Mercredi 27 janvier 2021
Hong Kong
Hong Kong

Pierre Cardin, l’homme qui a amené la mode en Chine

Par Didier Pujol | Publié le 04/01/2021 à 14:00 | Mis à jour le 05/01/2021 à 09:58
Pierre Cardin Chine

Coincidence fortuite: alors que le Festival du Film Français de Hong Kong programmait cette année le film de David Ebersole et Todd Huhes "La maison Cardin", le fondateur de la célèbre griffe nous a quitté ce 26 décembre à l’âge de 98 ans. Pierre Cardin a été la première entreprise française à travailler en Chine communiste, alors encore sous le choc de la Révolution Culturelle.

Un self-made-man inspirant

Quand on se penche sur la vie de Pierre Cardin, on comprend vite que rien ne prédestinait ce fils d’immigrés italiens arrivé en France à l’âge de deux ans (son vrai nom était Pietro Costante Cardin) à devenir ce géant de la haute couture française à la tête d’une fortune estimée à près de 600 millions d’Euros. Dernier d’une fratrie de 10 et souffrant de la xénophobie à l’école, il sera toute sa vie tiré par l’envie de réussir. Employé par un tailleur de Saint-Etienne dès 14 ans, il part tenter sa chance seul à Paris, grâce à une introduction chez Jeanne Paquin. Il deviendra ensuite tailleur chez Dior, créera pour Jean Cocteau les costumes de la Belle et la Bête, les vestes sans col pour les Beatles, la robe bulle et les défilés masculins. Pierre Cardin démocratisera la mode en développant le prêt-à-porter en 1959, souhaitant pouvoir “habiller la Duchesse de Windsor comme les concierges”. Puis, c’est l’internationalisation, pénétrant l’URSS et la Chine bien avant tout le monde et la diffusion de sa marque dans tous les domaines du design, des serviettes de toilette jusqu’aux voitures en passant par les boites de sardines, une façon indique-t-il, de "garder mon indépendance."

Pierre Cardin Chine

Pour les Chinois, Pierre Cardin, c’était la France

Lorsque l’on demandait dans les années 80 à des Chinois de parler de la France, les noms de Paris, Tour Eiffel et de Pierre Cardin venaient parmi les premiers. Il faut dire que le créateur français a tout de suite cru que l’Asie, le Japon tout d’abord, puis la Chine à partir de 1978 étaient des marchés porteurs pour la mode française. Son défilé avant-gardiste sur la Grande Muraille, alors que les vêtements gris ou bleus étaient encore la norme, a fait l’effet d’une explosion de couleurs et de créativité dans un pays écrasé par 30 ans d’uniformisation. La suite, on la connait: plus de 1000 boutiques, 100.000 employés sur un total de 200.000, des centaines de produits dérivés, une trentaine de licences cédées à des entreprises chinoises. A Hong Kong, le créateur s’était déjà fait remarquer le 18 août 1968, quand il avait demandé à un journaliste de devenir mannequin d’un soir pour un défilé de charité en avant-première de sa nouvelle collection. L’adoption par le public a été immédiate!

Pierre Cardin Chine

Le symbole d’une époque

Pierre Cardin représentait à lui seul la modernité mais il était aussi le dernier pilier de l’âge d’or de la haute-couture française, celle des grandes maisons. Appartenant à une lignée qui a commencé après la seconde guerre mondiale avec Balmain, Chanel ou Dior, il était encore propriétaire de sa griffe. Pour Cardin, plus que la haute-couture, la mode était un art de vivre et se devait d’être déclinée dans le quotidien. Il créera non seulement des vêtements mais également du mobilier et des objets d’usage courant, représentant plus de 800 licences. Recevant des élèves dans le musée dédié à ses collections, il justifiait ses choix par cette simple phrase "Je suis un homme libre."

Pierre Cardin Chine

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir