Pâques au Sénégal : la tradition du « ngalakh », entente entre musulmans et chrétiens

Par Lepetitjournal Dakar | Publié le 15/04/2022 à 12:02 | Mis à jour le 15/04/2022 à 15:02
Cathédrale de Dakar

Le « ngalakh » de Pâques est le symbole de la fraternité religieuse entre les communautés musulmanes et chrétiennes au Sénégal. Du vendredi 14 au lundi 17 avril, les chrétiens d’Afrique vont célébrer, comme ailleurs, la mort puis la résurrection du Christ. 

 

La religion majoritaire au Sénégal est l’Islam, pratiquée par 94% de la population. Mais 5% des Sénégalais sont catholiques : la fête de Pâques y est aussi célébrée. Au Sénégal, Pâques est l’occasion pour les catholiques de distribuer le ‘’ngalakh’’ aux musulmans.

Qu'est-ce que le ngalakh ?

Cette tradition, vieille de plusieurs centenaires, met en exergue une entente parfaite entre ces deux communautés. Elle trouverait son origine à Saint Louis, quand les mulâtresses, à l’époque coloniales, préparaient ce met pour la rupture du jeûne de leurs maîtres. Il fallait un plat léger et sans produit animal, ainsi ce met, fait à base de mil, de pâte d’arachide et de pain de singe, était parfait.

Le « ngalakh », symbole de fraternité

Ce plat très apprécié des Sénégalais permet de consolider les liens de bon voisinage entre chrétiens et musulmans, et est devenu incontournable. Ces pratiques locales et uniques au Sénégal prouvent la bonne entente entre catholiques et musulmans, très chère aux Sénégalais.

Les musulmans rendent d’ailleurs la pareille à leurs voisins catholiques lors des fêtes de l’Aïd el fitr et l’Aïd-El-Kébir.

logofbdakar

Lepetitjournal Dakar

L'édition de Dakar de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dakar !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale