TEST: 3691

Bibendum chez les Danois 

Par Vanessa Brume | Publié le 03/03/2022 à 18:30 | Mis à jour le 03/03/2022 à 18:30
Photo : ©wikipedia
Bibendum Michelin fumant le cigare puis aminci

Où l’on se demande naïvement ce que vient faire Bibendum au pays de la bière.

 

Attenante au très joli Skovshotel de Charlottenlund qui se targue d’exister depuis 1660 dans cet ancien village de pêcheurs, le pub « Skovshotel kro » accueille les baigneurs de la plage de Bellevue à Klampenborg un peu frigorifiés par l’hiver danois dans une ambiance chaleureuse (ll faudra tester en été). Les plats sont appétissants quand on a fait plus de 7 km de Copenhague en vélo pour aller prendre un bain à Bellevue. La bière est de rigueur mais l’amateur de vin peut aussi trouver son compte. Le Français n’y est donc pas dépaysé, et ce à double titre, puisqu’il tombe sur la mascotte familière de la marque de pneumatiques, nonchalamment posée à un rebord de fenêtre.

 

Bibendum Michelin Danemark
©Vanessa Brume 

 

Occasion de revenir sur un personnage, digne de figurer dans Mythologies de Barthes. Comment et pourquoi  a-t-il été propulsé  à la célébrité ?

 

Hip hip hourra : entrée de Bibendum au capital de Michelin

C’est en voyant une pile de pneumatiques à l’entrée de l’Exposition universelle de 1894 que Édouard Michelin dit à son frère André qu’avec des bras cela ferait un bonhomme. Plus tard, le dessinateur  O’Galop lui montre une de ses affiches qui a été refusée par une brasserie et sur laquelle figure un homme avec une chope de bière à la main portant un toast en empruntant au poète latin Horace sa maxime : Nunc est bibendum  (c’est maintenant qu’il faut boire !). Et voilà ce bon buveur au ventre imposant annexé au profit de la firme française pour vanter l’art de triompher de l’obstacle. La devise de Michelin qui est en effet « le pneu Michelin boit l’obstacle » va donc être associée au personnage qui sera constitué tout en rondeur de pneus et brandira une coupe remplie de verre et de clous.

 

Nunc est bibendum trinquant
©Wikipiedia 

 

La rançon de la gloire ?

Le bonhomme a ensuite été exploité par de nombreuses publicités pour faire valoir la marque de pneus. Souvent représenté en pied avec lorgnons et cigare, il connaît des mues au fil du temps. La silhouette a dû se conformer aux injonctions de la société. Par exemple pendant les années 1960, elle a minci et enlevé son cigare.

 

Mais on ne lui a pas coupé le sifflet pour autant, le moteur plutôt faudrait-il dire ou l’huile de coude car Bibendum en a à revendre quand il s’agit de dépanner, aider, donner un coup de main etc.

 

L’atout de la modernité 

Mais l’avantage est que perdre sa chevalière et son cigare c’est indéniablement se démocratiser. Colosse fiable et efficace, il promeut non seulement les valeurs techniques de la marque mais encore ses aspirations morales. Bienveillant il attire immédiatement la sympathie, universellement. Car l’effigie a fait sans tarder le tour du monde. Et le Bonhomme ne se contente pas d’incarner le logo publicitaire le plus caractéristique du XXème siècle, il a changé de dimension, non seulement devenu planétaire, il est maintenant en 2D depuis 2018 après avoir tâté de la 3D.

 

L’art de bien se conduire !

Le Bonhomme passeur d’Horace est donc, on le comprend, particulièrement bienvenu chez les Danois enclins à la boisson. Mais, morale de l’histoire, c’est au rayon jouets d’un supermarché danois que le programme épicurien se voit nuancé sur une boîte de petits chevaux : la mise en garde  « Drink responsibly » tempère l’élan dionysiaque !

 

jeu de plateau à boire

 

Vanessa Brume

Vanessa Brume

Après des études en France, je suis partie découvrir ce qu'était la vie ailleurs. Je suis heureuse tout en me plongeant dans le bain d'une autre culture de renouer avec ce qui me touche, les mots, les images pour aller vers les gens
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition locale