TEST: 2261

Sur les traces de la Bataille de Hong Kong

Par Claudia Delgado | Publié le 05/02/2021 à 14:00 | Mis à jour le 06/02/2021 à 01:45
Photo : Wong Nai Chung Gap trail-Wikimedia Commons
guerre Hong Kong

Le 8 décembre 1941, les forces japonaises attaquent Hong Kong, dont la résistance se bat pendant 17 jours. Le 25 décembre, date connue sous le nom de "Noël noir" Hong Kong se rend. Pour retracer ces 17 jours de combat et ses séquelles, Lepetitjournal.com est parti sur les traces des anciens combattants et parcouru des tranchées et des tunnels pour se remémorer le début d’une occupation japonaise qui a duré trois ans et huit mois.

La bataille de Hong Kong

The Gin Drinkers Line

Cette "ligne des buveurs de gin" nommée d'après la baie Gin Drinkers, est une ligne de défense fortifiée construite en 1936 par les forces britanniques pour se protéger contre une invasion japonaise qui arriva le soir de 9 décembre 1941. Suivez la surnommée "ligne Maginot d'orient" dans tous ces recoins, tunnels et tranchées avec le Shing Mun War Relics Trail.  

guerre Hong Kong
The Gin Drinkers Line - Wikimedia Commons

Devil’s Peak

Ce "pic du diable" doit son nom aux pirates qui occupaient autrefois la colline. Ces fortifications et ces deux batteries (Gough et Pottinger) construites entre 1900 et 1914 ont été utilisées comme base militaire. Le 12 décembre, une fois que la première ligne de défense est tombée, les troupes ont battu en retraite vers les hauteurs de Devil’s peak.

A côté du canal Lei Yue Mun près de Yau Tong.

 

Hong Kong Museum of Coastal Defence

Connu autrefois sous le nom de fort de Lei Yue Mun, il est situé dans un ancien fort côtier surplombant le canal de Lei Yue Mun et marque l’endroit où les forces japonaises ont lancé l’attaque sur l’île de Hong Kong. Son exposition permanente retrace l'histoire de la défense du littoral de Hong Kong depuis l'époque de la dynastie Ming.

175 Tung Hei Road, Shau Kei Wan.

 

Wong Nai Chung Gap trail

Le 18 décembre, les forces japonaises ont livré un féroce combat en prenant d’assaut cette zone. Suivez ce parcours semé de bunkers et de casemates qui allie histoire et nature, des plaques retracent la bataille dans laquelle les troupes britanniques ont fini par capituler face à l’armée japonaise le jour de Noël 1941.

guerre Hong Kong
Wikimedia Commons

St. Stephen’s College

Cette école a été le scénario d’une terrible attaque le matin du 25 décembre, à peine quelques heures avant que Hong Kong ne capitule. Les forces japonaises ont assiégé ce qui à l’époque faisait office d’hôpital de fortune, et y ont perpétré l’un des pires massacres de la bataille. On peut y trouver une fosse commune et une plaque à la mémoire des victimes connues et inconnues qui y ont perdu la vie.  

Wong Ma Kok Road, Stanley.

Mémoriaux

The Cenotaph

Le Cénotaphe a été bâti en 1923 initialement pour rendre hommage aux victimes de la 1re Guerre mondiale avec une inscription "1914-1918". Plus tard, les années "1939-1945" vinrent s’ajouter à l’inscription pour rendre également hommage aux victimes de la IIe Guerre mondiale

Statue Square, Chater Road, Central.

guerre Hong Kong
The Cenotaph- Wikimedia Commons

City Hall Memorial Garden

Juste en face du Cénotaphe se trouve ce jardin qui abrite le monument bâti à la mémoire des soldats et citoyens qui se sont battus et sont morts pour la défense de Hong Kong pendant la IIe Guerre mondiale, dans le mémorial sont listés les noms des unités qui ont combattu.  

5 Edinburgh Place, Central.

Hong Kong Chinese War Memorial

Cette arche commémorative qui trône à l’entrée du jardin botanique a été construite en 1928 en souvenir des citoyens chinois tombés au combat pendant la 1re Guerre mondiale. Elle a été endommagée pendant la IIe Guerre mondiale et réparée ultérieurement pour rendre hommage aux Chinois qui ont sacrifié leur vie pour les forces Alliés pendant les deux guerres.  

Hong Kong Botanical Gardens, Central.

Statue du soldat anonyme

Une statue de bronze se dresse lorsqu’on arrive au parc de Hong Kong, il s’agit du soldat inconnu de la 1re Guerre mondiale. A ses pieds, une plaque commémorative est dédiée à tous les défenseurs de Hong Kong de décembre 1941 dont John Robert Osborn, un soldat canadien, récipiendaire de la croix de Victoria, la plus haute distinction militaire britannique, pour son courage et son sacrifice lors de la bataille de Hong Kong.

Hong Kong Park.

guerre Hong Kong
Wikimedia Commons

Sai Kung Martyrs Mémorial

Monument bâti en 1989 pour rendre hommage aux combattants de la IIe Guerre mondiale. 

Tai Mong Tsai Rd, Sai Kung.

Sai Wan War Cemetery

Un cimetière militaire destiné dès son ouverture en 1946 à accueillir les soldats de la garnison de Hong Kong tombés pendant les deux guerres mondiales. Une salle commémorative à l'entrée du cimetière abrite des plaques avec les noms de plus de 2 000 militaires décédés lors de la bataille de Hong Kong qui n'ont pas de tombe connue.

Cape Collinson Road, Chai Wan.

guerre Hong Kong
Sai Wan War Cemetery - Wikimedia Commons

Stanley Military Cemetery

À côté du collège s’étend le cimetière militaire de Stanley, dernière demeure de presque toutes les victimes des forces britanniques et hongkongaises pendant l’occupation japonaise, car il a servi de camp de détention pour prisonniers de guerre.

Wong Ma Kok Road, Stanley.

 "Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix" disait Benjamin Franklin, que le parcours à travers ces vestiges de guerre nous rappelle ces mots ainsi que ce sombre chapitre de l’histoire de Hong Kong.    

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Sur le même sujet
Claudia Delgado

Claudia Delgado

Mexicaine de langue française, Claudia est traductrice. Cela fait quelques mois qu’elle habite à Hong Kong et rédige des articles pour le Petit Journal
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale