TEST: 2261

JOURNÉE DE LA FEMME: trois femmes engagées à Hong Kong

Par Lise Dumonteil | Publié le 07/03/2020 à 14:15 | Mis à jour le 08/03/2020 à 07:27
Photo : De gauche à droite: Aude, Emilie et Nicole
Témoignages femmes Hong Kong

Femmes artistes, femmes engagées, femmes entrepreneuses… à l’occasion de la journée des droits des femmes, nous avons interrogé trois femmes vivant à Hong Kong: Aude, Emilie et Nicole.
 

Des personnalités engagées qui nous parlent des femmes, leurs souhaits pour celles-ci et leurs sources d’inspiration féminine.

 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes?

Aude: Parisienne de (bientôt) 30 ans, je suis arrivée à Hong Kong il y a 5 ans.  Je suis à la fois entrepreneur, puisque je dirige depuis 2 ans Hong Kong Madame un blog lifestyle bilingue Français/Anglais (le seul à Hong Kong) qui est aussi une agence de com et relations presse pour des petites marques, et employée, puisqu’Hong Kong Madame s’est toujours fait sur mon temps libre et que j’ai toujours eu un travail plein temps, en ce moment en tant que Content Writer pour une conciergerie lifestyle. C’est sportif de tout cumuler mais j’adore.

Emilie: Expatriée depuis 19 ans sur cette petite île de Hong Kong. Issue d’une grande famille de migrants Espagnols et Corses durant la première guerre. J’occupe la place du milieu d’une fratrie de cinq enfants. La meilleure place avouons-le! Bretonne de naissance, provençale de cœur. Je suis aussi la Fondatrice et directrice artistique de Hong Kong Theatre Association (petite troupe de théâtre internationale pour ceux qui ne nous connaissent pas).

Nicole: Bientôt 85 ans, je vis à Hong Kong depuis 55 ans. J’étais professeur de Biologie dans les écoles chinoises de filles. A la retraite, je me suis tournée vers les enfants des bidonvilles du Népal et en 2011 j’ai fondé une organisation "MAYAA NÉPAL" qui vient en soutien pour l’éducation des enfants les plus déshérités de Katmandou mais aussi qui aide les mamans de ces enfants qui, pour beaucoup gagnent difficilement leur vie en transportant des kilos de sable ou de pierres. MAYAA vient en aide à ces femmes aussi bien sur le plan médical que dans l’amélioration de leur vie au quotidien.

 

Pour vous, la journée des droits des femmes c'est...

Aude: La journée des droits de la femme. C’est une journée de sensibilisation et de mobilisation.

Emilie: Une journée comme les autres. Pour moi, chaque jour est une journée des droits de la femme. La journée de la vie. Je viens d’une famille dont la majorité sont des femmes. Nous avons toutes de forts caractères, de belles personnalités et avons toujours su nous faire ‘entendre’. Mes grands-mères, ma mère, mes tantes m’ont poussées à m’assumer, à m’imposer, à respecter mes choix et à aimer la personne que je devenais chaque jour. Je n’ai jamais eu à souffrir d’être une femme. Je suis entrepreneuse. J’ai construit mon propre avenir. Je suis très chanceuse, je pense. Je souhaite à toutes de trouver cette force. 

Nicole: Pour moi la journée des droits des femmes c’est l’occasion de témoigner pour que les femmes de Hong Kong et du Népal puissent être des femmes heureuses, épanouies ayant le sens de leurs responsabilités en tant que citoyennes.

 

Que souhaitez-vous aux femmes cette année?

Aude: Tellement de choses. Pour commencer, qu’enfin la Journée de la Femme ne soit plus un prétexte à des promotions bidons sur du maquillage, des produits ménagers et autres… Ensuite que le combat #metoo et ses derniers rebondissements aboutissent vraiment à quelque chose, des avancées, et ne retombe pas dans l’oubli dans les prochains mois. Et puis, que nous puissions compter les unes sur les autres et nous soutenir pour faire avancer notre cause mais surtout tracer le futur pour nos filles. Cette année est un peu particulière pour moi car j’attends mon premier enfant, prévu début juin, et qu’il s’agit d’une petite fille.

Emilie: Je leur souhaite d’être aimées passionnément et follement!!! L’amour est devenu une denrée trop négligée !! Je souhaite que nous cessions d’attendre mais plutôt que nous agissions! Je leur souhaite de ne plus voir ceci comme un combat mais une opportunité pour créer un nouveau monde avec de nouvelles valeurs. 

Plus sérieusement. Je souhaite que le combat des femmes cesse. Je souhaite que la force soit avec toutes celles qui souffrent. Le monde dans lequel nous vivons est cruel et j’espère que toutes pourront trouver la paix et l’amour qu’elles recherchent.

Nicole: Je me suis toujours employée à développer chez mes élèves, les qualités requises pour qu’elles deviennent des femmes accomplies, épanouies, leur donner le sens des responsabilités en tant que citoyennes de Hong-Kong ainsi que le sens de l’entraide, mais aussi une sensibilité pour l’humanitaire. Je leur souhaitait donc de devenir ces femmes.

 

Quelle femme, selon vous, pourrait être l’emblème de ce 8 mars et avez-vous une personnalité féminine inspirante à Hong Kong?

 

 

Aude: Adèle Haenel pourrait être l’emblème de ce 8 mars. Concernant, les personnalités féminines inspirantes à Hong Kong, il y en a beaucoup! Je suis notamment très sensible au parcours des femmes entrepreneurs à Hong Kong, parcours que j’aime mettre en avant via mes séries d’interviews "Women of Hong Kong" et "Entrepreneurs of Hong Kong". 

Emilie:  Mes emblèmes pour cette journée seraient:

Vivante: Angelina Jolie - grande fan de sa carrière mais surtout de ce qu’elle fait avec. Elle a une présence importante et un impact extraordinaire. Un vrai intérêt à aider et construire pour les autres. C’est une inspiration pour moi.

Morte: Dalida - une artiste qui s’est battue justement puisque étant une femme dans cette industrie et à cette époque, les choses étaient loin d’être faciles.

Et sinon, toutes les femmes à Hong Kong sont une inspiration. 

Nicole: Deux personnes pour moi sont des sources inspirantes. La première est une de mes anciennes élèves qui est à la retraite et qui donne son temps pour les enfants dans le besoin à Hong Kong. Femme dont le sourire, le dévouement vous bouleverse.

La deuxième est une femme de Balaju que je connais depuis 12 ans, qui vit dans une extrême pauvreté et a eu beaucoup de malheurs. Ce qui me frappe chez cette femme c’est son sourire contagieux, je ne l’ai jamais vue triste. Et c’est sur le témoignage de cette femme extraordinaire, sur son sourire que je vous quitte.

 

Concluons cet article avec une jolie phrase de Nicole "soyons toutes des femmes qui puissent témoigner des beautés de la vie.". Très bonne journée des droits des femmes à toutes.

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Anwen dim 08/03/2020 - 08:03

Bonjour. « Quand tout se fait petit, femmes vous restez grandes. » a écrit Victor Hugo. La femme... Pauvre créature, née pour aimer et toujours empêchée de remplir cette fonction sainte ! Vouée par ce monde corrompu, aveugle, à une existence tourmentée, cherchant toujours ce bonheur promis et légitime, et n'y arrivant jamais. Etrangère, comme égarée, dans un monde indigne d'elle, qui a commencé par la méconnaître ou par en abuser, et qui ne cherche plus de satisfactions, aujourd'hui, que dans la licence dégradante, le luxe ridicule, l'ambition absurde ou la domination féroce. Que tout cela est loin des joies pures que la jeune fille rêve encore, dans son ignorance de la corruption qui l’entoure ! Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/plus-un-enfant-connait-sa-mere-plus-il.html Cordialement.

Répondre

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale