Lundi 16 septembre 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La forêt de Francfort en danger

Par Valérie Keyser | Publié le 27/07/2019 à 06:00 | Mis à jour le 27/07/2019 à 06:00
Photo : © Pixabay
Allemagne Francfort Frankfurt Rosemarie Heilig arbres sécheresse canicule eau forêt abattre Grüneburgpark parasites champignons André Schulenberg

L’Allemagne vient d’atteindre des températures record avec 42,6 degrés Celsius à Lingen au nord de Münster. A Francfort, le thermomètre affichait près de 42 degrés jeudi. Les fortes chaleurs et la sécheresse de 2018 avaient déjà commencé à déstabiliser les écosystèmes. La canicule de 2019 ne fait qu’aggraver la situation et les dégâts sont déjà bien visibles non seulement dans la forêt francfortoise mais dans l’ensemble du pays.


Les écosystèmes de Francfort menacés

De nombreux arbres malades ou morts ont dû être abattus, d’autres le seront bientôt. Les zones particulièrement touchées sont le Grüneburgpark et le parc Carl-von-Weinberg à Niederrad. Normalement, 0,7 pour cent des 200 000 arbres de la zone urbaine de Francfort doivent être sacrifiés chaque année, ce qui équivaut à 1400 arbres. Or, cette année 1,5 % des 2850 arbres du Grüneburgpark ont été condamnés et 5 % des arbres du parc de Niederrad doivent être abattus !

Rosemarie Heilig, chef du département environnement (Bündnis 90/Die Grünen) avait déjà dressé un bilan alarmant il y a quelques semaines suite à la canicule de juin et appelé à l’action. « Nous sommes face à une conséquence du changement climatique » avait-elle déclaré.

Selon les spécialistes de l’environnement de la ville, trois à quatre mois de pluie continue 24 heures sur 24 seraient nécessaires pour réapprovisionner en eau les arbres malades. La sécheresse et les températures élevées qui avaient déjà fait rage en juin ont en effet entraîné des niveaux d'eau extrêmement bas à Francfort. Dans certaines zones, les lits des cours d'eau se sont même complètement asséchés.

Pour André Schulenberg, porte-parole de l'entreprise forestière de Hessenforst, une chose est claire : « Notre forêt telle que nous la connaissons va changer radicalement. La raison n'en est pas la canicule actuelle, mais la sécheresse, qui dure depuis près de 16 mois », explique-t-il. Et d’ajouter « Les réservoirs d'eau sont vides, ce qui soumet les arbres à un stress énorme. Pendant longtemps, nous ne pouvions pas imaginer que le changement climatique aurait un impact aussi radical ».

Le manque d'eau n'est pas la seule ombre au tableau ! Les arbres affaiblis sont également infestés par les parasites. L’épicéa est infesté de scolytes, le pin de champignons, le hêtre de coléoptères et de champignons.


Afforestation et mesures de sécurité

La ville s’apprête à planter des arbres capables de résister au soleil, à la sécheresse et au gel et se réfère à des scientifiques de l'Europe du Sud-Est pour trouver les essences adéquates. Cependant, en attendant, le bord des routes et les stationnements sont régulièrement inspectés afin d’éviter que des branches ne tombent sur les véhicules et leurs conducteurs. Par ailleurs, les forêts où des branches menacent de tomber, pourraient bien être fermées et interdites aux promeneurs. Toutes les zones touchées seront alors marquées par des barrages routiers.

Inquiet, André Schulenberg se désole « Aucun des forestiers que je connais n'a vécu une situation aussi dramatique ».

 

Valerie Keyser

Valérie Keyser

Ex directrice des éditions de Francfort et Heidelberg-Mannheim (09/2013-06/2019), Valérie a décidé de se consacrer dorénavant à la rédaction en chef et à ce titre, elle définit la ligne éditoriale et les sujets.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Francfort

INTERVIEW

Stefan Söhngen, nouveau manager du « Newcomers Festival »

Alors que la 19e édition du « Newcomers Festival » pointe son nez, nous avons rencontré le Germano-Suisse Stefan Söhngen, nouvel organisateur de ce rendez-vous incontournable de la rentrée à Francfort

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.