Samedi 26 septembre 2020

TÉMOIGNAGES – "Je ne suis pas déçue de mon Erasmus en Turquie"

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 21/11/2016 à 23:04 | Mis à jour le 20/11/2018 à 16:32
erasmus turquie

Istanbul, qui était devenue une destination étudiante à la mode, accueille cette année beaucoup moins d’élèves en échange Erasmus. Après le coup d’Etat manqué, plusieurs universités ont décidé de ne pas envoyer leurs étudiants en mobilité en Turquie, pour des raisons de sécurité. Certains ont pu maintenir leur projet d’échange. Sur place, ils racontent…

"Quand mes parents ont appris la nouvelle pour la tentative de coup d’Etat, ils m’ont demandé de réfléchir à une autre destination d’études. L’idée que je parte vivre un an dans un pays peu stable politiquement les inquiétait beaucoup. Mais pour moi, c’était impossible de changer. C’est comme si j’avais déjà un pied à Istanbul !" Aujourd’hui, Margot a ses deux pieds dans la ville, où elle étudie depuis septembre en échange Erasmus (programme d’échanges pour les étudiants européens).

Après le coup d’Etat manqué, plusieurs élèves, eux, ont préféré se rétracter et continuer leur cursus dans leur université d’origine, en France, ou encore le poursuivre dans un pays tiers. D’autres élèves n’ont pas eu le choix : c’est leur université qui a décidé de n’envoyer aucun élève en mobilité en Turquie cette année, pour des raisons de sécurité. "Lors de la réunion de présentation aux étudiants Erasmus à la rentrée, l’amphithéâtre semblait vide par rapport aux photos que j’avais pu voir de la réunion précédente, en 2015, raconte Matthieu, de l’université de Yeditepe. En effet, j’ai appris par la suite que seuls 120 Erasmus étaient présents cette année, soit deux fois moins qu’en 2015." Même constat pour Laurianne, qui étudie à l’université Bahçeşehir : "Nous sommes seulement 70 étudiants Erasmus, contre 200 l’année dernière."

Pas d'impact sur leur vie universitaire

Après le 15 juillet, le gouvernement turc a entrepris des purges massives contre les personnes soupçonnées de liens avec la mouvance du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par les autorités d’avoir orchestré le putsch manqué. Plus de 110.000 personnes ont ainsi été limogées ou suspendues dans la fonction publique, y compris des enseignants. Mais les étudiants Erasmus interrogés sur place ne remarquent pas d'impact sur leur vie universitaire : "Le coordinateur Erasmus de l’université m’a confirmé que le personnel n’avait pas été touché et tous les cours que j’ai choisis sont bien assurés par des professeurs qui me semblent compétents, poursuit Laurianne. J’ai aussi reçu un très bon accueil de la part des étudiants turcs. Le système de parrainage m’a énormément aidée à me familiariser avec la ville", continue-t-elle.

"L’atmosphère à l’université de Marmara est la même qu’à l’université de Strasbourg à mes yeux, renchérit Candan. Je suis à Istanbul depuis le 9 septembre et je suis un peu étonnée par l’ambiance du pays. Je n’ai pas l’impression qu’il y a eu une tentative de coup d’Etat. Les gens continuent de vivre normalement." Car ces étudiants viennent aussi ici pour s'immerger dans la société turque, le temps d'un semestre ou deux."Je suis étudiant en sociologie donc c'était d'autant plus intéressant pour moi de venir à Istanbul après ce qui s'est passé", raconte Paul, dont le quotidien n'est pas affecté par les récents événements. Lui non plus ne regrette pas d'avoir maintenu son échange : "Je n'ai pas d'inquiétudes, j'habite à Taksim et je me sens très bien. Ma mère me soutenait, elle me disait de venir en Turquie tant qu'il était encore temps. Mon père était plus méfiant, avant mon départ, il voulait qu'on discute deux minutes de mon choix mais on n'a jamais pris le temps de le faire! Ils viennent passer Noël et le jour de l'an ici."

Si Istanbul a perdu cette année sa réputation de destination étudiante à la mode, elle continue de ravir les plus fêtards des étudiants Erasmus présents : "La ville bouge, raconte Margot. Les soirées Erasmus n’ont pas perdu leur bonne ambiance, je ne suis pas déçue !"

(RE)LIRE : "Mon échange étudiant à Istanbul est annulé"

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) mardi 22 novembre 2016

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Istanbul

Infos pratiques

Comment se préparer à un séisme ?

La Turquie se situe sur une des failles sismiques les plus actives au monde. Istanbul, où vivent plus de 15 millions de personnes, est dans l'angoisse du prochain "big one". Selon les experts...

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien

Sur le même sujet