Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché

Par Julie MARFIN | Publié le 15/09/2022 à 17:40 | Mis à jour le 17/09/2022 à 09:01
Photo : © Arpingstone
Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché

L’artisanat péruvien est un des plus diversifié au monde : poterie, textile, ornement… On pourrait presque en oublier l’abondance de minerais et de pierres semi-précieuses dont recèle le pays…

 

Le Pérou est surtout connu pour son histoire en étroite corrélation avec l’or. Mais la culture populaire omet la présence de nombreuses mines dans les montagnes. Au milieu des textiles colorés, des poteries extravagantes et de l’artisanat local se cachent pourtant de nombreux minerais… Lepetitjournal vous propose de découvrir dix pierres semi-précieuses représentatives de la diversité de gemmes présentent au pays des Incas.

 

L’Opale du Pérou

Aussi appelée Opale Andine, cette roche est considérée comme la pierre nationale du Pérou. Elle se trouve surtout dans la zone désertique de Nasca au sud de Lima, dans la zone située entre la Côte Pacifique et la Cordillère des Andes. Leurs teintes peuvent varier du bleu intense, jusqu’au vert et au turquoise. D’autres sont plus pâles, proches du rose ou laiteuse comme une pierre de lune. Cette gemme est très riche en hydrogène, oxygène et en silicium. Dans la tradition péruvienne, l’opale est considérée comme un cadeau de la Pachamama, déesse de la Terre Mère et de la fécondité pour les Incas.

Cette pierre sert essentiellement pour apaiser l’esprit, et renforcer l’acceptation de soi. Elle évite le jugement intempestif et aide à assumer sa sensibilité. C’est pourquoi, cette roche peut être utile pour apaiser les esprits en cas de conflit. Elle peut aussi parfois aider à trouver le sommeil. Grâce à son énergie, les sentiments et les idées circulent plus facilement, sans stress ni retenue. En lithothérapie, il est dit que l’Opale bleue est une des pierres curatives les plus puissantes.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Opale du Pérou. Crédit photo : Mindat

 

L’Obsidienne

Souvent noire, cette pierre semi-précieuse peut aussi prendre une couleur vert foncé, grise, voire rouge. Cette roche volcanique, riche en silice, est issue d’une lave acide. Pendant la préhistoire, la dureté de cette gemme a été utilisée pour fabriquer le tranchant des armes et des outils, notamment en Amérique précolombienne.

Etant à l’origine employée pour la création de lame, l’obsidienne est une des plus puissantes pierres de protection. En lithotérapie, il est conseillé de la manier avec précaution, car son énergie ne correspond pas à toutes les personnalités. Cette gemme agit rapidement et convient aux personnes sensibles, voire fragiles aux ondes négatives. Au quotidien, la roche renforce la force mentale et peut se rendre utile pour prendre les bonnes décisions. Au niveau physique, il est dit qu’elle aide à la circulation sanguine et la cicatrisation.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Obsidienne. Crédit photo : Ji-Elle

 

L'Albâtre andin

Issu du latin “alabaster” et du grec ancien “alabastros” signifiant “Vase sans anse”, l'albâtre andin est aussi connu sous le nom de Pierre de Huamanga. Souvent utilisée pour les crèches, cette gemme est aussi appelée “rumi boy” soit "pierre d'enfant".

Lors de la colonisation, cette roche palliait à la pénurie de marbre et de porcelaine. Ayant une texture et une couleur proche de ces derniers, les artistes y taillaient des figures chrétiennes. L'albâtre a ensuite été repris par les artisans pour réaliser des sculptures en tout genre. Aujourd’hui, sa précision et sa douceur en font un souvenir original, authentique et recherché. Au Pérou, cette pierre semi-précieuse se trouve dans les provinces de Cangallo, à Ayacucho et une école de sculpture a même vu le jour à Huamanga.

En dehors de son aspect purement décoratif, en lithothérapie, l'albâtre est adopté pour faciliter les changements. Il permet de faciliter le pardon en se concentrant sur le positif. La pierre fournit une énergie morale pour surmonter les conflits et rancœurs envers ses proches.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Figures chrétiennes en Albâtre. Crédit photo : Vassil

 

La Chrysocolle péruvienne

Issu des mots grecs « chrysos » qui signifie « or », et « kola » signifiant « colle », la chrysocolle ou turquoise péruvienne est considérée comme une pierre semi-précieuse. Souvent décorée avec de l’argent dit “allemand” (ou argent 999 ou argent alpaga), cette roche se travaille facilement pour donner diverses formes aux bijoux locaux et artisanaux du pays. Il est possible d’en trouver proche de tous les grands gisements de cuivre au Pérou ou au Chili.

La turquoise apporte généralement joie, tranquillité et paix intérieure. Elle est aussi associée à la patiente et l’intuition. Il est dit qu’elle servait souvent aux ermites et aux moines, pour aider à s’adapter à l’isolement. Elle peut donc potentiellement rendre un peu casanier, car chasse les sentiments d’angoisses liés à la solitude. Au Moyen Âge, cette gemme a été utilisée pour nettoyer les plaies, aider à la cicatrisation et même employée en guise de vomitif.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Chrysocolle du Pérou. Crédit photo : Robert M.Levinsky

 

La Serpentine du Pérou

Du latin “serpentinus” soit “serpent de pierre”, son nom vient de son aspect proche des écailles de la peau de ce reptile, mais aussi au fait qu’elle aidait à se prémunir contre les morsures de serpent et les empoisonnements dans l'Antiquité. Pouvant avoir plusieurs teintes, il est possible d’en trouver des vertes, brunes, grises, beiges, noires, jaunes, blanches voire incolores.

La Serpentine soulagerait des hypoglycémies fréquentes, aiderait pour le diabète et permettrait de remédier à certaines déficiences en calcium et en magnésium, par exemple. En lithothérapie, elle sert à protéger son esprit tout en favorisant la créativité et encourage à la méditation pour faire circuler les énergies.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Crédit photo : Reino Minerales

 

La Pyrite

Proche de l’or pour sa couleur et sa forme, elle a été souvent confondue par les européens avec ce minerai précieux. C’est de là qu’elle tient son surnom d’“or des fous”. Elle est aussi reconnue pour sa capacité à produire des étincelles lorsqu’elle s’entrechoque avec d’autres roches. C’est pourquoi, elle est également appelée “pierre à feu”. Exploitée comme source de soufre et de fer, elle est employée par l’industrie. En 1985, 18 % du soufre était obtenu à partir de cette roche aux nombreux attributs.

Perçue comme une pierre d’ancrage en lithothérapie, cette gemme permet de décupler son énergie d’action. Avec des pensées constructives, elle apporte une certaine rigueur et un sens de l’organisation. Cette roche a aussi la capacité d’équilibrer les champs magnétiques environnants.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Pyrite. Crédit Photo : Ivar Leidus

 

L’Angélite du Pérou

Cette pierre de sulfate et de calcium peut prendre une couleur allant du bleu clair au gris bleu pastel. Elle est principalement extraite dans des gisements au Pérou, à proximité de Lima, mais aussi en Italie. Angélite est le nom moderne accordé à l’anhydrite, qui vient du grec “anhudros", soit “sans eau”. Le nouveau nom de cette roche se rapporte ainsi plus à son énergie et à ses vertus.

Cette gemme est propice à la tranquillité et à la méditation. Elle favorise la patience et le calme intérieur. Pour les jeunes mamans, elle encourage les montées de lait et peut calmer les bébés. Le maître mot de cette pierre est réconfort, elle chasse les peurs et les colères.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Crédit photo : Lech Darski

 

L’Agate inca

Cette agate provient des Andes du Pérou. Elle tient son nom en référence à l’ancienne civilisation préhispanique, dont le territoire s’étendait sur toute cette chaîne de montagnes. C’est une pierre dont la coupe est difficile, la rendant souvent très chère à l’achat. C’est pourquoi, lorsqu’elle est de bonne qualité, elle fait partie des plus recherchées par les collectionneurs.

Cette roche est une pierre d’ancrage, assimilée à la joie, à la chance et à l’abondance. En lithothérapie, elle est employée pour permettre un équilibre physique, émotionnel et intellectuel. Elle agit en tant que stabilisateur d’aura et d’énergies du corps physique. On lui confère aussi un don d’auto-analyse et d’introspection pour pouvoir apprendre à s’accepter.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Agate Inca. Crédit photo : Emmanuelle Guyon

 

La Chrysanthème du Pérou

Cette pierre tire son nom de la fleur qu’elle représente en raison de sa forte concentration en calcite. Cette particularité lui donne une forme de fleur au centre de la roche, surtout visible lorsqu’elle est coupée.

Dans la culture japonaise, cette pierre est assimilée à l’équilibre intérieur du Ying et du Yang. Elle symbolise le renouveau et le commencement. Pour en arriver là, la gemme favorise la patience, la confiance et l’espoir. Lors de pensées nocives, elle entretient l’optimisme.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Deux types de chrysanthèmes, venant de Chine. Crédit photo : Parent Gery

 

L’Onyx

Cette pierre est une variété d’Agate, entourée de mystères et de légendes. Dans la mythologie grecque, Cupidon aurait dérobé les ongles de sa mère Aphrodite. Mais ces rognures seraient tombées aux mains des Moires, les sœurs du destin. Ces divinités auraient alors transformé ces reliques en pierres fines appelées Onyx. C’est pourquoi, le nom de cette roche vient du grec “onux” qui signifie “ongle”.

Ce minerai aurait pour vertus de donner une élocution fluide et de lutter contre les mauvaises énergies. En tant que pierre de protection, elle est employée contre les allergies et les addictions.

 

Les pierres semi-précieuses du Pérou, un trésor caché
Onyx. Crédit photo : Mhrobben

 

julie marfin journaliste

Julie MARFIN

Étudiante à l'Ecole de Journalisme de Nice (EDJ), je suis actuellement stagiaire chez Le Petit Journal de Lima. Amatrice de photographies et passionnée d'écriture, je travaille sur des sujets sociétaux, culturels et environnementaux.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale