Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 10
  • 0

29 morts dans l’incendie d’une boîte de nuit à Istanbul: des travaux qui questionnent

Le Masquerade Club, une des grandes boîtes de nuit très prisées d'Istanbul, située dans le quartier de Beşiktaş, a pris feu à la mi-journée le mardi 2 avril alors que des travaux y étaient en cours. Le club était fermé pour 1 mois jusqu’au 10 avril, pendant la période du ramadan. 29 ouvriers et employés de l’établissements ont trouvé la mort dans l’incendie. Comment a-t-on pu arriver à un tel bilan ?

Illustration incendieIllustration incendie
Écrit par Pauline Sorain
Publié le 4 avril 2024, mis à jour le 21 mai 2024

Le Masquerade Club, situé dans le quartier de Beşiktaş, était une boite de nuit qui occupait l’intégralité des sous-sols d’un immeuble d’habitation de 16 étages. Lieu réputé des nuits stambouliotes, l’établissement pouvait accueillir jusqu’à 4000 personnes.

Une nouvelle autorisation d’exploitation lui avait été accordée en 2018 après une première autorisation accordée en 1987.

Des conditions de sécurité qui interrogent

Le fait que la quasi-totalité des personnes présentes sur le site à l’occasion des travaux ont trouvé la mort, interroge a posteriori sur les conditions de sécurité de cette boîte de nuit. En effet, les médias locaux ont rapidement mis en cause les conditions de sécurité de l’établissement s’agissant tout d’abord de la régularité des travaux qui auraient été entrepris sans autorisation préalable et sans maître d’œuvre. La municipalité de Beşiktaş a pour sa part très rapidement indiqué qu’aucune demande n'avait été déposée en vue de la réalisation des travaux en cours et qu’aucune autorisation n’avait donc été délivrée à cet effet. Ensuite, il semblerait que l’établissement ne disposait d’aucune issue de secours. Enfin, ces mêmes médias soulignent la suppression des colonnes de soutènement, rendant l’immeuble particulièrement vulnérable en cas de séisme.

L’heure est maintenant à la recherche des responsables de ce drame. Très rapidement après l’évènement, une enquête a été ouverte et les autorités ont indiqué que plusieurs personnes avaient été arrêtées, dont le patron et le gérant du club, ainsi que le patron de l’entreprise de métallurgie qui effectuait les travaux sur le site.

La question des responsabilités est donc aujourd’hui au centre des questionnements. Le Quotidien Hürriyet titrait ainsi ce jeudi 4 avril : "Qui a tué 29 personnes ?".

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous en cliquant ICI  

Suivez-nous sur FacebookTwitter et/ou Instagram

Flash infos