Vendredi 21 janvier 2022
TEST: 3548

Béatrice de Fays : "L’Inde m’a offert un espace de reconnaissance"

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 09/12/2021 à 00:59 | Mis à jour le 03/01/2022 à 06:01
beatrice de Fays et un cliché de son exposition à Hyderabad

Béatrice de Fays est une artiste franco-belge lauréate en 2006 en Inde du prix Hors les murs de la Villa Médicis. Elle développe ses créations en utilisant différents médias : peintures, illustrations, projections vidéo, installations interactives locales ou en réseau, réalité augmentée.

La dernière installation de l'artiste, A Woman in the Dance-City, est exposée dans sa ville d’adoption actuelle, Hyderabad, au Park Hyatt jusqu’au 13 décembre 2021.

 

La rédaction a rencontré par téléphone Béatrice de Fays qui nous a partagé sa rencontre avec l’Inde et ses passions pour la peinture et le multimédia.

 

Béatrice de Fays : “Avec mon travail, je tisse des liens.”

Béatrice de Fays a commencé à travailler à Paris, mais elle sentait qu’en France, les gens ne la comprenaient pas. Elle avait envie de quitter la France et a postulé pour le prix Hors les murs de la Villa Médicis.

 

Le projet que j’ai présenté pour le prix Hors les murs était prévu au Canada, mais le comité de la Villa Médicis m’a demandé de proposer un dossier pour un projet en Inde.

 

C’est ainsi que Béatrice de Fays arrive en Inde en 2006. Elle s’y est sentie comprise malgré la barrière de la langue et y a découvert un espace de reconnaissance qui lui faisait défaut en France.

 

A mon arrivée en Inde, plusieurs souvenirs de famille me sont revenus.

 

Depuis, elle vit entre l'Inde et l'Europe, où elle crée des peintures connectées aux installations multimédia interactives ou à la réalité augmentée

 

Une installation de Béatrice de Fays en 2019 à l’Indian Habitat Center à Delhi

 

 

Béatrice de Fays est installée à Hyderabad, ville qu’elle a choisie pour son atmosphère et pour les magnifiques rochers de granit du plateau du Deccan qui inspirent son installation A Woman in the Dance - City. “Malheureusement, ces rochers qui apportent une sensation de calme et de plénitude et que l’on trouve encore dans la ville sont en cours de destruction pour faire place à des constructions en béton”, avoue l’artiste. 

 

L'artiste travaille en parallèle la peinture et le numérique. Elle perçoit ces deux médiums comme des espaces distincts : la peinture comme une matière vivante, matérielle et tangible, et le numérique comme un espace immatériel et intangible. Elle tisse des liens entre ces deux espaces, un peu comme un fil d’Ariane, afin de questionner l’entre-deux. L’ « in.space » comme elle le nomme, cet espace non délimité, source de création et de liberté. 

 

Quand je peins, le temps s'étend, se pérennise, et je navigue hors du temps et de l’espace. Quand je suis devant mon écran, le temps se limite, se concentre, se réduit. Le temps se meurt, devient éphémère… l’espace disparait je ne sais où…

Toutes les œuvres interactives sont réalisées en collaboration avec un artiste partenaire en France, Mathieu Constans, qui programme la musique et les installations. Même si l’approche de Mathieu Constans est très différente de celle de Béatrice de Fays, la passion des deux artistes pour leurs domaines respectifs leur permet de se rejoindre et de produire un tout.

 

Béatrice de Fays avoue volontiers qu’elle est devenue artiste parce que c'était pour elle le seul espace dans lequel elle pouvait du sens, de la vie et modifier ses perceptions et son univers. Arrivée en 2006 en Inde, ce pays lui a permis de trouver son propre espace de création. "Aujourd’hui, grâce aux recherches que j’ai pu faire en Inde, je commence à créer ce qui me correspond vraiment", a confié l'artiste. 

 

Les oeuvres et les installations de Béatrice de Fays en Inde

L’artiste a exposé ses œuvres dans le monde entier, notamment aux États-Unis, à Hong Kong, en Belgique, au Kenya, en France et dans plusieurs métropoles indiennes.

Entre 2009 et 2012, Béatrice de Fays a réalisé 29 peintures pour l'hôtel Park Hyatt à Hyderabad qui sont exposées de manière permanente dans les couloirs de six étages et dans le sous-sol de l'hôtel. Certaines des œuvres font plus de 20 m de long et l’ensemble représente près de 300 toiles. 

 

Béatrice de Fays devant ses toiles au Park Hyatt Hyderabad

 

En 2014, l’artiste a réalisé une installation interactive en réseau Univers Palimpseste - Paris Bombay et a connecté La Géode à Paris et le Nehru Science Centre à Bombay, dans le cadre du festival « French Touch » organisé par l'Alliance Française de Bombay. En temps réel entre Paris et Bombay, deux visiteurs se sont rencontrés virtuellement et ont créé ensemble des sons et images à travers une œuvre interactive.

 

 

 

En 2014, l'artiste a aussi réalisé une installation dans le village de Chinna Pattanoor dans le Tamil Nadu pendant laquelle tout s'est articulé autour des villageois placés au centre de la création. Plongée dans la matière sonore et visuelle, la silhouette des villageois devient une projection créative, emportée dans un mouvement de transformation continue...

 

 

 

En 2019, l'artiste a proposé une installation au India Habitat Center à Delhi dans laquelle les mouvements des visiteurs génèrent une œuvre multimédia en constante évolution.

 

 

 

Et en 2019, les rochers de granit du plateau du Deccan font leur apparition :

 

 

 

L’exposition A Woman in the Dance-City

"Un jour, j'étais allongé sur un rocher de granit, l'univers extérieur s'est effacé comme une illusion, et j'ai commencé à plonger dans une réalité intérieure. Là, des connexions se sont établies dans les interstices des images et des sons, d'une époque à une autre, d'un âge à un autre, d'un espace à un autre..." raconte Béatrice de Fays.

L’exposition A Woman in the Dance-City est  présentée par L'Alliance française d'Hyderabad et l'Institut français en Inde et fait partie de <de>confine 2021, le festival d'art numérique d'Asie du Sud (porté par l’Alliance Française de Ahmedabad). 

 

Clichés de l'installation A Woman in Dance-city de Béatrice de Fays

 

Les 12 peintures de cette exposition racontent l'histoire d'une femme dans la ville d'Hyderabad. Un rêve poétique inspiré par les rochers de granit du plateau du Deccan, chaque peinture prend vie grâce à une application en réalité augmentée via l'application in.space disponible sur Android et iPhone.

Dans cette série, une femme (ou même un homme ou un enfant) rencontre 12 entités, espaces et énergies : le Bouddha des rochers, la libellule, l'arbre, la source, le repos, la danse...

En se déplaçant dans les œuvres avec un appareil mobile, le visiteur découvre les dimensions spatiales, narratives et sonores.

L’installation est visible au Park Hyatt Hotel à Hyderabad jusqu’au 13 décembre 2021.

 

Cette installation est la première d’une série et l’artiste a plusieurs sujets en tête pour la poursuivre et plus particulièrement la vieille ville d’Hyderabad et Goa. Toutes les installations de l'artiste sont visibles sur son compte Vimeo.

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Bombay ?

Chennai
DÉCOUVERTE

Le SIKKIM, un paradis indien 

Christine Sigot nous fait partager son enthousiasme pour le SIKKIM, petit état indien blotti dans les contreforts himalayens, qu’elle a découvert avec son mari pendant les fêtes de fin d’année 2021.