Hillian Siu : “j’ai fait la première traversée de Hong Kong à Macao en kitesurf”

Par Didier Pujol | Publié le 05/05/2022 à 15:00 | Mis à jour le 06/05/2022 à 01:56
Photo : La traversée entre Hong Kong et Macao par la kitesurfeuse Hillian Siu
traversee

A l’occasion d’une rencontre amicale entre kitesurfeurs à Hong Kong, nous avons fait la connaissance de l’ancienne championne féminine d’Asie et détentrice de la première traversée entre Hong kong et Macao en kitesurf Hillian Siu. Elle nous parle de cette discipline et de son engagement pour la protection des océans.

Lorsque l'on rencontre Hiliian Siu, on est un peu surpris de découvrir une jeune fille toute fine, bien différente de l'image habituelle des champions de sports extrêmes. Son sourire éclatant et sa gentillesse retiennent immédiatement l'attention, tout comme sa joie de vivre, symbolisée ce jour-là par une grand chapeau de paille tressée semblant directement sorti d'un carnaval brésilien. Sous cette apparence frêle et décontractée se cachent pourtant un caractère bien trempé et une énergie débordante.

"Le kitesurf c'est plus qu'un sport"

Peux-tu expliquer comment tu as connu le kitesurf ?

Je fais du kitesurf depuis 22 ans. Cela fait partie intégrante de ma vie. Cela représente tellement plus qu'un sport pour moi. J’en ai besoin pour mon équilibre. Lai Gun, oncle de la championne olympique de planche à voile, qui dirige un centre de planche à voile sur l'île de Cheung Chau m'a pris sous son aile depuis que j'avais 14 ans. Quand le kitesurf est apparu, il m'a conseillé d’essayer, m’a payé pour mon premier équipement et des cours, alors que j’étudiais en Australie. Depuis, je n’ai plus jamais arrêté. Je suis également producteur et écrivain. Je crée des émissions et des séries pour des productions étrangères. En ce moment, je prépare une fiction inspirée de ma traversée en kitesurf entre Hong Kong et Macao dont le message est que l’on peut changer de vie en se donnant des objectifs au delà de sa propre personne. C’est ce que je cherche à faire avec mes actions pour la propreté des océans. Le script du film a été récompensé mais je dois encore trouver des financements pour le produire.

 

Hillian Siu

"La traversée m'a demandé 6 mois de préparation"

Tu as réalisé la première traversée de Hong à Macao en kitesurf (55 km) ? Comment ça s'est passé  ?

Je faisais du kitesurf près de chez moi à Tong Fuk, sur l'île de Lantau et je remarquais les ferries qui passaient. J'ai alors pensé que ce serait amusant de zoomer jusqu'à Macao. Mon idée était de monter une course vers Macao au profit de la protection des océans. J’ai décidé de m’atteler à ce défi et je me suis entrainée 6 mois avant de prendre le départ le 1er mars 2019, à partir de Cheung Chau, au sud-ouest de Lantau pour une traversée d’essai. J’ai pu effectuer la traversée en deux heures et 18 minutes depuis les îles Soko au Sud Ouest de Lantau et suis entrée dans le livre des records comme la première personne à faire du kitesurf à travers le delta de la rivière des Perles entre les deux villes. Entre-temps, le Covid est passé par là et le projet de la course est devenu plus compliqué à réaliser. Néanmoins, je rêve toujours de faire effectuer la traversée à un groupe de kitesurfers au profit de la sauvegarde des océans.

 

"Hong Kong permet d'apprendre le kitesurf"

Parles-nous du kitesurf à Hong Kong. Combien de personnes le pratiquent ? Existe-t-il des écoles et une fédération ?

Pour être honnête, Hong Kong n'est pas le meilleur endroit pour faire du kitesurf au niveau professionnel, tout simplement parce que le vent est généralement léger et changeant. Avec un changement toutes les 6 heures, c’est un cauchemar pour tout organisateur d'événements de kitesurf. Cela dit, il pourrait y avoir environ 200/300 kitesurfeurs à Hong Kong. En fait, ce n'est pas le pire endroit pour apprendre, à condition d’avoir des horaires flexibles. Cela demande un peu plus de patience et d'engagement mais vous apprendrez certaines compétences essentielles qui vous manqueraient autrement dans des endroits plus ventés.

 

hillian siu en kite surf
Hillian Siu sur son kite

 

Il y a 5/6 entités qui enseignent, dont moi-même, mais nous ne disposons que d’un seul spot pour enseigner : Shui Hau, la baie de Lantau où nous sommes en ce moment. Cela dit, je ne me plains pas car j'habite sur l'île et j'ai des horaires de travail flexibles. Aussi, chaque fois que je vois qu’il y a du vent, je laisse tout tomber et je pars sur l’eau, quitte à travailler jusqu'à 2h du matin après. Il y a aussi quelques associations.

 

sacs pour recuperer des dechets dans l'ocean
Sacs de collecte des déchets pendant les sports nautiques et lunettes en plastique de récupération vendues lors de l'événement

"Les pratiquants de sports nautiques participent à la collecte des déchets"

Quel est le but de la rencontre aujourd'hui ? Fait-elle partie d'un championnat ou le but principal est-il la collecte des déchets flottants? Peux-tu nous en parler ?

L'événement d'aujourd'hui n'est pas un défi sportif mais un effort communautaire pour faire un peu de nettoyage dans la baie de Shui Hau. Comme vous voyez, la quantité de déchets qui traînent est importante. Ce que nous voulons, c'est faire du kite mais nous voulons un terrain de jeu propre. Alors on doit faire quelque chose.

Il y a beaucoup d'autres problèmes liés aux océans mais les déchets sont le plus visible. Personne ne le peut nier et chacun peut aider à son niveau. Nous sommes partenaires et soutenons une l’organisation à but non lucratif Ocean Recovery Alliance. Nous leur donnons des vieux kites et ils ont des partenaires pour les transformer en sacs «pick me up» pour les pratiquants de sports aquatiques : kitesurfeurs, stand up paddlers, nageurs ou kayakistes. Les kitesurfeurs sont probablement les moins efficaces pour la collecte. Le gros du travail incombe en fait aux accompagnants qui ramasseront les déchets sur la plage. Nous sommes heureux de donner une seconde vie à nos kites en plus de créer cet événement de nettoyage de l'océan et de la plage. Aujourd’hui, cette action a toute de même permis d’éliminer plus de 100 kilos de déchets tout en sensibilisant à ce problème. 

 

"Tout le monde peut participer"

Quels seront les prochains lieux ? Comment les gens peuvent-ils rejoindre ce sport et participer à vos initiatives à venir ?

Il est toujours difficile de dire quand aura lieu le prochain événement. D'une part, le vent est difficile à prévoir à Hong Kong et d'autre part, on ne peut savoir qui sera disponible. Si les gens veulent s’essayer à ce sport, ils peuvent bien sûr me contacter par email ou WhatsApp au 68704487. Et s'ils veulent rejoindre l'une de nos initiatives, il est possible de nous suivre sur Facebook, Instagram ou notre site.

Quand j'ai demandé si le kitesurf était accessible à tous, Hillian a souri en me répondant : "Vous avez vu combien je pèse. Si je peux y arriver, alors c'est à la portée de beaucoup de gens." A jauger son allure fluette, j'ai été rassuré. Alors si cela vous tente, pourquoi ne pas essayer !

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale