Lundi 23 septembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rencontre avec l’artiste Camille Levert pour "Layers of Hong Kong"

Par Stéphanie Stiernon | Publié le 18/11/2018 à 12:53 | Mis à jour le 18/11/2018 à 13:14
Camille Levert artiste Hong Kong

À la veille de sa première exposition en solo, l’artiste Camille Levert nous a reçu chez elle et nous a ouvert son atelier. Une poignée de main franche et un œil pétillant, elle nous embarque directement dans son nouvel univers.

Artiste photographe, elle nous raconte comment la ville de Hong Kong lui a donné l’envie de passer à la 3D et se réjouit de faire découvrir ses œuvres avec sa prochaine exposition "Layers of Hong Kong".

Passage dans "une nouvelle dimension" 

Cette globetrotteuse originaire du Gers est devenue artiste à plein temps à son retour en France en 2009 après 4 années passées à Pékin. Elle débutera alors une nouvelle technique de photo collage et c’est à son arrivée à Hong Kong, en 2015, qu’elle sera inspirée par les trois dimensions, en ajoutant cette fois la profondeur à ses compositions. "On regarde Hong Kong différemment des autres villes, elle est faite de superpositions fascinantes."

L’élément déclencheur de son passage au tridimensionnel est une œuvre de l’artiste et professeur d’art Alexis Ip représentant la Blue House de Wan Chai. Elle ira suivre son cours, seule gweilo parmi tous, pour se lancer dans cette nouvelle technique artistique.

Ses thèmes de prédilection? "J’aime beaucoup la flore, et celle de Hong Kong se prête très bien aux photomontages. Je me rends compte aussi que j’aime attirer l’attention sur des éléments du passé. Ces objets qui font partie de l’identité visuelle de la ville et qui sont amenés à disparaitre."

Camille contribue à conserver une part de ce patrimoine à travers cette dimension visuelle. Les fameux néons seront au cœur de son exposition alors que ces installations lumineuses tendent à disparaître complétement de la ville.

 

camille levert artiste hong kong photographe atelier

 

Quand la photo devient objet

Quand l’artiste est lancée sur son sujet favori, on sent la passion. "Dans ces photos collages en 3D, j’aime transformer en matière une impression initiale. Rendre hommage à la photo en lui donnant un statut d’objet."

Et paradoxalement, prendre une photo de l’œuvre lui retire ce statut. "J’aimerais que les gens viennent en nombre à la galerie Rouge Ephémère pour découvrir le rendu des œuvres et que je puisse leur expliquer l’histoire qui se cache derrière chacune d’entre elles, comme celle du néon des préteurs sur gage."

 

camille levert photographe

 

Et après… 

L’exposition n’a pas encore commencé que Camille s’attèle à compléter son grand projet : les cinémas hongkongais (voir notre précédent article Hong Kong et ses vieux cinémas fantomatiques).

C’est au printemps 2016 en se promenant à Kowlonn qu’elle découvre la Broadway Cinémathèque de Yau Ma Tei. Un coup de foudre? Presque. Les livres d’illustrations de Rex Koo confirmeront cette nouvelle passion. Elle suivra alors une formation MOOC à la Hong Kong University sur le cinéma hongkongais et dès 2019, elle reprendra son sac à dos et son appareil photo à la recherche des cinémas perdus de la ville. 

 

Chaque pièce est unique et le fruit d’un long travail, fait avec passion et plaisir

 

Exposition du 22 novembre au 15 décembre à la Galerie Rouge Ephémère

Vernissage en présence de Camille le 22 novembre 2018 à partir de 18h.

Pour en savoir plus, découvrez les oeuvres de Camille Levert sur http://www.camillelevert.com
 

galerie rouge ephemere hong kong camille levert

 

Nous vous recommandons

Stéphanie Stiernon

Stéphanie Stiernon

Journaliste Freelance après 12 ans dans le secteur bancaire, au contact des entreprises et du commerce international. Passionnée par l’actualité générale, l’économie, la politique, Stéphanie est avide d’apprendre et désireuse de partager.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu

Gabriel Badea-Päun, "Les peintres roumains et la France"

La saison France-Roumanie s'est achevée cette année, l'occasion de faire le point sur les lacunes que nous avons en France sur la culture roumaine et sur les liens qui unissent encore nos deux culture