Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Célébration de la journée de la Femme avec l’ONG “You can free us"

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 10/03/2020 à 17:00 | Mis à jour le 10/03/2020 à 17:00
Photo : Credit : Instagram youcanfreeus
Sonia Barbry youcanfreeus

Le 5 mars 2020, Mme la Consule Générale de France à Mumbai, Sonia Barbry, a organisé un événement pour commémorer la journée internationale des droits de la femme et faire connaître l’ONG “You can free us” qui lutte contre l’esclavage moderne. Retour sur cette soirée marquante.

Deux ministres de l’Etat du Maharashtra, Mme la ministre du Développement de la Femme et de l’Enfant, Yashomati Chandrakant Thakur, et Monsieur le ministre de l’Environnement, du Tourisme et du Protocole, Aditya Uddhav Thackeray, ont honoré la soirée de leur présence prononçant un discours progressiste mettant en exergue la nécessité de faire évoluer la perception que les hommes en Inde ont de la femme.

 

Sonia Barbry Aditya Thackeray
Le Ministre Aditya Uddhav Thackeray - Instagram youcanfreeus

 

En présence de personnes oeuvrant pour l'amélioration de la condition des femmes en Inde, de journalistes ainsi que de membres de la communauté diplomatique de Bombay, Sonia Barbry a relaté son parcours en tant que femme dans le monde diplomatique et a introduit l’ONG “You can free us”. Yashomati Chandrakant Thakur a présenté les objectifs du nouveau gouvernement du Maharashtra pour une plus grande égalité des genres dans l’Etat et a insisté sur l’importance de l'éducation pour faire changer les mentalités. Aditya Uddhav Thackeray a, pour sa part, expliqué le fonctionnement des cours d'autodéfense qu’il avait instauré avec l’acteur de Bollywood, Akshay Kumar, et a, lui aussi, souligné la nécessité de faire évoluer les esprits et de changer les a priori de la société indienne. 

 

Sonia Barbry youcanfreeus
Sujo John et Sonia Barbry - Instagram youcanfreeus

 

Après une courte vidéo choc pour présenter le domaine d’intervention de l’ONG “You can free us”, Sujo John, son fondateur a expliqué ce qu’est l’esclavage moderne et cité des chiffres qui font froid dans le dos : 

  • 40,3 millions de personnes vivent actuellement dans des conditions d’esclavage dont 24,9 millions sont victimes de l’asservissement par le travail forcé et 15,4 millions ont été mariées de force. (Source : ILO et the Walk Free Foundation, WFF, Global Slavery Index 2018)
  • 167 pays ont été répertoriés comme étant soit des sources, soit des zones de transit, soit des destinations de la traite des êtres humains.
  • 152 millions d’enfants travaillent dont 73 millions dans des conditions dangereuses.
  • 71% des victimes de l’esclavage moderne sont des femmes et des filles.
  • 1 victime sur 4 est un enfant.

En Inde, ce sont 8 millions de personnes qui sont piégées par l’esclavage moderne.


Video Switch : pousser les hommes et femmes à agir contre l’esclavage moderne


L'ONG “You can free us”

L’objectif de “You can free us” est d’inciter à la prise de conscience de la traite des êtres humains et des pratiques de travail forcé et de mariage forcé, de sauver les personnes enfermées dans la spirale du trafic des êtres humains et de mettre en oeuvre des programmes de réhabilitation pour celles qui sont libérées afin leur donner les moyens de leur indépendance.

Constituée en 2010, l’ONG “You can free us” a sauvé et réhabilité femmes et enfants de la prostitution et du travail forcé en Inde. En 2019, les centres de Mumbai ont accueilli et suivi 100 personnes, 31 femmes et 18 enfants ont été sortis de la spirale de l’esclavage et 16 bénéficiaires du programme de réhabilitation ont réintégré la société à l’issue des 2 ans de formation (le rapport 2019 de “You can free us”). 

“You can free us” gère trois maisons d’accueil pour les personnes rescapées de la traite humaine à Mumbai, deux centres de formation en Inde aussi pour donner à ces personnes les moyens d’avoir un avenir et des centres d’intervention stratégique aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Norvège.

Afin d’illustrer le programme de réhabilitation de “You can free us”, la styliste indienne, Nivedita Saboo, a expliqué son partenariat avec l’ONG et raconté comment elle avait accueilli et formé dans son atelier plusieurs femmes. Son discours a inspiré Kartik Kaushik, en charge du secteur beauté du groupe Henkel en Inde, qui s’est engagé au cours de la soirée à former des coiffeurs/coiffeuses. 

 

Nivedita Saboo Sonia Barbry
Nivedita Saboo - Instagram youcanfreeus

 

Pour en savoir plus sur “You can free us”, pour participer aux actions de l’ONG ou pour la soutenir financièrement, suivez le lien, la page Facebook et le compte Instagram.

 

Pour plus d’informations sur le trafic des êtres humains, lire le rapport de l’Organisation Internationale pour les Migrations.




 


Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook


 

 

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

LITTERATURE

Club de lecture 4 : cinq ouvrages pour découvrir l’Inde

La rédaction présente la quatrième édition du Club de lecture. Tous les quinze jours, nous publions une liste de cinq ouvrages traduits en français sur l’Inde et de style varié : romans indiens, nouve

Expat Mag

Les 10 apprentissages de la crise pour les expatriés

Si la crise est loin d’être finie, quels sont ses enseignements ? Entre prise de conscience et changements radicaux, lepetitjournal.com fait le point sur ce que la Covid-19 nous a appris