Mardi 27 juillet 2021

DE BLOG À BLOG - Lamartine à Istanbul : second voyage ou les “châteaux en Turquie” … par Gisèle Durero-Köseoğlu

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 06/12/2012 à 00:02 | Mis à jour le 10/12/2012 à 13:20

 

Alphonse de Lamartine, qui est venu deux fois en Turquie, est considéré comme un ?ami des Turcs? pour ses courageuses prises de position en faveur de l'Empire ottoman. ?J'ai eu presque en naissant, dit-il, le pressentiment de l'Orient? Il faut qu'il y ait, je ne sais comment, quelques gouttes de sang oriental? dans mes veines?

Lamartine, par François Gérard

Au retour de son premier voyage en Orient, Lamartine s'est plongé dans la vie politique. Député, il rêve de remédier aux misères du prolétariat par la ?charité? sociale?. Sans oublier ses prises de position sur ?les affaires d'Orient? et son engagement en faveur de l'Empire ottoman. Mais il perd les élections en 1841, puis en 1848. Arrivé à la soixantaine, il se sent vieux. Ses cheveux ont blanchi, son corps est décharné à force d'être maigre. De plus, cette fois, il est ruiné. Certes, il possède encore terres et châteaux mais les dépenses entraînées par ses campagnes politiques ou ses ?uvres de charité lui ont vidé les caisses. Il est contraint de commencer la douloureuse besogne qu'il accomplira jusqu'à sa mort : écrire des récits d'Histoire, accumuler les pages, les volumes, écrire pour survivre ; ce seront ses ?travaux forcés littéraires.?

Lamartine veut s'installer en Turquie
Alors, le vieux rêve d'Orient a refait surface. Après une première lettre demeurée sans réponse au sultan Abdülmecit pour lui demander une terre dans l'Empire ottoman, il réitère sa demande le 24 avril 1849 :

"J'ai constaté la nécessité de m'expatrier pour gagner ma vie à l'étranger?Ma prédilection et mes affections pour les Ottomans, connus de veille date et l'appréciation dûment acquise au cours de mon voyage, de leur qualité morale- ainsi qu'en font foi les livres où je les ai consignés avec de vifs éloges- vous sont connus. J'éprouve donc le désir d'aller m'installer parmi eux?Je voudrais donc, sa Majesté impériale daignant me faire le don d'une propriété, y créer une ferme dont je dirigerai l'exploitation."

Le sultan Abdülmecit

Le sultan concède un domaine à Lamartine

Cette fois, la Sublime Porte va exprimer sa gratitude à ce grand poète qui, envers et contre tout, prend la défense des Turcs sur la scène internationale. C'est ainsi que l'on concède au demandeur, pour vingt-cinq ans, un immense domaine de vingt mille hectares, Burgaz Ova, à Tire, aux environs de Smyrne.

Lamartine est aux anges : "Si mon pays ne veut plus de moi, je ne lui reproche ni injustice, ni inconstance, ni ingratitude ; je le remercie de me congédier et je passe avec joie au service d'un meilleur maître."

Ses adversaires se déchaînent : "Jamais homme n'est tombé plus bas et irrévocablement en politique? Il rêve de millions en Orient et ne pense qu'à ses châteaux en Turquie."

Lamartine embarque pour Istanbul
Pourtant, Alphonse se sent renaître. Le grand départ a lieu le 21 juin 1850, sur L'Oronte, un bateau à vapeur. A Istanbul, il rencontre Abdülmecit, au kiosque des Tilleuls. Le sultan et le poète sympathisent. Aussitôt que la crise sera terminée en France, dit Lamartine, "je viendrai habiter définitivement la possession que je dois à la munificence d'un prince civilisateur." Et il vogue vers Izmir pour aller voir ses terres.

Le domaine de Tire : un rêve impossible
A peine débarqué, Lamartine organise sa caravane. La nuit même, le convoi s'ébranle pour gagner le caravansérail de Tyranda. Lamartine, une fois de plus, se déplace en grand seigneur. Les chameaux croulent sous leurs bâts chargés de livres, des portraits de ses parents, de pendules, de tapis, de tentes, d'armes et de vivres. Le poète gravit la colline, son c?ur bat à se rompre lorsqu'un berger lui annonce : "Vous voyez? ce lit de torrent à sec? c'est la limite des terres que le sultan, notre maître, vous assignées. Mais la propriété semble si vaste que déjà, l'inquiétude supplante la joie : Je restai confondu d'étonnement de l'étendue de cette possession mais anéanti en même temps de l'impuissance où j'étais de fertiliser de tels domaines."

Ruines de la maison de Lamartine à Tire.

La maison de Tire
La ville de Tire lui arrache un ?cri de ravissement.? Il y voit ?une vallée de l'Helvétie sous un ciel de Naples? avec des vignes de Bourgogne. Il s'extasie sur les maisons blanches comme du marbre, les trente-deux minarets illuminés par des milliers de lampes pour célébrer le Ramadan et loge chez un banquier grec dans une demeure que l'on surnommera désormais la ?maison de Lamartine?. Le poète y découvre un palais en miniature : divans recouverts de soieries de Lyon, tapis de Karamanie, tentures en étoffe des Indes, meubles londoniens. Et la nuit venue, il s'extasie encore sur les minarets, ?tulipes de marbre colossales, qui s'allumaient sur l'immense étendue d'une ville d'Asie??

Je me suis rendue spécialement à Tire il y a trois ans pour visiter ce que je croyais être la maison de Lamartine. Quelle ne fut pas ma déception ! Ce qui reste aujourd'hui de la maison de Lamartine à Tire : un tas de ruines parmi des détritus?

Les déceptions du retour
Dès son retour en France, l'été 1850, Lamartine s'active pour trouver les fonds nécessaires à l'exploitation de sa ?principauté? mais les investisseurs français le boudent. Quelle idée de vouloir engloutir des fonds dans un domaine agricole en Turquie à l'heure de la Révolution industrielle ? Finalement, le rêve s'effondre, Alphonse, faute d'argent, doit renoncer à Burgaz Ova.

Une photo de la maison de Lamartine publiée sur un journal des années 1970. Elle était encore presque intacte. Ah, quel dommage qu'elle n'ait pas été alors transformée en "Musée Lamartine" !

Une consolation, cependant. Le sultan, saisi par la détresse du poète, lui  propose une solution ménageant sa fierté : les terres qui lui avaient été concédées seront mises en location, ce qui permettra de lui verser jusqu'à sa mort une rente de 80.000 piastres. Lamartine, reconnaissant, signe l'accord en 1852. Et pour remercier son bienfaiteur, se lance dans la rédaction d'une colossale  Histoire de la Turquie. Les doigts tordus de rhumatismes, Lamartine écrit et écrit encore. On l'a surnommé le ?galérien de la plume.? La fin de la vie d'Alphonse sera bien triste : misère et maladie.

Il avait, dans son testament, émis le souhait qu'après sa mort, sa dépouille soit enterrée dans l'Empire ottoman mais la France s'opposa à la réalisation de son dernier v?u.

Ah, Alphonse, tu ne devais jamais avoir de châteaux en Turquie !

Gisèle Durero-Köseo?lu (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) jeudi 6 décembre 2012

Article précédent : Lamartine à Istanbul : premier voyage et coup de foudre?

Voir aussi : Istanbul : Comment nous avons tenté de sauver la plaque de la Rue Lamartine

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet