Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2262

HIPPISME - Tout sur le thème du cheval à Istanbul !

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 02/06/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 12:55

 

Sous le règne du Sultan Mehmet II (15ème siècle), franchir la porte impériale de Topkapi sur son étalon était réservé aux seuls sultan, vizirs et autres ministres étrangers. C'est dire à quel point la monture s'associait au caractère sacré de l'événement !

Mise au pas au centre de l'hippodrome (photo GPL)

Une armée de cavaliers
Au temps des janissaires, guerriers intrépides, l'armée ottomane a le plus grand nombre de combattants avec 48.000 hommes : janissaires, cavaliers de type "kapu kullari", esclaves de la porte et cavaliers sipahis selon une évaluation détaillée de l'armée ottomane (1475).
Harnachés avec arcs, épées et coutelas, les fantassins occupent un rôle déterminant mais la cavalerie demeure la pièce maîtresse des batailles jusqu'au XVIIIème siècle.

Cette tradition des archers est restée très forte puisqu'elle a donné naissance à un jeu le "Cirit", aussi appelé çavgan. Ce jeu équestre, datant du Moyen-Age, est toujours pratiqué en Anatolie, accompagné de la musique typique, Cirit Havas?. Il réunit deux équipes de sept à dix cavaliers qui s'affrontent à tour de rôle avec des bâtons de chêne ou de peuplier. Pour éviter les coups, les cavaliers, dotés d'une agilité remarquable, enchaînent les mouvements d'évitement et d'attaque (At Cambaz?), se cachant derrière ou sous le cheval.

Le Karacabey : une race endémique
Si on retrouve toutes les races de chevaux, le pays a aussi sa propre lignée. "La Turquie a produit un athlète complet polyvalent : le Karacabey", explique Mahir Basdogan, Responsable du Göcmen's Ranch à Zekeriyaköy.
Conçu au haras de Karacabey, un des sept haras nationaux sous le contrôle de l'Etat, à partir de juments locales, croisées avec des étalons Nonius importés de Hongrie, ce cheval de couleur bai est en général un cheval de selle mais aussi de cavalerie et de transport.

Le ranch Göcmen (photo GPL)

Pratiquer l'équitation
En 1970, il n'y avait qu'un seul club d'équitation à Istanbul. En 2011, on en dénombre une cinquantaine. Le nombre de cavaliers est aussi en augmentation même si ce sport demeure une activité réservée à une élite.

Entretenir un cheval coûte au bas mot mille deux cent TL par mois sans compter le coût d'adhésion au club et les soins du vétérinaire?.
On distingue deux types de clubs : les centres équestres urbains, dotés d'infrastructures de grande qualité, avec en majorité des chevaux de propriétaires, et ayant peu d'espace de ballade comme à Uluslararas?, Kemer, Maslak, Sipahi, ? Et les clubs plus excentrés, comme Göçmen Ranch, Sakliköy ou encore Bagana à Antalya, dont la situation géographique est plus propice aux longues promenades.


Les courses hippiques
Avec plus de 80 hectares, 2000m de piste, 1.500 chevaux à demeure, environ 1.000 grooms et jockeys, sans compter tout le personnel nécessaire à son entretien, Veliefendi est l'hippodrome d'Istanbul, situé à côté de l'aéroport Ataturk au bord de la mer de Marmara. Propriété de l'Etat, c'est le plus grand des huit hippodromes que sont Izmir, Bursa, Ankara, Adana, Urfa, Sirinyer et Elazig.

Eric Sotteau Bellier, entraineur (photo GPL)

"A raison de deux entrainements par jour, les 1.500 chevaux des différentes écuries s'entrainent à tour de rôle sur une piste synthétique fibrée", explique l'entraineur français de l'écurie de Mr et Mme Gedik d'Estainville. Venu spécialement de Vendée pour s'occuper des chevaux de course de ces propriétaires, Eric Sotteau Bellier compte à son actif plus de 500 victoires. Ici, il apporte sa rigueur et son savoir-faire français. Connu pour ses compétences équines, il aime aussi encourager les jeunes recrues de l'école de jockey, située à côté de l'hippodrome. Son plus jeune jockey de seize ans en est issu.

Les réunions ou courses ont lieu d'avril à décembre, plus de 110 au total. Les chevaux sont pour la plupart âgés de 2 à 6 ans, de race pur sang anglais ou arabe, de souches anglo-françaises et américaines.
Qu'en est-il des paris ? Ils existent, se pratiquent des quatre coins du pays, sont retranscrits par la chaine câblée nationale TJK et les enjeux sont conséquents.
Alors avis aux amateurs de quadripède ! Deux réunions à ne pas manquer : le Gazi  ou derby des chevaux de 3 ans qui a lieu le dernier week end de juin et la réunion internationale de septembre, course ouverte aux jockeys internationaux.


Remerciements à Mahir Basdogan et à Eric Sotteau Belier.
"Les Clefs d'Istanbul" renseigne les amateurs sur ces clubs.

Geneviève du Parc Locmaria (www.lepetitjournal.com Istanbul) jeudi 2 Juin 2011

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet