Dimanche 31 mai 2020
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CORONAVIRUS: 2ème mort à Hong Kong, étude en Chine...

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 20/02/2020 à 00:41 | Mis à jour le 20/02/2020 à 13:10
Coronavirus Hong Kong chine

Ce Mercredi, on apprenait le décès d’une deuxième personne à Hong Kong des suites du coronavirus COVID-19, à l’hôpital Princess Margaret. Cet homme, âgé de 70 ans, souffrait apparemment d’autres maladies. 

Ce cas se rapproche assez du premier décès intervenu en début de mois, une personne de 39 ans également fragilisée par des problèmes de santé existants et ayant récemment voyagé en Chine. A ce titre, une étude des autorités chinoises soulignait cette semaine la forte corrélation entre la mortalité due au virus et l’existence d’autre pathologies.

Propagation limitée

Ce deuxième décès intervient alors que le nombre de personnes infectées est relativement limité à Hong Kong (65) et surtout progresse peu, comparé à des pays de la zone comme Singapour et le Japon. Avec une population inférieure de 1 million de personnes à Hong Kong, un éloignement géographique supérieur du territoire chinois et une plus faible densité urbaine, les personnes atteintes à Singapour (84) ont dépassé celles de Hong Kong. Le Japon compte quant à lui déjà 693 cas mais ramenés à une population de 125 millions d’habitants.

 

coronavirus Hong Kong Chine
Tedros Adhanom, Directeur Général de l'OMS 

 

L’OMS rassurante

Alors que 2.010 décès sont à déplorer dans le monde et plus de 75.291 cas recensés d’infection, l’OMS se montre désormais optimiste dans un communiqué intervenu en début de semaine, indiquant un premier ralentissement du rythme de la propagation depuis le début du mois et rappelant que 80% des cas relèvent d’un caractère bénin de la maladie. Par ailleurs, les guérisons sont désormais en croissance rapide (environ 15.000), la diffusion en nombre en dehors de Chine reste marginale et près de 62.000 des cas concernent le Hubei. Même s’il ne faut pas négliger le risque de diffusion, il semble que les signes liés à une prise en charge de plus en plus efficace soient encourageants.

 

Étude économique

Depuis le début de la crise sanitaire, l’activité économique de Hong Kong fonctionne au ralenti, les secteurs les plus touchés à Hong Kong étant ceux du tourisme et de l’hôtellerie, déjà fragilisés par six mois de manifestations anti-Chine. Les déplacements étant quasiment réduits à néant, les secteurs des services sont aussi affectés par la situation sanitaire, les coopérations internationales devenant problématiques du fait de la diminution des échanges de main d’œuvre. Hong Kong jouant traditionnellement le rôle d'un hub pour l’Asie, avec un nombre important de sièges sociaux régionaux basés dans ce territoire, beaucoup de grandes entreprises sont aujourd’hui impactées.

 

Coronavirus Hong Kong chine

 

Pour autant, cet état est temporaire. Ainsi, si l’on de réfère aux résultats d’une enquête menée ce mois-ci par la l’Ambassade et les Consulats de France en Chine, Business France, les CCE, la CCI France Chine et la French Tech auprès de 466 dirigeants, il semblerait que la moitié des entreprises françaises du secteur industrie prévoit un retour à 80% de l’activité normale pour le début ou la fin du mois de mars (extrait ci-dessus). Les services affichent un optimisme comparable pour 57% des dirigeants quoi que prévoyant une reprise pour début avril. Ces avis sont déterminants, provenant d’entrepreneurs situés aux premières loges de l’épidémie en Chine continentale. En effet, à Hong Kong, la forte dépendance de l’économie locale vis à vis de la Chine fait de la reprise sur le continent l’une des premières conditions de la relance.

Enquête complète 

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.