Mardi 26 octobre 2021
TEST: 3629

INDE : La ruée vers le médicament miracle

Par Annick Jourdaine | Publié le 24/05/2021 à 01:00 | Mis à jour le 25/05/2021 à 13:39
Photo : File d’attente pour espérer une des doses de Remdesivir vendues par le gouvernement au Nehru Stadium de Chennai. @Indiatoday
File d’attente pour espérer une des doses de Remdesivir vendues par le gouvernement au Nehru Stadium de Chennai (photo India Today 15 mai 2021)

Comme souvent la détresse des uns fait le lit des autres. Face à la maladie et la désorganisation du système médical, les familles touchées par la COVID sont prêtes à tout pour épargner et sauver leurs parents. Jusqu’à acheter à prix d’or des médicaments miracle, comme le Remdevisir. C’est le cas d’Arvindh et sa famille à Chennai.

 

Qu’est-ce que le Remdesivir, traitement miracle ?

Depuis quelques semaines, le Remdesivir (commercialisé également sous le nom de Veklury) est présenté par les médias et une partie du corps médical comme un traitement indispensable pour les cas graves de COVID. Mis au point par une société américaine pour lutter contre le virus Ebola, le Remdesivir est en fait utilisé contre le SARS Cov2 depuis juin 2020. Bien que l’OMS ait déclaré qu’il n’y avait pas de preuves avérées qu’il améliore la survie des patients COVID ni qu’il permette d’éviter la ventilation artificielle, de nombreuses équipes médicales dans le monde y ont recours considérant que dans un nombre de cas significatif, le traitement au Remdesivir accélérait le rétablissement des patients. En France, il est uniquement utilisé à l’hôpital et particulièrement contrôlé pour ses effets secondaires sur le système rénal. Le coût du traitement est onéreux (2340 dollars en juin 2020 pour un traitement).

 

traitement india inde remdevisir

 

Face l’explosion des cas de COVID en Inde, la société américaine détentrice du brevet a déclaré fin avril vouloir soutenir les groupes pharmaceutiques locaux pour augmenter la production et faire don de 450 000 flacons pour les besoins immédiats des patients indiens. L’annonce a décuplé la demande et l’offre n’a pas suivi. Un réseau de faux médicaments a été découvert dans le Gujarat (les flacons ne contenaient que du glucose dans une solution saline) et les prix au marché noir ont dépassé 10 fois le prix de vente officiel. Pour lutter contre ces abus, le gouvernement a décidé de prendre en main la totalité de la distribution du médicament. Dans le Tamil Nadu, si seuls les hôpitaux publics en étaient dotés (et le reste du stock vendu aux particuliers dans des lieux contrôlés et selon certaines conditions), le Gouvernement d'Etat a changé de stratégie il y a une semaine et annoncé que  le médicament antiviral serait directement remis aux hôpitaux. Cette mesure fait suite aux avertissements des experts de la santé concernant la surpopulation des lieux désignés pour l'achat du médicament Remdesivir à Chennai et dans d'autres endroits. Un nouveau portail sera bientôt lancé, par lequel les hôpitaux privés seront autorisés à acheter du Remdesivir directement auprès des centres de vente, a ajouté le gouvernement dans un communiqué. Cette information avait suscité l'émoi de nombreux Indiens qui attendaient depuis des heures autour du stade Nehru la semaine dernière... 

 

Arvindh et sa famille à la recherche du Remdesivir

C'est le cas d'Arvindh, jeune homme de 25 ans, qui vit à Chennai avec ses parents et sa grand-mère de 77 ans. Tous les membres du foyer sauf lui souffrent aujourd’hui de la COVID. Le médecin de famille a prescrit du Remdesivir au père et à la grand-mère. Pour obtenir le médicament, il faut une ordonnance et un rapport médical indiquant que le patient souffre d’une forme sérieuse de la maladie.

 

remdevisir india inde
File d’attente pour espérer une des doses de Remdesivir vendues par le gouvernement au Nehru Stadium de Chennai. @indiatoday 

 

Muni de ces documents, il faut faire la queue dans un des centres de distribution comme le Nehru stadium. Tôt le matin, la file est déjà longue. Tout le monde ne sera pas servi car seulement 300 traitements sont disponibles par jour pour tout le Tamil Nadu. En fait, les services sanitaires distribuent des jetons qui pourront être échangés le lendemain contre des doses, six doses pour un traitement complet. Le prix de vente fixé par le gouvernement est de 900 roupies mais chacun sait que l’on peut trouver du Remdesivir à 25000 roupies la dose au marché noir et dans certains hôpitaux privés. Aucun scrupule pour les profiteurs, ils trouveront toujours de acheteurs qui se sacrifient pour soulager leurs proches…

En tout cas, Arvindh, lui, cherche toujours le traitement pour les membres de sa famille. Avec ou sans Remdesivir, souhaitons-leur de se rétablir dans les meilleurs délais possibles…

 

 

annick jourdaine

Annick Jourdaine

Annick vit à Chennai depuis septembre 2019. L'écriture est pour elle le moyen de prendre du recul et de digérer les émotions que ses yeux et oreilles grand ouverts sur le monde indien provoquent.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Chennai ?

DÉCOUVERTE

A la découverte du fleuve KAVERI dans le sud de l’Inde

Fleuve sacré, la Kaveri est un enjeu économique majeur pour l’Inde du sud, le partage de ses eaux est une source de conflit depuis des décennies principalement entre le Karnataka et le Tamil Nadu.