Mercredi 24 juillet 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une exposition d'envergure sur les marchands américains en Chine

Par Mathilde Rondouin | Publié le 19/03/2019 à 14:00 | Mis à jour le 19/03/2019 à 14:00
Photo : "Whaling Barque Harmony of Hull" peinte par William John Huggins en 1829
Histoire marchands américains exposition Hong Kong Chine

Avec “The Dragon and the Eagle: American Traders in China, A Century of Trade from 1784 to 1900”, le Musée Maritime, sur le Central Pier 8, signe une exposition d’envergure. A découvrir avant le 14 avril prochain.

Cela fait longtemps qu'une exposition n'avait pas réuni autant de peintures, porcelaines, archives ou objets d’art venus du monde entier, prêts d’institutions prestigieuses comme The Metropolitan Museum, the Winterthur Museum, The Peabody Essex Museum ou de collections américaines privées. Le parcours, divisé en 5 sections, retrace les différentes facettes des relations Sino-Américaines sous la dynastie des Qing. 

Des échanges commerciaux 

Forts d’une indépendance nouvellement acquise, les jeunes Etats-Unis d’Amérique cherchent des alliés en cette fin de XVIIIème siècle. A cet effet, le Président Georges Washington, en 1784, envoie un premier navire marchant, L’Impératrice de Chine, en mission vers l’Empire du Milieu. L’objectif est simple : rattraper les grandes puissances occidentales dont les comptoirs et entrepôts marchands fleurissent dans le port de Canton depuis plusieurs décennies. Les chinois se montrent alors très friands des racines de Ginseng, des fourrures et des balles de coton en provenance d’Amérique. De leur coté, les Etats-Unis ont tôt fait de raffoler produits de luxe chinois. Les traités d’échanges commerciaux se multiplient dès le début du XIXème siècle.

Une nouvelle génération d’hommes d’affaires cosmopolites

De riches familles de marchands émergent à Canton, seul comptoir autorisant le commerce avec les étrangers. Du coté chinois, on les appelle les Hong. Le plus célèbre d’entre eux, Wu Bingjian, dit Howqua, à la tête de l’association des marchands chinois, multiplie les contrats avec les américains et devient proche de nombreux étrangers, au point de poser pour un portrait en 1837 et de l’offrir à ses associés de la société Russell & Co. Maintenant dans les collections du Smithsonian, à Washington, la toile, signée par l’élève du peintre anglais Georges Chinnery, Lamqua, est présente dans l’exposition et pour la première fois sur le sol chinois. Elle dépeint un homme fin, de profil, au sourire narquois, paré de tous les attributs d’un érudit de la Chine ancienne.

 

Histoire marchands américains chine
Portrait de Howqua (Wu Bingjian) peint par Lamqua en 1940

 

Du coté américain, de nombreux consortiums de marchands en provenance des quatre coins du nouveau continent s’installent à Canton, Macao puis Hong Kong : Perkins & Co qui deviendra Russell & Co, en est le leader au XIXème siècle. L’exposition, notamment dans sa dernière salle, présente les objets plus intimes de ces familles. Amateurs de portraits, les marchands américains apprécient particulièrement les tableaux de personnages chinois en tenues traditionnelles sur fond de laques précieuses, signés notamment par l’artiste chinois Spoilum, ou ceux de leurs épouses réalisés par Georges Chinnery.

 

Portrait de Howqua (Wu Bingjian) peint par Lamqua en 1940
Portrait d'un marchand Hong peint par Spoilum 

 

La Chine s’enracine 

Les mobiliers de bambou, services de table monogrammés, gravures exotiques ou objets de curiosité, remportent un immense succès aux Etats-Unis. Aussi, nombre de grandes collections d’art ancien chinois et d’objets manufacturés en Chine y habillent les maisons bourgeoises, tant sur la côté Est que sur la côte Ouest, tandis que les Chinatown fleurissent dans les centres urbains tout au long du XIXème siècle.

 

Histoire marchands américains exposition Hong Kong Chine
Chaise longue cannée en bambou fabriquée en Chine et destinée à l'exportation datant du 19ème siècle 

 

Informations pratiques:
Jusqu'au 14 avril 2019
Hong Kong Maritime Museum 
Central Pier No. 8 - Hong Kong 

 

Nous vous recommandons

Mathilde Rondouin

Historienne des arts décoratifs, expert en Arts de la Table, Mathilde est aujourd'hui consultante en histoire de la porcelaine française et journaliste. Ses recherches portent sur les produits manufacturés et le savoir-faire européen au 18e et 19e siècle
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Hong Kong

CULTURE

10 expressions cantonaises à mourir de rire

Notre chère langue française regorge d’expressions amusantes: poser un lapin, se prendre un râteau, tomber dans les pommes… Mais les Chinois de Hong Kong ne sont pas en reste!