Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Kampot repasse au compost

Par François Camps | Publié le 12/06/2019 à 20:00 | Mis à jour le 12/06/2019 à 20:00
Photo : Le nouveau compost de Kampot utilise deux techniques de traitement pour améliorer ses rendements. Photos fournies
compost kampot déchet organique

Hier a eu lieu l’inauguration du compost municipal de Kampot, plus de deux ans après une première fermeture. Il pourra traiter jusqu’à trois tonnes de déchets organiques par jour.

L’heure est à la fête pour les milliers de larves, asticots et autres vers du compost municipal de Kampot. Après plus de deux ans de fermeture, le site a rouvert ses portes hier. Il est à nouveau prêt à accueillir, mastiquer et digérer tous les jours les quelque trois tonnes de déchets organiques produites par la ville, pour les transformer en compost et fertilisant pour les agriculteurs locaux.

Lors de l’inauguration, une quarantaine de personnes étaient présentes pour une visite des lieux, à 800 mètres du centre-ville. Des habitants et restaurateurs locaux ont fait le déplacement, ainsi que Cheim Pha, le gouverneur de la ville et des représentants de l’entreprise GAEA et de la Green School Cambodia, en charge de l’exploitation du compost.

« A l’heure actuelle, seuls les déchets produits par le marché central de Kampot sont collectés et traités, explique Claire Promé, directrice générale de GAEA, l’entreprise en charge de la collecte et du traitement des déchets à Kampot. Nous avons disposé deux bennes à ordures à l’extérieur du marché. L’une, de couleur verte, a vocation à ne recevoir que des déchets organiques pour le compost. La seconde, tous les autres déchets. »

A terme, un ramassage auprès des nombreux restaurateurs de la ville devrait voir le jour. Pour limiter les erreurs, des salariés sont également en charge de trier une seconde fois les déchets, avant de les répartir dans les dix silos à compost de 25 tonnes chacun.

Faire appel aux larves de mouches soldat noires

Faute de moyens, le site n’était plus en activité depuis deux ans. Sa réouverture est le fruit d’un partenariat entre la municipalité, qui fournit les locaux, et GAEA. Au sein même du site de compostage et pour expérimenter des nouvelles techniques de traitement des déchets organiques, un second partenariat a lieu entre l’entreprise privée et la Green School Cambodia, une initiative individuelle pour la défense de l’environnement portée par Stéphane Amsellem.

Une première technique, assez classique, est opérée par l'entreprise de ramassage de déchets. Appelée compost en aérobie, elle consiste à laisser les déchets organiques se dégrader lentement à l’air libre. Il faut compter deux mois pour que la matière se dégrade. « La taille des silos a été dimensionnée pour faire face à la production de déchets organiques de la ville », précise Claire Promé.

 

bennes ordures kampot compost
Deux bennes à ordures sont disposées au marché central de Kampot pour trier les déchets. Photo fournie.

 

Une seconde technique, plus moderne mais encore expérimentale, est testée par Stéphane Amsellem. Elle fait appel aux larves de mouches soldat noires, véritables broyeurs à déchets organiques. « Ces larves ont plusieurs avantages, expose-t-il. Tout d’abord, elles sont naturellement présentes en Asie du Sud-Est. Ensuite elles se reproduisent assez facilement. Enfin, elles digèrent une variété de déchets plus importante que les vers utilisés dans des lombricomposts classiques. » De fait, en plus des déchets organiques, ces larves sont à même de digérer des restes de viande et de poisson, et même du café. Le tout en un temps record. « Avec cinq grammes d’oeufs de larves, il faut compter un peu moins d’un mois pour traiter 25 kilos de déchets » s’enthousiasme le fondateur de la Green School Cambodia. « Si les essais sont concluants, il est possible que nous utilisions les larves de mouches soldat noires pour l'ensemble du site », ajoute Claire Promé.

Miser sur la pédagogie

Une fois leur travail effectué, les larves, qui auront grossi, seront récoltées et pourront être transformées en protéines pour l’élevage animal. Quant au compost produit par l’ensemble du site, il sera revendu aux agriculteurs ou aux exploitations de poivre pour fertiliser leurs terres.

En parallèle, le compost de Kampot se veut être un espace de pédagogie pour « mieux enseigner aux Cambodgiens, notamment aux adultes, à trier les déchets et respecter leur environnement » souligne Stéphane Amsellem. Des flyers explicatifs ont déjà été distribués sur le marché pour sensibiliser les commerçants et des visites seront organisées pour mieux faciliter la compréhension des enjeux du tri, du compostage et du recyclage.

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

otis jeu 13/06/2019 - 09:00

La prolifération de ces mouches dévoreuses sera-t-elle maîtrisée, leur utilité est pensée mais quelles sont les nuisances si grande échelle et avec le réchauffement - cf. moustique tigre en europe...

Répondre
Commentaire avatar

belfoul ven 14/06/2019 - 15:09

Cette mouche est incroyable ,elle n'a rien a voir avec les mouches communes,Elle est tres discrete .Elle est propre et très nombreux sont les êtres qu'elle nourrit ,ses larves très riches en protéine remplaceront petit a petit la viande des abattoires que nous dévorons...Meme le moustique ce piqueur sanguinaire et meurtrier est très important pour l'écosystème,l'homme ne l'est pas... au contraire , il le détruit...

Répondre

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour