Marc Le Moullec – « Une carte qui appelle au voyage et qu’on aime regarder »

Par Valérie Pivon | Publié le 16/03/2022 à 21:30 | Mis à jour le 04/04/2022 à 05:07
La carte de l'Indonésie réalisée par Marc Le Moullec

Dans la plupart des lieux de passage de la communauté française, la carte de l’Indonésie verte et bleue orne les murs, à commencer par le couloir menant au bureau de l'Ambassadeur de France. Elle a mis cinq ans à voir le jour car il fallait rendre hommage à la nature indonésienne, à ses 17.000 îles, ses mers, ses volcans, ses plaines. Il fallait en faire une carte parfaite tant du point de vue des données que de l'esthétique.

Petite histoire d’une carte verte et bleue - Rencontre avec Marc Le Moullec, cartographe, qui a travaillé cinq ans pour sa réalisation.

Marc, racontez-nous l’histoire de cette carte ?

La scène d’Indonésie a été pour moi un début de satiété cartographique. En 2004, je me décide à faire une carte d’Indonésie après avoir appris qu’une presse offset allemande pouvait imprimer des cartes en haute résolution de 2 m de long. J’embauche deux français, le premier, Arnaud Coret, graphiste dans une société de cartographie en ligne française et son ami Nicolas Georget, un cartographe parisien avec qui je travaille depuis quelques années.

Avec mon équipe, nous allons produire en deux ans une cartographie de l’Indonésie en haute résolution à partir de toute l’imagerie satellitaire et autres données mondiales récemment accessibles. Toutes mes finances y passent, avant qu'une publication progressive et numérotée auprès des entreprises et institutions de Jakarta nous permettent de fignoler la version offset.

Après plus d’une centaine d’éditions et donc d’améliorations, je suis donc parti en Allemagne, à Radebeul près de Dresde, pour imprimer une carte de 2 x 0.75m.

C’est un succès, et comme notre carte a été préparée pour garder sa définition en format géant, elle est régulièrement installée dans les lobbies, salles de réunion et autres espaces des institutions d’Indonésie. Le record à battre est actuellement de 65 m2.

Quelles sont les techniques utilisées pour la fabrication de cette carte ?

La scène, nom habituellement utilisé pour l'imagerie satellitaire, utilise deux estompages inversés, l'un décrit le relief des terres émergées, l'autre des fonds marins [pour info, GoogleEarth n'utilisera la même technique qu'en 2009]. Ils sont réalisés à partir de nuages de points d'élévations ou de sondes ou à partir des lignes de contours et hypsométriques.

La frontière de ces deux milieux est une digitalisation du trait de côte et des berges des rivières faite à partir d'images satellites (en l'occurrence LandSat) à l'échelle 1:100 000, ce qui donne un tracé très fin et permet de juxtaposer parfaitement les deux jeux de données.

À ces fonds en niveau de gris est appliquée une colorisation issue de la combinaison de photographies du globe prises par les spationautes américains pendant les étés de chacun des hémisphères. Il s'agit donc des couleurs vues de l'espace du globe déneigé. Les couleurs des zones maritimes deviennent naturelles et une coloration est appliquée aux zones de sédimentation situées dans les embouchures. Cet ensemble coloré met en difficulté l'application de la toponymie. En effet, la superposition des couleurs répond à l'exigence du contraste pour sa lecture. Les contrastes de teinte et de luminosité peuvent procurer la perception d'une relation sémantique (association, différence ou hiérarchie) entre deux objets.

L'ensemble est représenté sous la projection appelée plate carrée, un cas particulier de la projection cylindrique équidistante. La projection consiste à considérer les coordonnées polaires de latitude et longitude comme des coordonnées cartésiennes, ce qui déforme peu la région équatoriale.

En mer, les limites de la zone économique exclusive ont été préférées aux frontières territoriales. La ZEE définit l'espace maritime sur lequel un état côtier exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'usage des ressources. C'est une carte à très haute définition, capable de supporter des zooms extrêmes pour de larges surfaces.

Une carte qui appelle au voyage

Marc Le Moullec voulait un rendu 3D sur 2 mètres de large que seule une imprimerie en Allemagne a été capable de lui donner. « Je voulais faire une carte qui appelle aux voyages et que l'on puisse contempler, vraiment contempler, de loin comme de très près ». Le pari est réussi, la carte est belle et poétique et surtout très pratique.

 

Infos pratiques :

Si vous souhaitez acheter la carte d’Indonésie, elle est disponible sur Jakarta auprès de Abe + 62 895 6169 40225. Possibilité de l’envoyer en Indonésie moyennant des frais de livraison.

Taille : 2m x 0,75 – Prix : 300.000 Rp + frais d'envoi.

 

 

Possibilité de personnaliser les impressions et le format de la carte, 1.600.000/ m2 sans cadre. Contacter Abe.

 

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditoriale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
4 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

LulaLee sam 19/03/2022 - 22:32

Voilà une carte que je rêverai de pouvoir afficher. J'en cherche une comme celle-ci depuis bien longtemps. Est-il possible de l'acheter ou de la recevoir en France?

Répondre
Commentaire avatar

jakarta@lepetitjournal.com dim 20/03/2022 - 05:27

Bonjour, cette carte est en vente en Indonésie, les bureaux de Marc sont à Jakarta. Moyennant des frais d'expéditions, il est possible de vous faire parvenir cette carte. Contacter Abe via What's Ap,son numéro est dans l'article.

Répondre
Commentaire avatar

LulaLee dim 20/03/2022 - 18:49

Je vous remercie pour votre réponse!

Répondre
Commentaire avatar

lolo jeu 17/03/2022 - 07:39

Une carte fantastique. J'en ai une dans mon bureau, je rêve et voyage à chaque fois qu'on regard la croise. Très belle qualité. Merci

Répondre
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale