Scandale sanitaire impliquant des officiels du gouvernement de Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 09/01/2022 à 14:30 | Mis à jour le 10/01/2022 à 04:48
carrie lam

Alors que des efforts supplémentaires sont demandés à la population de Hong Kong pour faire face à la propagation du variant Omicron, on apprend que 13 membres du gouvernement et 20 députés ont participé à une soirée de 170 personnes, impliquant au moins un cas confirmé de variant Omicron. La cheffe de Hong Kong n’a pas caché son embarras et sa déception dans une conférence de presse extraordinaire jeudi dernier, fustigeant cette attitude irresponsable.

170 personnes mises à l’isolement

Tous les participants à l’anniversaire incriminé qui s’est déroulé lundi 3 janvier au soir dans un restaurant de Wan Chai, ont depuis été mis à l’isolement pour 3 semaines au centre de Penny's Bay, faisant de cet épisode le plus gros cluster potentiel depuis l’apparition du variant Omicron à Hong Kong. Les membres des familles des participants sont aussi mis à l’isolement 4 jours. Par ailleurs, des assistants parlementaires ayant pris part à la soirée, les bureaux du gouvernement ont été fermés afin d’être désinfectés. Rappelons que depuis samedi, les bars sont fermés pour une période de 15 jours, les restaurants soumis au régime du couvre-feu à partir de 18 :00 et les vols de 8 pays dont la France interdits à destination de Hong Kong, occasionnant de graves perturbations dans la vie professionnelle de centaines de milliers de résidents et occasionnant un impact économique négatif majeur, dans une ville dont la plupart des services sont liés aux échanges avec le reste du monde.

Le ministre de l’intérieur hongkongais impliqué

Parmi les officiels invités de l’anniversaire de Witman Hung Wai-man, chargé de liaison de Hong Kong à Qinhai et Shenzhen, figurent le chef des affaires intérieures Caspar Tsui, un représentant de Hong Kong au National People’s Congress de Pékin ainsi que plusieurs députés pro-establishment. Si le cas confirmé d'infection est une femme de 37 ans dont la mère aurait été cas contact dans le cluster du personnel de Cathay, on sait que les officiels hongkongais sont exemptés de quarantaines lors de leurs déplacements en Chine continentale et que le Guandong, connait une recrudescence de cas de variant Omicron. Ainsi, le député pro Pékin Junius Ho, qui s’est illustré en félicitant les triades lors de l’attaque du métro de Yuen Long, a rencontré à Shenzhen Xia Baolong, le responsable des Affaires de Hong Kong et Macao, deux jours après avoir participé à la soirée. Jeudi, la Chief Executive Carrie Lam s’est dite « déçue » car, a-t-elle rappelé, «ce travail anti-pandémie dure depuis si longtemps, nous sommes si nombreux à travailler si dur pour lutter contre la pandémie, donc en tant que principaux responsables de l'administration, nous devons montrer l'exemple et nous abstenir de prendre participer à des événements privés ».

Les officiels responsables selon Carrie Lam

Or, quelques jours plus tôt, Carrie Lam venait précisément de convoquer de hauts responsables de Cathay Pacific pour les réprimander parce que le personnel navigant bafouait les règles de la pandémie et causait un groupe communautaire de variant Omicron. Lors d'une conférence de presse, des journalistes présents ont demandé à plusieurs reprises à Carrie Lam si elle devait assumer la responsabilité du scandale embarrassant et potentiellement dangereux pour l'establishment, les médias citant ses propres commentaires sur la façon dont la haute direction de Cathay devait être tenue pour responsable. Deux jours plus tôt, la dirigeante avait en effet expliqué son point de vue : « En tant que cadres supérieurs, ils ne connaissent peut-être pas tous les actes de leurs employés, mais cela ne peut pas être une clause d'exonération de responsabilité. En tant que chef d'une organisation, tout comme moi en tant que cheffe [de Hong Kong], je dois assumer la responsabilité de tout. » Mais elle a rejeté la comparaison, insistant sur le fait que les ministres eux-mêmes devraient assumer la responsabilité de leurs actes. Vendredi, elle ordonnait la suspension de leurs fonctions pour 21 jours des 13 membres de son gouvernement ainsi qu’une enquête.

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale