Samedi 26 septembre 2020

Djakarta Warehouse Project, 3 soirées de musiques électroniques

Par Hélène Fiszpan | Publié le 22/12/2019 à 22:00 | Mis à jour le 04/01/2020 à 10:12
DWP Jakarta

Du 13 au 15 décembre le hall des expositions de Jakarta faisait peau neuve pour accueillir l’un des plus grands festivals de musiques électroniques d’Asie du Sud Est. Après un passage par Bali l’année dernière pour célébrer ses 10 ans, le Djakarta Warehouse Project (DWP) revenait dans la capitale pour trois soirées consacrées aux meilleurs DJs d’Electronic Dance Music (EDM) de la scène internationale. 

 

Calvin Harris, Martin Garrix, Discloruse, Skrillex… c’est avec des têtes d’affiches internationales que le DWP a attiré des milliers de spectateurs le weekend du 14 décembre dernier. Direction le nord de Jakarta, au JIexpo Kemayoran, pour profiter du parc des expositions transformé en dancefloor géant pour festivaliers.

Après un contrôle de sécurité minutieux – avec notamment l’interdiction de faire entrer un paquet de cigarettes déjà entamé –le site se dévoile et le mystère des cigarettes se résout. Un partenariat majeur avec Marlboro (stands, vendeuses, attractions) semble inciter à consommer cette unique marque sans avoir le droit de hashtaguer son nom sur les réseaux sociaux…

Passé ce premier effet tabagique, l’entrée laisse place aux stands partenaires qui s’enchaînent jusqu’à l’imposante scène extérieure « Garuda Land ». Technologiquement impressionnante avec ses multiples écrans formant un aigle, c’est ici que passeront les Djs les plus attendus, effets pyrotechniques à l’appui. Le reste du line up jouera à l‘intérieur du parc expo, alternant entre la scène « Neon Jungle » entourée d’un mur d’écrans et la scène « Elrow », certainement la plus déjantée du festival. Invité depuis 2017 au festival, le créateur des soirées « Elrow » Juan Arnau Jr, a fait de Jakarta une nouvelle escale sur la carte de ses soirées colorées qui électrisent Miami, Shangai ou Ibiza.

Au DWP, la scénographie sous-marine, les échassiers déguisés en plongeurs et en pirates, les cotillons et les jouets en plastique distribués au public avaient un air de réveillon avant l’heure. Un playground pour jeune adulte qui pouvait se prolonger dans les nombreux espaces des marques présentes in situ, offrant aux festivaliers des cadeaux en échange de quelques likes.

De 18 heures à 3h00, c’est donc plus de 70 DJs, classés pour certains parmi les meilleurs mondiaux, qui se sont succédés pendant trois soirs pour faire danser Jakarta et les amateurs de dance music. Attention ici pas d’électronica, de house, de techno ou d’abstract… le festival revendique son orientation EDM et risque de laisser les afficionados d’électro pointue sur le carreau. Pour les autres, le festival à l’envergure internationale rivalise sans complexes avec certaines manifestations européennes, dévoilant une organisation fluide, un site agréable à parcourir, une scénographie élaborée et une excellente acoustique doublée d’une ambiance festive. Un bel eldorado pour clubber confirmé. 

 

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien