Vendredi 27 novembre 2020

PROSTITUTION - Beauté agile, argent facile et un pays en péril

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 24/04/2014 à 20:03 | Mis à jour le 25/04/2014 à 07:45

Un nouvel article de notre média khmer partenaire, Thmeythmey.com

Des dizaines de milliers de jeunes femmes du monde rural et de Phnom Penh se ruent dans les boîtes de nuit, les karaokés, les brasseries et les restaurants-clubs de divertissement. Elles tentent de gagner leur vie avec ses emplois ne demandant que peu de connaissances approfondies où elles mettent en avant leur beauté plastique. Ce métier attirant de plus en plus les jolies filles, des experts avertissent que l'attrait du billet vert met en péril le réservoir  des jeunes femmes qui sont l'avenir du pays.

Jusqu'ici, on n'a pas de chiffres officiels pour recenser les jeunes femmes qui travaillent dans ce secteur, mais d'après une estimation, plus de 100.000 femmes travaillent dans ce domaine, dans tout le pays. Une simple raison les attire : l'absence d'une qualification particulière, même si la beauté physique et la jeunesse sont nécessaires pour faire carrière. Dans ce domaine, les femmes qui sont jolies ou qui sont les plus jeunes gagnent évidemment plus.

Mais en général, le salaire n'est pas élevé. Ces femmes touchent moins de 100 dollars américains par mois. Pourtant autant, certaines peuvent tirer de leur clientèle, de 300 à 1 000 dollars par mois, voire au-delà de cette somme. Tout dépend de l'habilité, de la beauté physique et de l'âge de chaque femme. Certaines d'entre elles ne rendent pas uniquement le service attendu aux clients, si elles sont satisfaites d'eux, elles acceptent de sortir « ailleurs ».

Comme cet univers de la nuit rapporte plus d'argent que d'autres domaines, poussées par la pauvreté familiale, un certain nombre de femmes peu éduquées, se livrent facilement à ces pratiques. Mais pas seulement.

En effet, l'univers de la nuit est en train d'attirer des femmes qui travaillent dans d'autres domaines. Concrètement, un nombre considérable d'ouvrières du textile et du service à domicile se sont lancées ces dernières années dans ce secteur du divertissement.

En tout cas, de ce métier, les jeunes femmes tirent deux avantages essentiels. L'un concerne le revenu qui peut être élevé et l'autre relève d'une certaine liberté par rapport à la relation amoureuse. Certes, elles obtiennent un revenu plus élevé, mais cette somme tirée de la beauté physique n'est pas durable.  

Face à cette situation, certains sociologues cambodgiens tirent la sonnette d'alarme si cette tendance continue à s'accentuer. Le vivier des forces vives féminines, indispensable pour le développement du pays, pourrait être mis à mal par le pouvoir du dollar.

Les femmes pas encore dans ce service de divertissement ou qui travaillent déjà dans ce domaine doivent réfléchir à la réalité de ce type de carrière sur du long terme pour s'orienter vers d'autres pratiques professionnelles. Une vraie carrière permet aux femmes de subvenir à leurs besoins durant tout une vie. Il n'est cependant pas évident pour les femmes travaillant dans ce secteur de sortir de l'influence des dollars faciles.

Face à ce péril, le nouveau gouvernement doit prendre des mesures urgentes pour mettre en place des formations professionnelles et des mesures d'accompagnement psychologique afin d'aider les jeunes femmes à sortir de ce cercle vicieux.

La société cambodgienne souhaite voir beaucoup plus de femmes cambodgiennes à la tête de compagnies, d'organisations, d'associations et aux manettes du pays et donc d'occuper de plus en plus des postes importants dans le pays et à l'étranger.

En revanche, la société cambodgienne ne veut pas voir les femmes cambodgiennes vendre leur beauté physique dans les bars, les karaokés et autres clubs de divertissement. Ce métier qui saccage les ressources féminines. Les femmes doivent être en charge d'autres fonctions pour contribuer à la construction de la nation.

Chamroeun Ung ? www.lepetitjournal.com/cambodge - Vendredi 25 avril 2014

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

A ne pas rater : la TVA 100% remboursée sur vos prochains achats !

On a tous vu nos projets de voyage quelque peu bousculés cette année, et beaucoup d’entre vous, qui aviez prévu de revenir en France cet été, ont dû annuler leurs vacances… C’est pas de chance !...

Communauté

ARTISANAT

Phnom Penh - Alice nous ouvre les portes de son atelier

Alice Varini accueille ses clients dans la bonne humeur et la simplicité dans un lieu qui lui ressemble. L’atelier est ouvert au public tous les après-midi du lundi au samedi depuis un mois.

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

APPEL A TÉMOINS - Allez-vous rentrer en France pour Noël ?

Allez-vous tout de même rentrer en France pour les fêtes ? Quel est votre état d’esprit à l’approche de Noël et du nouvel an ? Si vous restez dans votre pays de résidence, qu’avez-vous prévu ?

Sur le même sujet