TEST: 2261

Sondage: notre vie après le coronavirus

Par Karine Yoakim Pasquier | Publié le 28/04/2020 à 15:10 | Mis à jour le 29/04/2020 à 09:13
Photo : Que ferons-nous lorsque nous aurons retrouvé notre liberté de mouvement?
coronavirus vie après

Qu’est-ce que le coronavirus a changé dans votre quotidien et que ferez-vous une fois ceci terminé? Découvrez les réponses et les impressions de quelques Français de Hong Kong sur la situation actuelle.

La semaine dernière, Lepetitjournal.com a fait passer un sondage afin de savoir comment les Français de Hong Kong vivaient le confinement et ce qu’ils prévoyaient de faire quand tout ira mieux. Un échantillon d’environ 50 personnes s’est prêté au jeu, composé de 60 % de femmes pour 40 % d’hommes, âgés de 35 à 50 ans pour 40 % d’entre eux, de 50 ans de plus pour 30 % et de 20 % dans la vingtaine.

Voici les réponses :

Qu’est-ce que le Coronavirus a changé dans votre quotidien?

Même si nous n’avons pas connu un confinement strict comme en France ou en Italie, le coronavirus a modifié le quotidien de la majorité des individus questionnés. Entre la vie au ralenti et la routine professionnelle bouleversée, les choses ne sont plus exactement les mêmes qu'auparavant.

47 % des sondés travaillent depuis plusieurs semaines à la maison, regrettant ou savourant de ne plus croiser leurs collègues. 37 % ont dû réorganiser leurs habitudes avec la fermeture des écoles… tandis que seuls 4 % des gens interrogés ont pu se rendre au travail comme d’habitude, en appréciant la réduction du temps de transport.

 

 

À titre privé, 70 % du panel a été dans l'obligation d'annuler ses vacances, devant ainsi se contenter des plages de Shek O, à la place de celles de Koh Phi Phi ou de celles de Normandie. 4 % ont même dû écouter leurs séjours à l’étranger pour rentrer précipitamment.

39 % ont cessé leurs activités sportives… et 45 % en ont profité pour ont été contraints de ne plus voir leurs amis.

Qu’avez-vous fait de particulier pendant cette période?

Avec l’instauration des règles de distanciation sociale, la fermeture des bars, des centres de sport et de massage, et les diverses mesures imposées par le gouvernement, il a fallu s’adapter. Quelles nouvelles habitudes a donc prises notre échantillon de sondés? Nous leur avons posé la question.

Le résultat est sans appel : les Français de Hong Kong se sont entretenus physiquement. Si la grande majorité (55 %) est allée randonner les weekends, d’autres en ont profité pour bronzer, en se rendant sur les plages et en passant du temps dans la nature, tandis que 26 % ont découvert le fitness en ligne.

 

 

Au niveau de la nourriture, 42 % ont expérimenté les apéros skypes (mettant sans doute à mal les séances de Pilates et de pompes devant YouTube, mais il faut bien garder le moral!). 33 % ont invité des amis à la maison, 22 % ont appris de nouvelles recettes de cuisine, tandis que 17 % ont testé tous les restaurants recommandés sur Deliveroo ou sur FoodPanda. 40 % ont poussé le vice jusqu’à regarder la quasi-totalité du catalogue de séries proposées sur Netflix (en n’omettant sûrement pas la série Tiger King qui fait fureur en ce moment). Pour finir, 6 % ont fait des challenges indoor.

17 % d’entre eux sont quand même restés sérieux, en acquérant une nouvelle compétence, qu’il s’agisse d’une langue, de la calligraphie ou de la création d’un jeu vidéo. Certains ont redécouvert leur profession en apprenant à la pratiquer en ligne, tandis qu’une des personnes sondées a même commencé à écrire et qu’une autre s’est levée plus tôt que d’habitude pour éviter les foules.

Une petite minorité, quant à elle, a apprécié profiter davantage de leur famille (2 %), discuter via les réseaux sociaux avec d’anciens amis (2 %) ou a aménagé son intérieur en faisant des travaux (2 %)…

Lorsque le Covid19 sera derrière nous, quelle sera la première chose que je ferai?

Quand les interdictions seront levées, 41% des interviewés partiront en voyage certains espérant même pouvoir rentrer en France pour voir la famille.

D’autres célèbreront la fin du coronavirus en allant faire la fête ou en buvant des verres (15 %), tandis que les plus sportifs retrouveront leur fitness favori (6 %). 13 % organiseront un barbecue sur la plage, 12 % iront se faire masser et 6 % passeront une journée sans enfants.

 

 

Quelques personnes marqueront l’événement en se rendant au cinéma, ou en se faisant un bon restaurant, tandis que l’un des sondés souhaite carrément attaquer le gouvernement en justice.

Selon vous, quand est-ce que la situation sera terminée?

17 % d’optimistes pensent que tout sera fini, à la mi-mai, comme l’a annoncé le gouvernement, tandis que 23 % tablent plutôt pour Noël. 15 % prévoient que tout ira mieux en septembre à la rentrée des classes alors que 10 % visent fin juillet, juste à temps pour les vacances.

33 % des répondants, philosophes, ignorent encore quand tout sera réellement terminé alors que 2 % de pessimistes imaginent qu’il faudra plus d’un an pour en venir à bout.

En conclusion, l’un des sondés s’alarme: "Ce qui m’inquiète le plus aujourd’hui c’est la distance sociale entre nous tous. La peur et la paranoïa ont pris le dessus chez certains… je ne sais pas ce que nous réserve l’avenir…" alors qu’un autre interviewé s’interroge sur la suite: "Même si Hong Kong est libérée du virus, ça ne veut pas dire que ce sera le cas de l’international… Nous serons probablement bloqués à Hong Kong pour un long moment et les voyages devront désormais se faire avec des quarantaines nécessaires à l’arrivée."

Et vous, après des semaines de vie au ralenti, que ferez-vous le jour où tout redeviendra possible?

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Karine Yoakim-Pasquier

Karine Yoakim Pasquier

Karine est Suisse francophone vivant depuis 2018 à Hong Kong. Elle tient un blog intitulé hotfonduepot.com, travaille dans une école et vient de terminer ses deux premiers romans.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale