Jeudi 22 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PSYCHO-EXPAT – Détecter une difficulté liée à l’arrivée en expatriation

Par Lepetitjournal Jakarta | Publié le 03/04/2017 à 20:00 | Mis à jour le 03/04/2017 à 07:51

Partir quelques années loin de chez soi peut être une aventure exaltante et tout aussi angoissante. C'est un renouveau à construire, des repères à créer ainsi que des liens à tisser. Si cette aventure est souvent enrichissante sur le plan culturel, individuel et familial, cela demande à chacun de s'adapter dans son nouveau cadre, tout en restant soi-même. Après la période de découverte des premières semaines, vient le moment où chacun doit trouver sa place dans son nouvel environnement et sa nouvelle communauté. Si pour certains cette période est simple, pour d'autres, elle représente une vraie étape de reconstruction pas facile. Un mal-être peut s'installer, pas toujours facile à détecter ou à prendre en compte. Un article pour déculpabiliser et trouver des solutions?

On peut se sentir seul, déprimé, fatigué, désorienté, avec plus ou moins le mal du pays. Il est important alors de se faire accompagner car cela permet à de nouvelles réorganisations psychiques internes d'émerger. En effet, quitter ses attaches n'est jamais simple si nous ne sommes pas totalement sûrs de les retrouver, ou si nous partons pour les fuir. Chaque personne de la famille va vivre cette expérience individuellement, et chaque nouvelle expatriation sera une nouvelle adaptation à créer. Les parents doivent être attentifs à leurs propres réactions, ainsi qu'à celles de chacun de leurs enfants.

D'un point de vue psychologique, en effet, nous découvrons souvent, lors des consultations pour « expatriés », des dynamiques de loyautés et de deuils au centre du problème qui engendrent un mal-être. Parfois, il s'agit juste de « dire au revoir à l'ancien pays » pour permettre au nouveau pays de prendre sa place, d'autres fois, il y a une réelle fracture qui s'est opérée en quittant un pays, et nous devons comprendre alors la source sous-jacente à l'origine de la fracture : fuite vers l'avant d'un problème non-résolu,  rappel du passé, problème transgénérationnel lié à une migration,  réactivation d'une blessure transculturelle?..la liste est longue mais principalement les problèmes d'attachement, de deuil et de trans-culturalité sont souvent au centre de ces difficultés.

Quand faut-il penser à une prise en charge médicale ?

Si votre mal être persiste mais que vous avez du mal à évaluer la gravité et la nécessité de consulter un médecin, voici quelques points de repères. La dépression est une maladie qui correspond à des critères précis. On peut parler de dépression si au moins 5 des symptômes suivants sont présents pendant plus de deux semaines : perte de plaisir, humeur dépressive, perte de poids, troubles du sommeil (manque ou excès), agitation ou ralentissement général, fatigue, sentiment de dévalorisation ou de culpabilité, diminution de la capacité à penser ou prendre des décisions, pensées de mort.

Le cas de l'adolescent est différent, car il est normal qu'il traverse une période de déprime, avec de tels symptômes, mais dans la majorité des cas, cet état n'aura pas de retentissement réel sur le fonctionnement ordinaire.

Quant à l'anxiété, elle est normale si elle est réactionnelle à certaines situations. Mais si elle entraîne une détresse et un dysfonctionnement dans la vie de tous les jours, il faudra consulter.

Ne pas rester seul : des ressources disponibles à Jakarta et à distance

Il existe des solutions d'accompagnement au changement qui sont efficaces dans ces situations et il est important de s'écouter en dépit de la petite voix qui nous dit « qu'on ne devrait pas se plaindre alors que notre situation est idyllique ».

À Jakarta :

- un groupe « Expatriés - Anonymes » proposé par Jakarta Accueil qui accueille toutes personnes en difficulté d'adaptation ou ayant le mal du pays. La prochaine session aura lieu le 13 avril, sera animée par Anne Liénart, psychologue, et Nathalie Laurent-Leroy et aura pour thème « les prochains départs ». Pour tous renseignements, contacter Jakarta Accueil.

- deux coachs interculturels parlant français (Mr et Mme LARUE).

À distance :

- Eutelmed (anciennement Télé-psy) :  des thérapeutes consultent via Skype. Ils sont spécialisés dans les problématiques d'expatriation pour la plupart.

http://www.eutelmed.com

- Asialyst et son club Asianoveo :  un groupe franco-asiatique d'accompagnement d'individus ayant un projet de départ vers l'Asie, vivant en Asie, ou ayant le projet de revenir d'Asie. Ils proposent des cafés-rencontres et ateliers sur Paris, mais aussi des Webinars, ainsi que des groupes de discussion via Facebook ou Linkedin.

http://www.asianoveo.com

https://youtu.be/Vpj3C-SywMA

Cette liste n'est pas exhaustive.

Anne Liénart et Docteur Amélie Renaud (www.lepetitjournal.com/jakarta) mardi 4 avril 2017

lepetitjournal.com jakarta

Lepetitjournal Jakarta

L'édition de Jakarta de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet