Le mot tamoul de la semaine : NATKAATI சமாதானம் LE CALENDRIER

Par Annick Jourdaine | Publié le 27/04/2022 à 01:10 | Mis à jour le 28/04/2022 à 12:00
L’Inde ne manque pas d’occasions à célébrer et pour cela, le pays s’est doté de nombreux calendriers, solaires, lunaires, mixtes

L’Inde ne manque pas d’occasions à célébrer et pour cela, le pays s’est doté de nombreux calendriers, solaires, lunaires, mixtes. Chaque état ou presque possède son éphéméride et son premier jour de l’année. Le Tamil Nadu ne déroge pas à la règle. Le premier de l’an tamoul, c’était il y a quelques jours, le 14 avril ! On fêtait PUTHANDU !

 

On se souhaite donc la bonne année plusieurs fois par an : le 1er janvier avec l’usage mondialisé du calendrier grégorien, le 22 mars avec le calendrier national mis en place en 1957 pour tenter d’unifier les pratiques dans tout le pays (mais sans grand succès), le 14 avril dans le Tamil Nadu mais aussi (à un ou deux jours près) dans les états de l’Himalaya, le Punjab, l’Assam, le Bengal, l’Odisha et le Kerala.  

 

நாட்காட்டி

Nāṭkāaṭi

 

Calendrier

புத்தாண்டு

Puthandu

 

Le jour de l’an

புத்தாண்டு நல் வாழ்த்துக்கள்

Puttāṇṭu Nal Vāḻttukkaḷ

 

Bonne année !

புது வருஷம்

Putu Varuṣham

 

La nouvelle année

பஞ்சாங்கம்

Panchangam

L’almanach hindou

 

 

 

Pourquoi  le 14 avril marque-t-il le nouvel an dans le Tamil Nadu ?

Le calendrier solaire tamoul commence avec le mois de Chittirai qui correspond à l’équinoxe de printemps. Le 14 avril, « Puthandu », en est le premier jour. Ce découpage du temps a une origine très ancienne et s’appuie sur des références païennes agricoles. Après les récoltes de Pongal, Puthandu annonce les labours pour préparer le sol des futures cultures de mousson. C’est le début des grosses chaleurs.

Mais, le premier jour du calendrier traditionnel n’est pas une simple fête des champs ; les dieux s’en sont mêlés. Puthandu est considéré comme le jour où Brahma, le Créateur, a commencé à construire l'univers.  

En 2008, la politique est venue embrouiller l’affaire. Le gouvernement DMK de l’époque a décidé que le nouvel an tamoul devait dorénavant être fêté le premier du jour du mois de Thai, c’est-à-dire à Pongal. La mesure n’a pas été très populaire et même contestée devant les tribunaux. Pour faire bonne face, le gouvernement a décidé de maintenir le 14 avril comme jour férié, mais pour fêter  Ambedkar, le père de la constitution indienne.  En 2011, la nouvelle majorité élue (AIADMK) est revenue en arrière, reprenant le calendrier traditionnel. 

 

Les rituels de Puthandu, le nouvel an tamoul

Après un bain purificateur, on ne manque pas de se regarder dans le miroir en souriant car il s’agit d’attaquer l’année positivement. La veille, on a déposé devant ce même miroir, des bijoux, de l’argent, des livres, tout ce qui compte et que l’on veut voir se multiplier. 

 

offrande de puthandu au tamil nadu

 

Il est également de tradition de préparer dans chaque maison un plateau composé des trois fruits de saison (mangue, banane et jacquier), d’y ajouter des feuilles de bétel, des noix d’arec et des fleurs. Ce plateau est lui aussi un signe de bon augure pour le réveil du premier jour de l’année. 

En signe de renouveau, on porte des habits neufs et élégants. 

Le pas de la porte de la maison est orné de ses plus beaux kolams. 

 

Kolam de Puthandu au Tamil Nadu

 

Tôt le matin, la visite au temple s’impose pour honorer son dieu. On lui offre des fruits, sucreries et si possible des bijoux pour le remercier des bienfaits accordés lors de l’année écoulée et pour lui demander grâces et bénédictions pour celle à venir.

Puthandu est l’occasion de préparations culinaires nombreuses et riches. Il est convenu que l’ensemble devra présenter les six saveurs de base : sucré / salé / acide / piquant / amer / astringent. Le Rasam aux fleurs de Neem illustre souvent l’amertume. La combinaison des ces différentes saveurs est symbolique, rappelant que la nouvelle année, comme les précédentes, alternera des épisodes doux et d’autres amers et acides mais que toutes les épreuves passent et qu’il faut en tirer le meilleur parti. Les bons et les mauvais moments…

 

Le calendrier tamoul

Comme la plupart des autres calendriers traditionnels de l’Inde (et chinois), le calendrier tamoul suit un cycle de soixante ans. C’est le plus petit commun multiple des révolutions de Saturne (30 ans) et de Jupiter (12 ans) autour du soleil. Selon les principes astrologiques, Saturne et Jupiter, par leurs énormes masses, sont les planètes qui influent le plus la vie terrienne. 

La semaine de sept jours commence le dimanche. 

Le nombre de jours dans un mois varie entre 29 et 32.

On compte six saisons différentes, de deux mois chacune.

 

Saisons selon le calendrier tamoul

Saisons en Tamoul

Mois tamouls correspondants

Climat

 

Périodes concernées

Printemps

ila-venil

chithirai, vaigāsi

 

Chaleur légère

mi-avril, mi-juin

Eté

mutu-venil

āni, ādi

 

Chaleur intense

mi-juin, mi-aout 

Mousson

kaar

āvani, puratāci

 

Nuages ​​sombres, Pluie

mi-aout, mi-octobre

Automne

kulir

aippasi, kārthigai

 

Froid 

mi-octobre, mi-décembre

Hiver

mun-pani

mārkazhi, tai

 

Brume précoce / rosée

mi-décembre, mi-février

Prévernal

pin-pani

māsi, panguni

Brume tardive / rosée

mi-février, mi-avril

 

 

Le Panchangam, l’almanach hindou des prédictions astrologiques

Le jour du nouvel an, c’est également l’occasion de s’offrir un Panchagam et de le commenter en famille. 

Il présente pour chaque jour de l’année la position du soleil, de la lune et des autres planètes à un endroit fixe et une heure du jour. Les utilisateurs adaptent les données en fonction du lieu et de l’heure étudiés. 

 

Panchangam almanach hindou pour les astrologues

 

Ces éléments sont censés anticiper les phénomènes célestes comme les éclipses, mais aussi donner des prévisions météorologiques. Leur étude permet aux astrologues de comprendre l’impact des signes du zodiaques sur chaque individu. Tous les adeptes et praticiens de l'astrologie védique doivent savoir lire un Panchangam et effectuer des calculs complexes de correspondance. 

En pratique, le Panchagam est utilisé d’une part pour fixer les dates des différentes fêtes religieuses, en s’assurant que le moment est propice. Et d’autre part, pour les choix des évènements familiaux et individuels.

Rien ne se décide en Inde sans avoir consulté l’astrologue. Le Panchangam est son outil. C’est grâce au lui qu’il confirmera la faisabilité d’une union, la réussite scolaire, le développement d’une entreprise...  C’est grâce au Panchangam que seront fixés le jour et l’heure de naissance d’un enfant (en ayant recours à une césarienne). 

 

Petits et grands choix, tout dépend du Panchangam !

 

Pour faciliter les décisions, de multiples offres en ligne prospèrent. Les adresses ne manquent pas et vous pouvez trouver un astrologue à l’entrée des temples. 

 

annick jourdaine

Annick Jourdaine

Annick vit à Chennai depuis septembre 2019. L'écriture est pour elle le moyen de prendre du recul et de digérer les émotions que ses yeux et oreilles grand ouverts sur le monde indien provoquent.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale