Mardi 10 décembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Justin Wong, un caricaturiste politique à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 18/07/2019 à 14:50 | Mis à jour le 19/07/2019 à 00:08
Justin Wong caricaturiste Hong Kong

S’il est un personnage hors du commun, c’est bien Justin Wong, enseignant en art graphiques mais aussi caricaturiste politique pour le célèbre journal Ming Pao fondé par l'auteur de romans d’arts martiaux Louis Cha.

Auteur d’un livre à succès sur le non-travail intitulé “Je ne préférerais pas”, il est venu dédicacer la version anglaise de son ouvrage, mélange de textes et de bande dessinée par ordinateur, il a accepté de répondre à nos questions sur ce livre qui en dit beaucoup sur sa propre démarche.

 

Quelle est la raison de votre ouvrage sur le non-travail?

L’idée de ce livre m’est venue quand j’ai quitté mon travail de designer. Je me suis demandé s’il était possible de vivre autrement, sans que le travail soit au centre des préoccupations. Pouvait-on à Hong Kong prendre le temps de vivre et en même temps rester connecté à la société? Le modèle dominant de la réussite sociale fait que ce type d'occasions de se remettre en question sont rares.

 

Justin Wong caricaturiste Hong Kong
Justin Wong et votre serviteur

 

Votre personnage explore la ville d’une façon inhabituelle, laissant une part au hasard et aux rencontres. Qu’est-ce que cela veut dire?

Il n’est pas toujours aisé de comprendre le monde dans lequel nous vivons. Par exemple, mon métier me conduit à commenter par le dessin une actualité plutôt négative. Je fini donc par voir le monde d’une façon très critique, un peu du côté obscur de la force. Or si je dois expliquer le monde futur à mon fils, je crains de le faire de façon biaisée. En se laissant la chance de se faire sa propre opinion, en observant et en étant ouvert aux gens, on stimule son libre arbitre et une pensée autonome. C’est un peu ce que fait Butt, mon personnage principal, en ne choisissant pas le matin ce qu’il va faire de sa journée.

 

Votre façon de décrire le quotidien des relations à Hong Kong est décalée et humoristique. Pourquoi cela?

L’humour permet de mieux faire passer les idées, soit en grossissant le trait comme pour les caricatures, soit en poussant les situations à l’extrême jusqu’à l’absurde comme c’est le cas dans mon livre. Par exemple, Butt doit retisser un nouveau réseau de relations différent de celui de ses collègues de bureau. Il découvre à cette occasion à quel point les relations sont stéréotypées et que les vrais échanges sont en fait très rares. La soit-disante communauté Facebook ou celle de ses anciens camarades de classe se disparaissent rapidement, car elle sont vides de substance. C’est finalement avec un vendeur à la sauvette de figurines en plastique qu’il noue une relation durable. Ensemble, ils s’auto-proclament président et vice-président d’un club (celui des oisifs), ce qui est très hongkongais, et recréent le monde selon leur image au lieu de chercher à ressembler à la masse.

 

Justin Wong caricaturiste Hong Kong
Les états d'âme de Butt, le personnage de Justin Wong

 

Pourquoi avez-vous choisi de publier en français?

C’est un concours de circonstances puisque parmi les éditeurs que j’ai sollicités, les Français ont été particulièrement réactifs. Il semble que mes idées et ma façon de voir le monde correspondent bien à l’esprit indépendant des français. Je me réjouis de voir que les concepts développés sont finalement universels et répondent à des questionnements de société au delà de Hong Kong. Mon prochain ouvrage devrait être dans la même mouture, avec un personnage plus âgé qui correspond à ce que je vis aujourd’hui et en particulier dans ma relation à l’éducation.

 

Le livre de Justin Wong est disponible en français à la Librairie Parenthèses

 

Pour être sûr de recevoir gratuitement tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi): 

https://lepetitjournal.com/newsletter-152565

Ou nous suivre sur Facebook: https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Berlin Appercu
SOCIÉTÉ

La grève générale française vue par la presse allemande

La grève générale du 5 décembre et les contestations du projet de réforme des retraites envisagé par le gouvernement français attise la curiosité de la presse allemande. Petit tour d'horizon.