Samedi 20 juillet 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les boursiers Excellence-Major, remerciés pour avoir choisi la France

Par Alhéna Domela | Publié le 20/06/2019 à 14:26 | Mis à jour le 20/06/2019 à 14:26
Photo : © Jonathan SARAGO / MEAE
boursiers Excellence Major

Sélectionnés parmi les meilleurs bacheliers étrangers issus des lycées français du monde, une centaine d’étudiants ont bénéficié ces cinq dernières années d’une bourse afin de poursuivre des études supérieures de haut niveau en France. Réunis au Quai d’Orsay, ils ont célébré ce lundi, avec un peu d’avance, la fin de leurs études.

Smoking, robe de soirée, nœud papillon, talons aiguilles… Devant le 37 Quai d’Orsay, les étudiants de cinquième année attendent patiemment de pouvoir entrer dans le ministère des Affaires étrangères. Certains se connaissent, d’autres se découvrent. Au bout de quelques minutes, les langues se délient grâce à leurs nombreux points communs. En français, en espagnol ou en anglais, les étudiants discutent de leur pays d’origine mais aussi de leur expérience en France et de leurs projets professionnels.

Quelques mois avant leur baccalauréat, la plupart d’entre eux ignoraient tout du dispositif « Boursier Excellence-Major » (BEM) proposé par l’AEFE et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. « Je suis devenue boursière par chance. C’est mon proviseur qui m’en a parlé grâce à mes résultats », explique Iman, Camerounaise, étudiante en économie, management et finance. Près d’elle, Laurie, originaire du lycée Français de Pékin, ajoute : « C’est aussi grâce à mon proviseur que j’ai postulé pour la bourse. On les remercie chaudement, ils nous ont propulsé dans la vie ».

Comment obtenir la bourse Excellence-Major ?

Pour candidater à la bourse Excellence-Major, les lycéens doivent répondre à certains critères. Il faut être un élève étranger scolarisé en classe de terminale dans un lycée français du monde, présenter un excellent dossier scolaire, avoir un projet ambitieux d’études supérieures en France sur 5 ans,  une forte motivation ainsi que la mention bien ou très bien au baccalauréat. « Je ne savais pas où j’allais faire mes études supérieures. Mais quand j’ai entendu parler de la bourse, tout m’a paru plus clair. Et ça m’a motivé pour le bac ! », se souvient Laurie.

Tous les étudiants interrogés saluent le soutien administratif du programme. Gabriel, en 5ème année à Sciences Po Paris (campus de Poitiers), reconnaît qu’il aurait été beaucoup plus difficile pour lui de faire ses études en France sans cette bourse. Visa, carte de séjour, inscription dans les écoles, logement : tout est simplifié pour ces expatriés. Ils bénéficient également d’une aide financière avec trois niveaux de bourse selon leur situation familiale. Par exemple, une participation aux frais de formation est possible à hauteur de 5.000 euros.

« Une véritable carte de visite »

Face au décor somptueux du Quai d’Orsay, les étudiants restent bouche bée. « Les lieux sont vraiment très jolis, c’est très impressionnant ! », commente Astrid, bientôt diplômée en pharmacie. Tous revêtent la fameuse écharpe blanche, réservée uniquement aux boursiers de cinquième année. Les sourires habillent leurs visages. « Aujourd’hui, c’est comme la première cérémonie pour notre diplôme. C’est maintenant qu’on réalise que tout est fini », explique Gabriel. Le début de leur vie professionnelle frappe à la porte. Plusieurs entreprises sont présentes pour cet événement, prêtes à découvrir ces profils singuliers avant la cérémonie officielle.

boursiers Excellence Major

Les boursiers sont ravis de pouvoir ajouter une ligne supplémentaire sur leur CV. « La bourse intrigue nos recruteurs », constate Gabriel, originaire de la République Démocratique du Congo. « Elle valorise nos dossiers », ajoute Iman. « C’est une véritable carte de visite », conclue Laurie. Les entreprises partagent cet avis. Le groupe TOTAL vient d’ailleurs de signer une convention avec l’AEFE et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Il finance dès la rentrée prochaine cinq boursiers. « L’éducation est l’une des priorités de TOTAL », insiste Bernadette Baudier, secrétaire générale de la branche exploration et production TOTAL. Présente dans 130 pays du monde, l’entreprise s’intéresse particulièrement à ces élèves prêts à s’exporter et capables de s’adapter rapidement, qu’importe le pays où ils travaillent. Si Gabriel espère rester en France pour accompagner les entreprises dans leur développement à l’étranger en termes de sécurité et de gestion de crise, une nouvelle expatriation ne serait pas un frein : « Le départ n’est pas anxiogène pour nous, c’est une nouvelle opportunité ».

Des remerciements mutuels

boursiers excellence major
 © Jonathan SARAGO / MEAE

Depuis 1992, plus de 4.000 bacheliers ont bénéficié de cette bourse. Si les étudiants se montrent particulièrement reconnaissants envers le programme Boursiers Excellence-Major, ils sont également remerciés par l’ensemble de ses acteurs. « On vous remercie d’avoir fait le choix de la France, de l’enseignement français […] Bravo pour ces cinq années ! », déclare Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.  Même constat pour Olivier Brochet, directeur de l’AEFE, qui félicite les futurs diplômés pour leur brillant parcours : « C’est un moment émouvant, on leur dit au revoir. Ce sont des remerciements mutuels car on sait ce que ça représente comme sacrifices. Ils ont quitté leur famille, leur pays. Tous ces efforts accomplis, c’est un gage de grande réussite. On les remercie car ce sont eux qui vont porter nos valeurs. Ils sont de véritables ambassadeurs ».

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Victor Lionel Nazaire jeu 20/06/2019 - 17:24

Excellente initiative ! Presentez-nous un boursier de chaque continent (Amerique , Afrique, Moyen-Orient, Asie,etc.) en un paragraphe!

Répondre

Etudier à l'étranger

São Paulo Appercu

Le classement des meilleures universités d’Amérique latine

La meilleure université d’Amérique latine n’est plus brésilienne. Pour la première fois, le Brésil n’est plus à la tête du classement des meilleures universités d’Amérique latine.

Sur le même sujet