Nouveau report des élections, réforme du système électoral à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 11/03/2021 à 10:24 | Mis à jour le 12/03/2021 à 08:31
Elections Hong Kong

Sans surprise, le NPC a confirmé le nouveau report des élections législatives à Hong Kong et la profonde réforme destinée à garantir que la ville soit « gérée par des patriotes »

A l’ordre du jour de la 13ème réunion des « deux sessions », les assemblées annuelles des groupes consultatifs et législatifs du Parti Communiste Chinois, la réforme du système électoral a été adoptée ce jeudi 11 mars. Il reste à compléter la Basic Law, la mini-constitution de Hong Kong via les annexes I et II pour que les textes aient force de loi locale.

Eviter la représentation des districts

Depuis la cuisante défaite du camp pro-Pékin aux élections de districts, la menace d’un basculement de majorité au LegCo, le Conseil Législatif de Hong Kong pesait sur l’élection législative. Celle-ci a pu être évitée une première fois en invoquant le risque sanitaire en septembre 2020 mais le maintien des règles existantes aurait mis en difficulté le pouvoir à l’échéance de 2021. Le nouveau texte permet de faire d’une pierre deux coups en supprimant les 117 sièges dévolus aux conseillers de districts au comité électoral, ceux-ci étant quasiment tous acquis au camp démocrate, et en repoussant encore l’échéance des législatives de 2021, au chef de modification de la loi électorale dans les annexes de la Basic Law.

Garantir le choix du Chief Executive

Le choix pour le poste de Chief Executive était compliqué par la constitution du comité électoral. Le nouveau système dissocie encore plus la majorité au parlement du choix du leader de Hong Kong, en introduisant 300 « électeurs patriotes » dans un comité électoral étendu à 1500 personnes en charge du choix du leader de Hong Kong comme de celui des candidats aux législatives. Depuis quelques semaines, le procès des démocrates qui aurait participé au « plan 35 plus », censé faire obstruction systématique aux propositions du gouvernement pour obtenir une première dissolution de l’assemblée et à terme la démission de la chief executive, montre l’importance pour Pékin de contrôler le choix du leader de Hong Kong.

« Hong Kong aux patriotes »

Outre que les élus doivent désormais à Hong Kong pouvoir justifier d'un parcours exempt de délits d’opposition à la Chine ou de participation à des manifestations non autorisées, ce qui écarte de-facto la quasi-totalité des démocrates qui se sont illustrés lors des troubles de 2019-2020, il n’est pas exclu que l’on demande aux représentants au Legco de prêter allégeance à la Chine, sur le modèle des agents administratifs et ministres actuels. Par ailleurs, les sièges réservés au pouvoir central et ses représentants est augmenté en faisant passer le nombre de sièges à l'assemblée de 70 à 90 pour intégrer des sièges inamovibles acquis à Pékin. Cette réorganisation répond à l’appel de Pékin de « rendre Hong Kong aux patriotes »

A suivre

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale