Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Hun Sen porte plainte contre Sam Rainsy en France pour diffamation

Par Pierre Motin | Publié le 21/08/2019 à 20:00 | Mis à jour le 22/08/2019 à 03:18
Photo : Le palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité. Crédits : Photo Phiend / Flickr Creative Commons
cambodge plainte diffamation france

Le premier ministre Hun Sen et son gendre Dy Vichea ont porté plainte mardi 20 août auprès de la justice française contre l'opposant Sam Rainsy pour diffamation publique.

Le premier ministre cambodgien Hun Sen et son gendre Dy Vichea, commissaire adjoint de la police nationale cambodgienne, ont porté plainte mardi 20 août contre l’opposant Sam Rainsy, en exil en France depuis 2015, pour diffamation. Ce dernier a les nationalités française et cambodgienne.

Les plaintes avec constitution de partie civile ont été portées devant la justice française par les avocats Luc Brossollet, Frédéric Doyez et Didier Leick.

Hun Sen reproche à l’opposant en exil des messages mis en ligne sur sa page Facebook et une interview publiée sur le média VOA Khmer. Selon la plainte, Sam Rainsy a accusé Hun Sen d’avoir assassiné ou commandité l’assassinat de Hok Lundy - père de Dy Vichea et ancien commissaire général de la police nationale cambodgienne - et d’avoir donné l’ordre d’assassiner Chea Vichea. Sam Rainsy a aussi affirmé que l’hélicoptère dans lequel Hok Lundy a trouvé la mort avait explosé du fait d’une bombe placée à l’intérieur. D’après un communiqué publié par les trois avocats français, « de telles allégations sont absolument intolérables ».

La plainte déposée par Dy Vichea porte aussi sur les déclarations de Sam Rainsy, qui a soutenu que le commissaire adjoint de la police nationale souhaitait se venger de la mort de son père en élaborant un plan avec l’aide du ministre de l’Intérieur Sar Kheng. « L’extrême gravité de l’atteinte à l’honneur et à la considération qui en résulte commande l’action judiciaire entreprise », estiment les avocats français.

Cité par le Phnom Penh Post, l’analyste politique Lao Mong Hay s’est félicité du dépôt des plaintes du premier ministre Hun Sen et de Dy Vichea contre Sam Rainsy auprès de la justice française, soulignant que celle-ci « est reconnue pour son indépendance et son impartialité ».

Interrogé sur un possible dépôt de plainte début juin, Sam Rainsy avait affirmé qu’il attendait de pouvoir combattre Hun Sen devant un tribunal français, et que la justice français révélerait la vérité sur cette affaire.

Nous vous recommandons

3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Romel jeu 22/08/2019 - 03:49

Vous écrivez à nouveau: "Sam Rainsy, en exil en France depuis 2015". Sam Rainsy est français et n'est donc pas en exil en France! Le 9 novembre prochain écrirez-vous: "Sam Rainsy en exil au Cambodge"? Qu'il détienne aussi la nationalité cambodgienne est indiscutable.

Répondre
Commentaire avatar

ManuH01 jeu 22/08/2019 - 13:44

Rappel : la convention de Genève de 1951 stipule en son art. 1A2 : "[est réfugiée] toute personne qui, craignant avec raison des persécutions en raison de (...), de ses opinions politiques ou de son appartenance à un certain groupe social et ne peut ou ne veut se réclamer de la protection des autorités du pays dont il a la nationalité, du fait de ses persécutions, se trouve hors de ce pays". (de mémoire, pardonnez mes approximations)... Il semble que Sam RAINSY coche toutes les cases ! Il est donc bien réfugié en France, même s'il en a aussi la nationalité, car il n'y a aucune mention restrictive du style : "sauf si la personne fuit dans un autre pays dont il a la nationalité aussi"...

Répondre
Commentaire avatar

cambodge jeu 22/08/2019 - 10:21

Merci pour votre commentaire. Quand un homme politique fuit un des pays dont il a la nationalité pour des raisons politiques, l'utilisation du terme "exil" nous semble justifiée. Comme vous l'avez remarqué, nous indiquons bien que Sam Rainsy a la double nationalité française et cambodgienne.

Répondre

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l