Dimanche 19 septembre 2021
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Adrien Jean : découvrir le Vietnam grâce à la photo de rue

Par Adrien Jean | Publié le 11/03/2021 à 10:17 | Mis à jour le 11/03/2021 à 11:03
adrien jean photo vietnam

[Publireportage] Installé au Vietnam depuis six ans, Adrien Jean organise régulièrement des balades photos à destination des curieux désirant s'initier ou se perfectionner à l'art de la photo de rue. Pendant une matinée, nous avons sillonné ensemble ruelles, marchés et temples de Saïgon, à la recherche de visages fascinants, de mouvements gracieux, de jeux de lumière hypnotisants et de coins cachés à immortaliser.
 

Adrien et moi nous retrouvons à 7h30 du matin dans un charmant petit café du district 3 d'Hô Chi Minh-Ville. Attablé autour d'un café glacé servi par une gérante antipathique, Adrien m’explique en termes simples les bases de la photographie. Il démystifie tout un jargon qui jusqu'à ce jour s'était fracassé sur mes oreilles comme une langue inconnue, notamment l’équilibre à trouver entre vitesse, ouverture et ISO. C'est l'illumination pour le photographe novice que je suis.

Nous commençons l'expédition photographique en nous engouffrant dans un dédale de ruelles semi-ombragées des environs. Les têtes se dressent et se retournent sur notre passage, tantôt agrémentées d'un sourire, tantôt d'une paire d'yeux écarquillés. Les « Hello ! » fusent autour de nous. Nous ne sommes pas des stars, seulement les seuls étrangers du quartier.

Quelques Vietnamiens discutent paisiblement autour d'une table. J'hésite à les photographier. « Le Vietnam est un super terrain de jeu pour la photo de rue. J'aime prendre les photos "en fugitif", pour davantage de spontanéité. Quand quelqu'un voit que je l'ai pris en photo, je lui montre son portrait et, généralement, ça lui fait plaisir. » Suivant son propre conseil, Adrien photographie les visages hilares de la bande de cinquantenaires attablés et leur montre les clichés. Les modèles semblent fiers de se voir ainsi immortalisés et éclatent de rire.

Pour varier les points de vue, Adrien m'emmène aux étages supérieurs d'un immeuble modeste. Et c'est là que, par magie, et surtout par chance, une femme en plein mouvement devancée par son ombre se fige gracieusement dans le cadre formé par une devanture, une vieille moto et quelques câbles électriques.
 

adrien jean photo vietnam


Habitué à prendre des photos avec le mode automatique de mon téléphone portable, je jongle maladroitement entre les paramètres de l'appareil que l'on m'a prêté pour l'occasion, un modèle Fujifilm hybride. Je retrouve les mêmes sensations que lorsque j’appris à conduire : au début, on se concentre séparément sur le volant, sur la pédale d'embrayage, sur le levier de vitesse et sur les rétroviseurs, sans comprendre comment il est possible de manipuler simultanément tous ces éléments. Puis, petit à petit, oubliant la technique, on focalise son attention sur la trajectoire, ou, en photographie, sur la composition.

Après un passage éclair par le marché aux fleurs, faiblement animé à cette heure de la journée, nous nous rendons dans le quartier chinois. Il fait chaud, si chaud que j'ai l'impression de fondre sur place comme une bougie allumée au chalumeau. Nous nous faufilons entre les étals surchargés, déclenchons quelques rafales au passage et montons une fois de plus dans les escaliers extérieurs des bâtiments pour tester de nouveaux points de vue.
 

adrien jean photo vietnam


A la vaste palette de couleurs vives des légumes succède bientôt le rouge et doré binaire des temples bouddhistes voisins. Je me sens gêné de paparazzer les quelques fidèles en prière au milieu de ces édifices silencieux et vides. Et si le cliquetis de l'appareil photo interrompait leur communication avec les esprits de l'au-delà ? Je tente tout de même quelques photos lointaines des visages recueillis, enfumés d'un encens qui titille mes narines.
 

adrien jean photo vietnam


A une centaine de mètres de ce lieu sacré, nous croisons une foule d'enfants en uniforme s'échappant des grilles de l'école pour aller déjeuner. Nous en photographions quelques-uns sur le mur jaune défraîchi, avant de nous réfugier sous un porche abrité du soleil. La matinée s'achevant, j’appuie compulsivement sur le bouton « Supprimer » afin de trier la cinquantaine de photos prises au cours de la matinée. J'en conserve quatre : celles illustrant cet article.

 

vietnam adrien jean photos


Auteur de nombreux reportages photographiques publiés dans la presse locale et internationale, Adrien Jean utilise l’art de la photographie comme prétexte pour découvrir les coins cachés du Vietnam et pour se lier, le temps d’un cliché, avec ses habitants.

Pour en savoir plus sur Adrien, sur ses reportages et sur ses tours photos, vous pouvez :

Le contacter par email : adrienjeanphoto@gmail.com
Visiter son site internet
Vous abonner à sa page Facebook et à sa page Instagram


Auteur : Philippe Avocat

Nous vous recommandons
photo adrien jean fiche contact

Adrien Jean

Expatrié depuis 6 ans au Vietnam, Adrien s’est découvert une passion pour la photographie dans son pays d’accueil. Il organise régulièrement des balades photos dans les rues d’Ho Chi Minh, inépuisable source d’inspiration pour ses projets.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Cambodge Appercu
CULTURE

Quelle est la posture de Bouddha qui vous correspond ?

Dans les pagodes cambodgiennes, les statues du Bouddha prennent différentes postures. Ces gestes symboliques sont associés aux principaux épisodes de sa vie et aux jours de la semaine.