Le Danemark fait son cinéma !

Par Joëlle Borgida | Publié le 05/08/2020 à 18:05 | Mis à jour le 16/05/2022 à 14:15
Photo : Le cinéma Palads Teater en 1912
Le cinéma au Danemark : son histoire, les films, les acteurs

Petit aperçu du cinéma danois à travers le temps : depuis le cinéma muet de ses débuts aux films de Bille August, Lars von Trier ou Thomas Vinterberg. Les principaux acteurs et actrices et quelques séries. 

 

Les débuts du cinéma : les films muets 

 

Les premières productions danoises connues sont celles de Peter Elfelt qui tourna de nombreux petits documentaires entre 1897 et 1914 comme :  L'Arrivée du roi Frederic VIII à Berlin, Ses Majestés à vélo, l'Empereur de Russie à Elseneur...

 

Documentaires de Peter Elfelt

 

Ole Olsen fonda, en 1906, Nordisk Film, la première société de production cinématographique danoise, qui existe toujours. Vous connaissez, sans doute, son logo avec l’ours polaire se tenant sur un globe terrestre.

 

logo Nordisk film cinéma danois

 

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le cinéma danois est un des premiers producteurs mondiaux. Les réalisateurs sont August Blom, Robert Dinesen, Urban Gad, Viggo Larsen. Ils tournent des mélodrames, des drames romantiques parfois un peu fantastiques. On y trouve des baisers langoureux - la figure de la vamp aurait été inventée par le cinéma danois à ce moment-là - et des figures féminines peu farouches comme celles que tenait l’actrice Asta Nielsen dans la Duse du Nord ou L’Abîme en 1910. Elle fut la grande star du cinéma muet.

 

L’Abîme, danse avec l'actrice Asta Nielsen, 1910

 

Carl Theodor Dreyer d’abord journaliste, devient scénariste à succès à la Nordisk et dirigera ensuite ses propres films, on lui doit notamment : Le Maître du Logis en 1925 et La Passion de Jeanne d’Arc, production française en 1928.

 

 La passion de Jeanne d’Arc de Carl Theodor Dreyer, 1928

 

On parle d’un véritable âge d’or du cinéma danois à cette époque mais faute d’avoir diversifié ses genres et concurrencé par les studios berlinois ou le cinéma suédois qui se développe à cette époque, le Danemark voit sa production annuelle s’effondrer.

 

Le cinéma danois contemporain 

C’est à partir des années 60 que des aides publiques viendront soutenir l’industrie du cinéma au Danemark et lui donneront un nouveau souffle. En 1972, sera créé l’Institut du cinéma danois (Cinemateket).

Gabriel Axel fera connaitre mondialement le cinéma danois en portant à l’écran en 1987, la nouvelle de Karen Blixen, Le Festin de Babette qui obtient un Oscar.

 

Le Festin de Babette de Gabriel Axel, 1987

 

Bille August remporte la Palme d’or du Festival de Cannes avec Pelle Le conquérant d’après le roman de Martin Andersen Nexø.

 

Pelle Le Conquérant de Bille August, 1987

 

En 1992, Bille August obtiendra une nouvelle fois la Palme d’or avec Les Meilleures intentions d’après les mémoires d’Ingmar Bergman.

 

Pendant les années 90, Lars von Trier et Thomas Vinterberg prennent la tête de Dogme 95. C’est un manifeste qui s’oppose aux films à grand spectacle, à la place prépondérante donnée aux nouvelles technologies et qui milite pour un retour aux fondamentaux et à la simplicité.

Ainsi, on verra se developper l’utilisation de la caméra portée à l’épaule, du son en prise directe et le refus d’un esthétisme inutile. 

 

Lars von Trier cinéma danois

Lars von Trier 

 

Lars von Trier obtiendra le Grand Prix du Jury du Festival de Cannes pour Europa en 1991 et pour Breaking the Waves en 1996 et la Palme d’or pour Dancer in the Dark en 2000.

 

 

Dancer in the dark de Lars von Trier, 2000

 

Thomas Vinterberg obtenant, quant à lui, le prix du Festival du Jury du Festival de Cannes pour Festen (Fête de famille) en 1998.

 

Festen de Thomas Vinterberg, 1998

 

Les actrices et acteurs danois 

Quelques acteurs danois ont obtenu une véritable reconnaissance sur la scène internationale comme Mads Mikkelsen qui joue dans Casino Royal, Mickael Koolhas, Royal Affair, Arctic ou dans la série Hannibal.

Il obtient à Cannes le prix d’interprétation masculine, en 2012, dans le film de Thomas Vinterberberg, La Chasse.

En 2020, il retrouve Thomas Vinterberg pour Drunk, présenté en compétition à Cannes. Le film obtiendra l'oscar du meilleur film étranger en 2022. En 2022 toujours, l'acetur est à l’écran des films d’actions familiaux Les Animaux Fantastiques, Les Secrets de Dumbledore ainsi qu’Indiana Jones 5.

 

Mads Mikkelsen cinéma danois

Mads Mikkelsen 

 

Sidse Babette Knudsen se fait connaître par son rôle de premier ministre dans l’excellente série politique Borgen dont une nouvelle saison est sortie au printemps 2022.

 

Sidse Babette Knudsen cinéma danois

Sidse Babette Knudsen

 

On remarque Trine Dyrholm en 1998 dans Festen de Thomas Vinterberg avec l’acteur Thomas Bo Larsen. En 2011, elle joue dans le film Revenge de Susanne Bier qui remporte l’Oscar du meilleur film étranger.

En 2012, la réalisatrice Susanne Bier lui propose à nouveau un rôle dans une comédie Love is all you need.  On la retrouve en reine douairière dans Royal Affair avec Mads Mikkelsen qui joue le rôle du médecin allemand du roi Christian VII.

 

Trine Dyrholm cinéma danois

Trine Dyrholm

 

Et du côté des séries 

Les séries sont très populaires depuis quelques années, le marché a d’abord été dominé par les productions anglo-saxonnes mais des pays, dont le Danemark, ont su proposer des programmes originaux et de grande qualité. Dans les séries danoises à ne pas manquer, on peut citer :  The Killing (2007), Borgen (2010), The Bridge (2011), Rita (2012), Les Héritiers (2014), Au nom du père (2017) - Lars Mikkelsen, le frère de Mads y tient le rôle du pasteur Johannes - , The Rain (2018).

 

série danoise The Bridge

Série The Bridge 

 

 

Et vous quel (le) est votre film ou votre série danois(e) préféré(e) ?

 

 

 

Sur le même sujet
Joelle

Joëlle Borgida

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée de longue date et désormais installée à Copenhague, je partage avec les lecteurs de lepetitjournal.com mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition locale