Cheikh, en Egypte, la COP 27 n'a pas su répondre aux attentes croissantes de la société civile concernant le changement climatique. Seule avancée notable : la mise en place d'un fond commun pour les pertes et dommages. Ce processus servira à financer les réparations des dégâts causés par des catastrophes naturelles, principalement dans les pays les plus démunis.

La COP 27 s´étant déroulée en Egypte, les délégations présentent n´ont pu passées sous silence l´ampleur des catastrophes naturelles subies par l'Afrique cette année, le Nigéria ayant connu ses pires inondations depuis dix ans. La création d'un fond commun, déjà en discussion depuis plusieurs années, intervient donc dans cette volonté d'aider les pays en voie de développement à se reconstruire à la suite d'une catastrophe naturelle.

Malgré cette avancée majeure, tout reste à faire. En effet, la volonté claire d'éliminer progressivement les énergies fossiles pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés celsius comme le prévoit l'Accord de Paris n'est pas évoquée explicitement, et ce malgré les avertissements du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies António Guterres, qui affirme que nous sommes engagés sur une « autoroute de l'enfer ».


Le Portugal, figure de bon élève en termes d'énergie renouvelable

Selon Eurostat, le Portugal est le quatrième pays de l'Union européenne à consommer le plus d'énergie verte, juste derrière l'Autriche, la Suède et le Danemark. Il a d'ailleurs réaffirmé sa volonté de jouer un rôle actif dans la lutte pour le climat lors de la COP 27, en contribuant au fond pour les pertes et dommages à hauteur d'un million d'euros, en plus des quatre millions d'euros octroyés au reste du financement dans la lutte contre le réchauffement climatique.  

Le Portugal investit pleinement dans les énergies renouvelables, tels que l'hydraulique, l'éolien, mais aussi le solaire. A titre d'exemple, le lycée international français de Porto est équipé de plus de 240 panneaux photovoltaïques qui fournissent l'établissement en électricité. Braga, ville située au nord de Porto, se classe quant à elle parmi les 100 meilleures villes en termes d'énergie verte en Europe. L'hydraulique demeure cependant la première source d'énergie renouvelable au Portugal, ce qui est facilité par ses nombreux cours d'eau et sa façade maritime sur l'Atlantique.  

Cette volonté d'expansion des énergies vertes est bénéfique au pays en tout point, autant d'un point de vue social qu'économique. En effet, le Portugal ne produit pas de gaz ni de pétrole, une importation qui a un coût. Avec le développement des énergies renouvelables, le pays espère, dans l'avenir, pouvoir exporter cette énergie à l'international.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale