Esten, étudiant à HKBU depuis 2018 : "Je suis des cours de journalisme"

Par Mathis Nicod | Publié le 10/10/2022 à 13:14 | Mis à jour le 11/10/2022 à 08:52
Photo : Esten dans la salle de cinéma de la HKBU, septembre 2022 ©Mathis Nicod
Esten, étudiant à HKBU à Hong Kong

Esten Eriksen Amavy est franco-norvégien et a suivi sa famille, expatriée à Hong Kong en 2017. Depuis, la famille a quitté la ville mais lui est resté, afin de terminer son cursus en communication et journalisme. Il nous présente son université, dans laquelle il vit sa dernière année d'étude. 

Un étudiant témoin de crises politiques et sanitaires 

Les manifestations de 2019 et la crise sanitaire ont autant marqué la vie de Hong Kong que celle d’Esten. Durant les manifestations, HKBU est restée fermée durant 5 mois et le Covid a contraint les étudiants à suivre les cours en ligne. 
« Les évènements des trois dernières années ont beaucoup affecté mon cursus » nous explique Esten, qui a dû rester à Stanley avec sa famille, loin de l’université et des lieux de rassemblement. De plus, il doit aujourd'hui rattraper quatre cours qui n’avait pas été donnés les années précédentes, pour valider son Undergraduate Degree

 

Dans la vidéo ci-dessous, découvrez Esten, les locaux dans lesquels il étudie, en particulier le Communication and Visual Art Building, et les infrastructures sportives de l’université.  

 

 

L'intégration parfois compliquée pour un étudiant étranger à Hong Kong

Ce n’est pas la première fois qu’Esten vit et étudie à l’étranger. Son père, journaliste, s'est retrouvé expatrié aux Etats Unis alors qu’Esten était encore au lycée. 
Comme lui, ils sont 10 Français à être étudiants permanents à HKBU. Difficile parfois de s’intégrer à un nouveau milieu : en sport par exemple, « impossible d’intégrer l’équipe de foot si on ne parle pas cantonnais, les coach ne parlant pas anglais ».
Quant aux étudiants français en échange, difficile d’entretenir une relation amicale de long terme avec eux.

Une seule année en résidence étudiante 

C’est la règle pour les étudiants étrangers : les students hall, 1,770 places, sont réservés aux freshmens, étudiants en première année. Cependant, cette règle va peut-être changer après la construction de deux nouvelles résidences, prévus pour 2023 2024
Pour les postgraduates students, le prix en chambre double dans les NTT s’élève à 60 000 HK$ pour les étudiants non locaux pour 10 mois. 
Esten réside en collocation à Mong Kok, plus abordable, et le coût de ses études en tant qu'étudiant international s'élève à 120 000 HKD / ans, deux fois plus que pour les locaux.

 

résidence étudiante hkbu
La résidence des étudiants en postgraduate degree (~master). Photo HKBU

Hong Kong Baptist University, l'histoire

A sa création en 1956, elle n’était qu’un « post-secondary college », une école privée fondée par la Baptist Convention of Hong Kong, branche locale de l’Alliance Baptiste Mondiale.
Aujourd’hui, c’est une université tournée vers les liberal arts c’est-à-dire la littérature, la philosophie, la religion et les sciences sociales, même si les cursus de Business et de Sciences restent importants.
En 2020-2021, 11 740 étudiants y étudiaient. 

Liens de l'université avec la France

Voici une liste exhaustive des partenariats entre HKBU et les écoles / universités françaises

ecoles universités partenaires hkbu france

 

Pour les étudiants arrivant en échange au 2ème semestre, les inscriptions débutent le 10 octobre. Voir ce formulaire d’information

De plus, un programme existe entre Sciences Po Bordeaux et HKBU, un double diplôme au cours duquel les étudiants français passent deux ans à Hong Kong.

Dernièrement, HKBU accueille des Français étudiants internationaux pour des cursus complets, comme Esten.

mathis nicod

Mathis Nicod

Mathis est étudiant à Sciences Po Aix-en-Provence et en stage pour 6 mois à Hong Kong à partir de septembre 2022. Il couvre la vie étudiante, la politique, le sport et participe à l'organisation des trophées des Français de l'Asie de l'Est.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition internationale