TEST: 2262

L’Expat Center de Beşiktaş, la maison de tous les étrangers

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 02/09/2021 à 03:10 | Mis à jour le 02/09/2021 à 10:49
expat center Besiktas

Créé en 2016 par la mairie de Beşiktaş avec l’Office de tourisme du district, l’Expat Center est devenu depuis un véritable espace de vie. Il a pour but de proposer son aide aux étrangers d’Istanbul, que ces derniers soient simples visiteurs, étudiants ou résidents dans la cité turque. 

 

L’Expat Center est rattaché à la Direction des Affaires étrangères de la mairie de Beşiktaş. Selon le mot du maire, Monsieur Rıza Akpolat, ce centre vise à faciliter le séjour des gens qui vivent à Istanbul (ou qui y sont simplement de passage), de façon à ce qu’ils se sentent "comme chez eux". Le centre, seul de ce type à Istanbul, et en Turquie, se donne donc pour mission de fournir des indications utiles aux étrangers sur toutes sortes de sujets variés : permis de résidence, permis de travail, certificat de naissance, démarches en vue de mariage, recherches de logement, services sociaux et médicaux, démarches auprès des banques, institutions turques, vie scolaire et universitaire, cours de langue turque etc.

 

Expat Center Besiktas
À l’Expat Center de Beşiktaş

 

Ainsi, des étrangers au profil divers viennent y chercher conseils et assistance face aux problèmes pratiques de la vie quotidienne et aux fastidieuses procédures bureaucratiques (sachant que souvent les employés ne parlent pas anglais). 

Trois personnes, Aydın Söylemez, Pınar Çakmak et Eren Demir, guident et accompagnent les étrangers qui le souhaitent dans leurs différentes démarches. Ils viennent souvent auprès d’eux grâce "au bouche à oreille".

 

expat center Besiktas
Aydın Söylemez et Pınar Çakmak travaillent à l’Expat Center de Beşiktaş

 

Pınar annonce se considérer comme "ambassadrice de son pays", elle est un "premier visage" pour ceux qui poussent la porte du centre. Il est important pour elle que les étrangers reconnaissent les Turcs comme des gens hospitaliers.

Elle nous explique que Beşiktaş comporte 36 consulats (et une vingtaine d’autres dans un environnement proche), ainsi que 9 universités, ce qui justifie la nécessité de ce centre dans ce district où les nationalités sont nombreuses.

Elle nous raconte, par exemple, avoir récemment assisté deux couples libanais qui ne pouvaient pas se marier au Liban en raison de religions différentes, et même avoir été leur témoin de mariage célébré à Istanbul. 

Par ailleurs, elle indique que la mairie de Beşiktaş dispose de centres culturels qu’il est possible de mettre à la disposition de consulats ou associations étrangères qui souhaiteraient y organiser des activités (concerts, expositions…).

Elle ajoute que le centre s’occupe des jumelages avec la mairie de Beşiktaş et de programmes avec l’Union européenne (des étudiants turcs peuvent obtenir une bourse dans le but de contribuer à un projet tout en apprenant la langue du pays).

Pınar insiste sur le fait que les étrangers sont à tout moment bienvenus dans le centre, pour un thé ou un café, espérant qu’ils en repartent avec un beau souvenir !

Au cœur du projet de l’Expat Center, on trouve donc des valeurs de solidarité* et de compréhension réciproque. 

Consulter le site 

> Pour s’y rendre 

Mairie de Beşiktaş, Expat Center,

Yıldız Mah. Çırağan Cad. No:26/A

Tel : +90 212 227 57 81 
Email :  foreignaffairs@besiktas.bel.tr

_______________________

(*) L'Expat Center est également impliqué dans des projets solidaires. Par exemple, pour la Journée internationale de l'amitié le 30 juillet 2021, au nom des consulats d'Istanbul, le Centre a fait un don de graines à la fondation TEMA (qui combat l'érosion des sols) de façon à pouvoir remplacer les arbres victimes des incendies de l'été 2021. 

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale