C’est l’été à Lima, la grande saison des martiens !

Par Guillaume FLOR | Publié le 16/02/2022 à 08:00 | Mis à jour le 17/02/2022 à 11:43
C’est l’été à Lima, la grande saison des martiens !

« Marcianos » en espagnol, on les voit partout en ce moment, ces petites glaces en sachets vendues dans la rue, bien connues de tous les Péruviens et en Amérique latine. Mais pourquoi ce nom ?

Il est difficile pour un Péruvien d’imaginer un été sans un martien rafraîchissant. Ils envahissent les rues de la capitale, notamment près des arrêts de bus ou dans les parcs. Tout le monde ici connaît parfaitement ce petit bruit que les vendeurs ambulants font avec une pièce de monnaie en tapant sur le couvercle en verre de leur glacière.

Le « marciano » est un type de glace à base de jus de fruits naturels ou de sirop à l’eau (avec des colorants et des arômes artificiels) qui est congelé dans un sachet long en plastique. Et des martiens, il en existe de toutes les couleurs et pour tous les goûts : avec ou sans lait, des classiques (fraise, citron, orange, raisin, chocolat…) aux plus exotiques (coco, ananas, fruit de la passion, mangue, tamarin, goyave, lucuma, granadilla, chicha morada, jamaica...), en passant par les versions pour les adultes : certains cocktails péruviens comme le pisco sour ou le chilcano, sont alors tout simplement congelés.

Cette petite glace en forme de tube est parfaite pour la saison chaude, mais peu de gens savent la raison pour laquelle elle s'appelle ainsi…

 

C’est l’été à Lima, la grande saison des martiens !

 

Pourquoi ces petites glaces en sachet sont-elles appelées « martiens » ?

Tout d'abord, il est important de préciser que le Pérou n'est pas le seul pays en Amérique latine à se régaler avec les martiens. Devenus populaires principalement en Colombie, à Cuba, au Mexique, au Panama, au Venezuela et donc au Pérou, d'innombrables noms leur sont associés suivant les pays et même les régions : « naranjú, vikingo, boli, bolo, hielito, cubo, chupichupi, saborín, bambino, bollos, duros, duros, duro frío, raspaíto, marcianos, chups, helado en bolsita, sabalito, charamusca » et probablement bien d'autres.

Même à l'intérieur du Pérou, ces glaces en tube sont connues sous des noms différents. À Talara, on les appelle « chalaca » ; à Piura, les « bodoques » ; et à Lima, les « marcianos » ou « chups » sont les noms les plus courants. Parmi ces derniers, une théorie affirme que ceux de la production industrielle fabriqués avec des colorants sont appelés « chups », tandis que ceux à base de jus de fruits naturels sont les « marcianos ».

 

Pour les liméniens, ce sont des "martiens", mais d'où vient ce nom ?

Il est difficile de donner une réponse exacte à cette question, il existe en réalité plusieurs versions qui essaient d’expliquer pourquoi cette glace aux fruits a été baptisée de ce nom à Lima. Voici les théories les plus populaires :

  • À cause de sa ressemblance avec le long doigt d'E.T., le célèbre extraterrestre de Steven Spielberg.
  • En raison du « marciano » à la menthe dont la couleur verte rappellerait celle de la représentation habituelle des Martiens.
  • Parce que sur les premiers sachets qui étaient utilisés, il y avait des dessins de vaisseaux spatiaux.
  • Parce que Mars est une planète glacée, c'est pourquoi l'analogie aurait été faite avec ce type de glace.

Quelle que soit l’origine du nom de cette glace, sa fabrication est très simple. Il vous suffit de préparer un jus de fruit, de le mettre dans un petit sachet en forme de tube et de le congeler. Sinon, rendez-vous dans la rue et tendez l’oreille !

À vos martiens ! Bon appétit !

 

C’est l’été à Lima, la grande saison des martiens !

 

Sur le même sujet
guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale