TEST: 2254

Le Bloody Sunday a 50 ans, mais l'émotion est toujours vive

Par Lepetitjournal Dublin | Publié le 30/01/2022 à 15:28 | Mis à jour le 30/01/2022 à 16:36
Derry

Une marche ce Dimanche a rendu hommage aux victimes du funeste Bloody Sunday (Dimanche Sanglant) qui se déroula il y a exactement 50 ans ce jour.

Treize personnes ont été abattues lorsque des soldats ont ouvert le feu sur des manifestants des droits civiques à Derry le 30 janvier 1972.

Taoiseach (Premier ministre irlandais) Micheál Martin a déposé une gerbe lors d'une cérémonie commémorative à Derry et a déclaré qu'il soutenait la campagne des familles pour la justice.

Le service fait partie d'une série d'événements organisés à Derry dimanche.

M. Martin a rencontré des proches des personnes tuées, en privé.

Il a dit qu'il avait remercié les familles pour leur campagne « digne, persistante et courageuse » dans la poursuite de la justice, de la vérité et de la responsabilité.

"Les familles des victimes devraient toujours avoir la primauté en termes de considérations politiques et en termes de gestion du passé", a-t-il déclaré.

Que s'est-il passé exactement il y a 50 ans

À Londonderry (ou Derry comme certains Irlandais préfèrent nommer la ville), en Irlande du Nord, 13 manifestants non armés pour les droits civiques sont abattus par des parachutistes de l'armée britannique lors d'un événement connu sous le nom de "Dimanche sanglant". Les manifestants, tous catholiques du Nord, défilaient pour protester contre la politique britannique d'internement des nationalistes irlandais présumés. Les autorités britanniques avaient ordonné l'interdiction de la marche et envoyé des troupes pour affronter les manifestants. Les soldats ont tiré sans discernement sur la foule des manifestants, tuant 13 personnes et en blessant 17.

Les meurtres ont attiré l'attention du monde entier sur la crise en Irlande du Nord et ont déclenché des protestations dans toute l'Irlande. À Dublin, la capitale de la République d'Irlande, des manifestants irlandais indignés ont mis le feu à l'ambassade britannique le 2 février.

Ce jour terrible fut notamment évoqué dans le célèbre chansxon 'Sunday Bloody Sunday' du groupe U2

Accords du Vendredi Saint

Les décennies de troubles en Irlande du Nord trouvèrent finalement une résolution (bien que toujours fragile !) avec l'accord de Belfast, également connu sous le nom d'accord du vendredi saint, car il a été conclu le vendredi saint 10 avril 1998. Il s'agissait d'un accord entre les gouvernements britannique et irlandais et la plupart des partis politiques d'Irlande du Nord sur la manière dont l'Irlande du Nord devrait être gouverné. Les pourparlers qui ont abouti à l'Accord ont abordé des questions qui avaient provoqué des conflits au cours des décennies précédentes. L'objectif était d'établir un nouveau gouvernement décentralisé pour l'Irlande du Nord dans lequel les unionistes et les nationalistes partageraient le pouvoir.

Sur la question constitutionnelle de savoir si l'Irlande du Nord devait rester au Royaume-Uni ou faire partie d'une Irlande unie, il a été convenu qu'il n'y aurait pas de changement sans le consentement de la majorité. C'est ce qu'on appelle le « principe du consentement ». L'opinion majoritaire à l'avenir pourrait être testée par référendum.

logofbdublin

Lepetitjournal Dublin

LePetitJournal.com/Dublin, c'est le média de référence on-line pour les Français et francophones d'Irlande et de tous les amoureux de l’ile d'émeraude
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dublin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Gael Parent

Rédacteur en chef de l'éditon Dublin.

À lire sur votre édition locale