Photo de la semaine : une histoire d'amour dans l'Himalaya

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 01/07/2022 à 01:00 | Mis à jour le 01/07/2022 à 07:34
L'objectif d'un appareil photo

Aujourd'hui pour la photo de la semaine, Julien Romano, Français installé à Bangalore et photographe amateur nous présente l'histoire d'une photo prise dans l'Himalaya,

 

7 Novembre 2020: Après déjà plusieurs jours en Uttarakhand, nous voilà enfin arrivé à Auli, un petit village de montagne au pied du Nanda Devi, l’un des sommets les plus hauts de la chaîne de l'Himalaya.

Pour arriver là, il a fallu braver les éléments et les routes infernales de la région, particulièrement dangereuses. Notre chauffeur, un gars du coin, avec qui nous avons rapidement échangé à Rishikesh, accepte de partir une dizaine de jours avec nous et de nous conduire d’un bout à l’autre de la région. Heureusement, sa bonne humeur nous change les idées entre 2 virages à flanc de montagne malgré quelques remarques assez douteuses: “This road is very dangerous, lot of accident, lot of dead people” nous dit-il tout en rigolant. Evidemment, nous sommes recroquevillés à l’arrière en priant pour que tout se passe bien. Les cailloux dévalent le long de la montagne sur les routes poussiéreuses de la région, et la circulation est aussi dense qu’un vendredi soir à Mumbai, mais après multiples péripéties nous arrivons finalement à destination.

Auli est situé à 2900m d’altitude, c’est une station de ski assez prisée des touristes et amateurs de sport d’hiver. En novembre, la saison n’a pas encore complètement débuté, mais l’hiver approche et le thermomètre descend déjà en dessous de 0°C. Ce matin là, la météo est splendide, grand ciel bleu et aucun nuage à l’horizon, nous décidons de prendre le téléphérique pour monter au sommet afin d’éviter plusieurs heures de marche sous un soleil de plomb. Arrivés en haut, des locaux nous attendent avec des chevaux et proposent aux touristes leurs services pour atteindre le sommet du plateau. Après un moment d’hésitation, nous décidons finalement d’enfourcher nos montures et de continuer l’ascension. Après une bonne heure de montée nous arrivons au point d’observation, et là nous sommes bouche bée.

 

Le Nanda Devi se dresse devant nous majestueusement, le sommet culmine à 7 816 m d’altitude, 3000 mètres de plus que le Mont Blanc !

 

Nous apprenons que c’est la deuxième montagne la plus dangereuse à gravir après le K2 et quand nous regardons la façade, nous comprenons aisément pourquoi : la façade est terrifiante, les arrêtes sont saillantes et les parois semblent verticales, je me demande comment certains alpinistes trouvent même le courage de préparer une telle expédition.

Après de longues minutes à admirer la vue, nous remarquons au loin un trio de femmes dans cet endroit complètement inhabité au sommet de la montagne. Elles se déplacent avec leur bétail dans cette immensité, couvertes de voiles colorés et de pull de laines pour se protéger du froid. Nous allons à leur rencontre et, en nous approchant, nous décelons déjà des sourires, des regards curieux. Le dialogue est évidemment impossible, mais le contact est chaleureux et instantané.

Je sors mon appareil photo, je prends quelques clichés après avoir demandé l’autorisation, mais aucune photo ne me satisfait pleinement, il est midi, la lumière est dure, accentuant les traits des visages et les ombres. Après quelques tentatives infructueuses, nous les laissons, ravis malgré tout d’avoir pu échanger avec ces femmes de la montagne.

Sur le chemin du retour, une vache croise notre chemin et je prends quelque photos. Rapidement, une des femmes vient nous voir et nous montre avec fierté sa bête en parfaite santé. Je ressens la relation complexe que partage ces 2 êtres à ce moment-là et l’amour qui les unit. Je sors mon appareil photo, clic.

 

Femme avec sa vache au pied du Nanda Devi dans l'Himalaya

 

 

Cette photo est disponible à la vente ainsi que 12 autres photographies originales sur le site internet de Julien Romano, livraison gratuite en Inde et en France sur papier d’art, qualité musée, n’hésitez pas à aller faire un tour. Vous pouvez également le contacter à hello@rulitoto.com pour toute question ou commande personnalisée.

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale