Dimanche 20 septembre 2020

L'île de Marmara, un havre de paix à 2h30 d'Istanbul

Par Nathalie Ritzmann | Publié le 01/07/2020 à 03:40 | Mis à jour le 01/07/2020 à 10:36
Photo : Nathalie Ritzmann
île Marmara Turquie

A 2h30 d’hydroglisseur (deniz otobüsü) d'Istanbul au départ de l'embarcadère de Yenikapı, l'île de Marmara située sur la mer du même nom permet de s'évader et de se reposer un week-end ou plus pour ceux et celles qui ont envie et/ou besoin de recharger les batteries.

Le temps semble en effet s'y être arrêté et il y règne une nonchalance et une quiétude bien agréables, loin de l'agitation de la mégalopole. 

 

île de Marmara

La mosquée située dans la rue principale de Marmara

 

Deuxième plus grande île de Turquie après celle de Gökçeada, Marmara s'appelait jadis Prokonnesos, l'île aux chevreuils - et comportait une importante communauté grecque qui, dans le cadre du traité de Lausanne signé en 1923 et des échanges de population ayant suivi, a été contrainte de quitter les lieux. Il reste encore des traces visibles du passé grec de Marmara, notamment certaines belles constructions traditionnelles caractéristiques. Des escaliers aux marches des plus irrégulières dégringolent des ruelles situées dans les hauteurs.

île de Marmara

 

île de Marmara

Ancienne maison de Marmara et un des innombrables escaliers du village

 

Pour humer l'ambiance du village principal portant aussi le nom de Marmara, rien de tel que de prendre place à l'ombre des vignes qui couvrent une bonne partie des différents jardins à thé (çay bahçesi) situés le long de la rive et d'observer la vie de ses habitants.

 

île de Marmara

 

île de Marmara

Jardins à thé de Marmara

 

Cette occupation bien tranquille ne sera que plus agréable en sirotant soit un thé, soit une limonade maison, soit en été la spécialité du lieu, le koruk, jus de raisin vert préparé quotidiennement avec grand soin et additionné de sucre pour en réduire l'amertume.

 

île de Marmara

Koruk suyu, le jus de raisin vert servi en été à Marmara

 

Quelques hommes, certains coiffés de casquettes, font la causette, jouent au backgammon (tavla) ou lisent le journal. A côté, des femmes qui devisent bruyamment, une cigarette entre les lèvres. Deux portraits d'Atatürk, accrochés l'un au-dessus du comptoir, l'autre tout près, meublent les lieux. Les jeunes et souriants serveurs de ce jardin à thé arborent fièrement deux drapeaux turcs - sinon rien - sur le recto de leurs polos et le nom du lieu où ils travaillent au verso.

 

île de Marmara

Dégustation d'un verre de koruk suyu à la table d'un jardin à thé à Marmara

 

Une autre table est occupée par deux amies, Hülya et Zeliya, les mains protégées par des gants en caoutchouc. Elles passent une bonne partie de la journée à nettoyer le raisin qui servira à réaliser le breuvage typique de Marmara.

 

île de Marmara

Hülya et Zeliya préparent le raisin destiné au koruk, boisson estivale de Marmara

 

L'avenue Atatürk, sur laquelle sont situés les jardins à thé donnant sur la mer, est aussi l'artère commerçante principale du village. On y fait ses emplettes quotidiennes mais on y flâne aussi surtout le soir -, le nez au vent et prêt à saluer telle ou telle connaissance car ici tout le monde se connaît... et on vous reconnaît également rapidement... Quelques vieilles dames en şalvar - pantalon anatolien traditionnel et bouffant-  côtoient d'autres en robe de plage courtes ou en short, quelques vieux messieurs commercent.

 

île de Marmara

Sur l'avenue Atatürk de Marmara

 

Le muezzin voisin invite les rares fidèles à la prière pendant qu'un chien s'arrête devant une pizzeria, semblant avoir un petit creux et attendant patiemment qu'un client veuille bien partager avec lui un bout de pide, cette délicieuse pizza turque croquante recouverte de fromage ou de viande soit hachée, soit en petits morceaux. Juste au-dessus de la pâtisserie voisine, un balcon joliment fleuri attire le regard avec son arc de verdure du plus bel effet.

île de Marmara

Marmara

 

La verdure est omniprésente à Marmara, qu'il s'agisse des innombrables et majestueux platanes, des tonnelles couvertes de vignes, de fleurs dégageant des odeurs délicates, des herbes aromatiques ou destinées à réaliser quelques tisanes aux vertus apaisantes.

 

île de Marmara

Beaucoup de verdure à Marmara

 

Ici, on se balade à pied ou à vélo souvent équipé d'une remorque pour y mettre les provisions ou d'une cagette destinée au rejeton -, en scooter électrique... Les voitures y sont rares et n'ont pas le droit d'emprunter une bonne partie de l'artère principale, le bonheur !

île de Marmara

 

île de Marmara

A Marmara, le vélo est roi !

 

Jeudi, c'est jour de marché à l'ombre des platanes situés sur la place entre les jardins à thé et le port, une occasion supplémentaire de faire la causette et d'acheter un t-shirt ou un accessoire  pour la vie quotidienne à prix défiant toute concurrence. 

île de Marmara

Marché hebdomadaire à Marmara

 

Un homme muni de son équipement… et de son stéthoscope propose ses services aux habitants dans les différents jardins à thé et aux alentours pour mesurer leur tension. Des marchands ambulants déambulent toute la journée avec leurs cargaisons de gâteaux secs ou d'ustensiles en bois, s'arrêtant régulièrement à l'ombre des arbres. 

île de Marmara

Marchand ambulant à Marmara

 

Le soir venu, le marchand de barbe à papa ainsi que les petits stands vendant petits bijoux fantaisie ou idée de cadeaux à prix attrayants font des affaires.

île de Marmara

Balade nocturne à Marmara

 

Quelques hôtels et pensions ont pignon sur rue, notamment sur l'artère principale. L'endroit le plus agréable et le mieux situé reste incontestablement le Mola Butik otel, dont la magnifique terrasse surplombe leur petite plage privée contiguë à celle où règne le pétillant Ibrahim, une des figures du village qui s'occupe de distribuer les places et de nourrir et d'abreuver ses clients.

île de Marmara

 

île de Marmara

Vue sur la mer de Marmara de la terrasse de Mola Butik Otel

 

Au fil des heures, les chaises longues sont occupées et les familles passent du bon temps dans l'eau et à faire des châteaux de sable comme au bon vieux temps. 

 

île de Marmara

Plage de Marmara 

 

Quelques chiens errants des plus affables et faisant partie intégrante du paysage leur rendent visite. Ils  apprécient aussi de se baigner ou de poser l'arrière-train dans l'eau transparente avant d'aller s'écrouler pour une sieste bien méritée à côté de l'un ou l'autre transat, sans être dérangés par les moineaux venus faire provision de miettes de repas sur la plage. 

île de Marmara

Sur la plage de Marmara

 

Pendant ce temps, le marchand de maïs fait inlassablement l'aller-retour au-dessus de tout ce petit monde pour vendre ses épis bouillis.

île de Marmara

Vendeur ambulant de maïs, Marmara

 

Après la station de minibus permettant de se rendre dans le village voisin de Çinarlı ou celui de Saraylar situé à l'autre bout de l'île, et renommé pour ses carrières de marbre blanc et les décorations ornant le bord de mer, le cimetière de Marmara abrite un mélange de tombes ottomanes traditionnelles et d'autres actuelles sur lesquelles on apprend par exemple que sont enterrés là d'anciens maires du coin, un petit bout d'histoire au milieu de la végétation ambiante.

île de Marmara

Cimetière de Marmara

 

Près du port s'amoncellent des filets de pêche offrant parfois un décor pour le moins original aux hommes venant durant l'été en fin de journée les remettre en état avant la reprise de la saison. 

île de Marmara

 

île de Marmara

Filets de pêche, Marmara

 

Les étrangers sont rares sur l'île, soit par ignorance de l'endroit, soit peut-être parce qu'elle est trop tranquille. Dans ce cas, ils peuvent toujours se rabattre sur l'île voisine d'Avşa - plus proche de Bandırma - connue pour ses plages et sa vie nocturne plus animée.

Marmara, c'est aussi le paradis des moules pour les amateurs, les meilleures du pays assurément! Récoltées tous les matins durant l'année, vous pourrez les déguster au déjeuner ou au dîner, soit farcies (midye dolma), soit frites en brochettes (midye tava) entourées d'une pâte à frire légère et accompagnées d'une sauce tarator à base de noix moulues, de jus de citron, de gousses d'ail et de pain rassis. 

île de Marmara

Les brochettes de moules de Marmara, un must !

 

À déguster dans l'un des restaurants situés à côté du petit pont sous lequel passent les barques des pêcheurs pour revenir au bercail, sur fond de chansons de Tarkan ou d'autres chanteurs turcs à succès mais à un niveau sonore parfait qui permet de profiter tant de la vue que du repas.

île de Marmara

Quelques bons restaurants de Marmara au bord de l'eau

 

Misya, société créée en 2012 et employant près d'une vingtaine de salariés, récolte et  commercialise les moules locales que vous retrouverez sur les meilleures tables dans de nombreuses villes du pays. Les crevettes roses pêchées ici sont excellentes et méritent d'être connues, la meilleure façon de les déguster étant de les arroser d'un filet d'huile d'olive de l'île.

île de Marmara

Crevettes roses de Marmara

 

Mûres (böğürtlen), arbousier (dağ çileği) pêche de l'île (zirdalı) et autres fruits de Marmara servent à la réalisation de délicieuses glaces artisanales et de confitures qui feront la joie des gourmands.

Les amateurs de nature et de marche apprécieront les hauteurs de Marmara d’où les vues sur les alentours sont splendides et où le chant des cigales les accompagnera durant la promenade.

île de Marmara

 

île de Marmara

Sur les hauteurs de Marmara

 

Marmara constitue assurément un bout de Turquie authentique et préservé qui n'a pas beaucoup changé depuis une quinzaine d'années et où il fait bon vivre et passer quelques jours de vacances à un rythme paisible et réparateur.

 

Pour se rendre à Marmara :

En hydroglisseur (deniz otobüsü) : environ 2h30 de trajet depuis l'embarcadère de Yenikapı à Istanbul 


 

Nathalie Ritzmann_0

Nathalie Ritzmann

Venue de son Alsace natale il y a plus de 16 ans ; son objectif, faire découvrir la Turquie, son pays d'adoption, avec ses yeux... et son coeur.
0 Commentaire (s)Réagir