L’Inde, un des pays au monde les moins surs sur la route

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 07/09/2022 à 15:16 | Mis à jour le 08/09/2022 à 13:11
voitures scooters et bus dans tous les sens à un carrefour en Inde

Dimanche 4 mars, Cyrus Mistry, éminent homme d’affaires de Mumbai, ex PDG de Tata Sons et directeur général du grand groupe de construction Shapoorji Pallonji a trouvé la mort dans un accident de voiture sur la route entre Ahmedabad et Mumbai. Parmi les 4 personnes présentes dans la voiture, les deux passagers à l’arrière qui ne portaient pas de ceintures de sécurité sont décédés sur le coup, les deux passagers à l’avant sont gravement blessés. Cet accident qui a fait la une des journées en ce début du mois de septembre met de nouveau en lumière les statistiques sur la sécurité routière en Inde et les causes des nombreux accidents mortels sur la route. 

 

 

Les accidents de la route en augmentation en Inde

En 2021 en Inde, les accidents de la route ont augmentés de 13,6 % (354 796 en 2020 - 403 116 en 2021), et ce qui est encore plus inquiétant est que l’augmentation du nombre de décès est supérieure, elle est de 16,8% (133 201 en 2020 - 155 622 en 2021).

"On observe que le taux de décès pour mille véhicules est passé de 0,45 en 2020 à 0,53 en 2021", indiquent les données du National Crime Record Bureau (NCRB).

 

Conducteur de scooter avec un mini casque
Un casque pas homologué en Inde

 

Dans les 403 116 accidents de la route enregistrés en Inde l'année dernière, pas moins de 155 622 personnes sont mortes et 371 884 ont été blessées. Comme les années précédentes, les deux-roues sont à l'origine de la plupart des décès (44,5 %). Les autobus représentaient 3 % des décès dans les accidents.

 

Se basant sur ses données, le NCRB a dressé le profil de la victime d'un accident de la route : un homme âgé de 18 à 45 ans qui conduit un deux-roues, de manière imprudente, ou dépasse d'autres véhicules ou est en excès de vitesse.

 

Jeune fille sans casque sur son scooter
Les femmes ne respectent pas non plus le port du casque !

 

Certains états indiens sont plus dangereux que d’autres : l’Uttar Pradesh a enregistré le plus grand nombre des décès en 2021, suivi du Tamil Nadu et dans le Mizoram, le Punjab, le Jharkhand et l'Uttar Pradesh, les décès dans les accidents de la route ont été plus nombreux que le nombre de personnes qui ont survécu avec des blessures.

 

Les excès de vitesse, principale cause des accidents de la circulation en Inde

Une enquête préliminaire sur la mort de l'ancien président de Tata Sons, Cyrus Mistry, a révélé que le non-port de la ceinture de sécurité, la vitesse excessive et une erreur de jugement ont entraîné le décès. Les conclusions préliminaires indiquent que la voiture pouvait rouler à 130-140 km/h lorsque l'accident a eu lieu.

"L'impact était si fort que le radiateur du véhicule n'a pas seulement été complètement écrasé, il a été poussé d'au moins deux à trois pieds (de 60 à 90 cm) à l'intérieur", a déclaré un fonctionnaire cité par the Times Of India.

 

En 2021, le National Crime Record Bureau (NCRB) a enregistré 240 828 cas d’excès de vitesse.

 

Une analyse des données du NCRB montre que les excès de vitesse tuent un Indien toutes les six minutes et en blessent un toutes les deux minutes. L'excès de vitesse est apparu comme la cause principale de près de 60% des cas d'accidents de la route dans le pays en 2021. 

 

répartition des causes des accidents de la route en Inde en 2021

 

Selon les statistiques sur la sécurité routière, 87 050 personnes, dont 11 190 femmes et jeunes filles, ont été tuées et 228 274 blessées en Inde dans des incidents liés à la vitesse en 2021.

 

Il est inquiétant de constater que les décès liés aux excès de vitesse ont augmenté de 18,8 % en 2021 par rapport à 2020. Le nombre de victimes d'accidents de la route causés par des facteurs autres que l'excès de vitesse a également augmenté.

 

La ceinture de sécurité obligatoire à l’arrière en Inde mais pas mise

Dans le cadre d'une enquête menée auprès de plus de 10 000 Indiens par LocalCircles, une plateforme communautaire de médias sociaux juste après l’accident qui a couté la vie à Cyrus Mistry, sept personnes sur dix ont déclaré qu'elles ne portaient pas de ceinture de sécurité lorsqu'elles étaient assises sur le siège arrière. Pourtant, le port de la ceinture de sécurité à l’arrière est obligatoire en Inde et l’infraction est passible d’une amende de 1000 roupies. 

Apres le décès de Cyrus Mistry, l'industriel Anand Mahindra, PDG du conglomérat Mahindra & Mahindra dont une des activités est la construction de voitures, a souligné, dans un tweet, l'importance du port de la ceinture de sécurité.

 

 

Aujourd’hui, il est rare que la police verbalise un conducteur et les passagers de sa voiture pour non port de la ceinture de sécurité à l’arrière. D'autre part, la majorité des taxis et un grand nombre de voitures des aggrégateurs de type Uber ou Ola n'ont pas de ceinture de sécurité à l'arrière à Mumbai.

 

Le mauvais état des routes indiennes, une autre cause d'accident

Le rapport du ministère des transports du 31 mars 2017 indique qu’il y a 5 898 000 km de routes en Inde dont 1,94 % sont des autoroutes nationales, 2,97 % des autoroutes locales (dépendant des Etats) et 70,65 % des routes rurales. 

 

Une route dans la campagne indienne
Une route dans la campagne indienne

 

En nombre absolu de kilomètres, le réseau routier indien est le deuxième dans le monde après celui des Etats-Unis, mais si on ne prend en considération que les routes goudronnées qui ne représentent que 63,24 % du total de kilomètres routiers indiens, alors le réseau routier indien est bien plus petit que celui de la France ou du Royaume Uni selon le rapport du ministère des transports au 31 mars 2017. 

 

La voie rapide Mumbai Pune qui zigzague dans les Ghats
"L'autoroute" Mumbai Pune avec les camions sur la voie en troisième voie

 

Un jour après la mort de Cyrus Mistry dans un accident de voiture, le ministre national des transports routiers et des autoroutes a attribué certains des accidents de la route à certains projets de construction des routes mal conçus et a souligné que les entreprises ont besoin d'une formation adéquate pour préparer des rapports de projet détaillés pour la construction d'autoroutes et d'autres routes.

"Certains DPR [rapports détaillés de projet] préparés par les entreprises sont mauvais et sont responsables d'accidents de la route dans le pays", a déclaré le ministre, connu pour sa franchise, lors d'un événement à Delhi. “Si les entreprises qui préparent les DPR ne s'améliorent pas, le problème se reproduira", a-t-il ajouté. 

 

Le ministre a souligné qu'un accident peut vite arriver même avec une voiture moderne et neuve si elle est conduite de manière imprudente, faisant de nouveau référence à l'accident qui a coûté la vie à l'homme d'affaires, Cyrus Mistry.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale