Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 3548

L’eau du robinet potable en Inde ? Uniquement à Mumbai !

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 18/11/2019 à 00:50 | Mis à jour le 18/11/2019 à 10:43
Photo : Deux petits camions livreurs d'eau dans une rue de Mumbai
Eau potable Inde Mumbai

Le ministre de la consommation a fait réaliser une étude sur la qualité de l’eau du robinet dans les 21 grandes villes du pays. Le Bureau of Indian Standards a effectué 10 prélèvements dans les canalisations d’eau de chacune des villes et a analysé leur qualité. Les résultats viennent de sortir et l’eau est uniquement conforme aux normes de qualité à Mumbai ! Les municipalités de Delhi, Kolkatta, Bengaluru, Lucknow et Chennai distribuent à leurs résidents une eau qui ne satisfait quasiment aucun des critères pour être considérée comme propre à la consommation humaine. 

 

Les normes varient suivant les pays. En Inde, les paramètres qui déterminent si une eau peut être consommée sont définis par le “Indian Standard 10500:2012”. En Europe, c’est une directive du conseil européen (98/83/EC) qui a fixé les normes de qualité de l'eau pour la consommation humaine. A titre d’exemple, en Inde, il ne doit pas y avoir plus de 0,5mg/L d’ammoniaque dans l’eau potable tout comme en Europe; par contre, l’eau ne doit pas contenir plus de 0,3mg/L de fer alors qu’en Europe, la plafond est de 0,2mg/L. 


Pas d’eau potable dans les grandes villes indiennes

Les analyses effectuées par le ministère de la consommation avaient pour objectif de vérifier les paramètres physiques de l’eau (transparence, matières en suspension, salinité, ...) et de déterminer la présence des substances chimiques et toxiques. Les chimistes ont aussi vérifié sa qualité bactériologique ainsi que ses paramètres virologiques et biologiques. 

Selon NDTV, aucun des paramètres suivants n’étaient dans la norme dans les échantillons prélevés à Chennai : transparence, odeur, dureté, quantité de chlorure, de fluor, d’ammoniaque, de bore et de coliforme (une grosse entérobactérie fermentant le lactose avec production de gaz). De même à Delhi, aucun des 11 échantillons prélevés ne contenait de l’eau potable, tandis qu'à Mumbai, la totalité des échantillons étaient dans les normes.  

 

Tweet du ministre de la consommation sur les résultats de l’analyse de l’eau


 

Mumbai, seule mégalopole à fournir de l’eau potable

En mai 2019, la mairie de Mumbai (Brihanmumbai Municipal Corporation - BMC) avait déclaré que seulement 0,7% des échantillons d’eau prélevés dans les tuyaux de la ville présentaient des traces de la bactérie coliforme, dont la présence dans l’eau indique l’existence d’organismes pouvant causer des maladies. C’est inférieur à la limite donnée par l'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) qui est à 5%. 

Selon le Times of India, la BMC a entrepris une vaste opération de renouvellement des canalisations et des laboratoires de contrôle depuis 2012, lorsque les cas de maladies dues à la contamination de l’eau avaient augmenté sérieusement. Tous les tuyaux d’acheminement de l’eau qui étaient en surface ont été enterrés dans des tunnels. Aujourd’hui, la ville dispose de 14 de ces tunnels. Les outils utilisés pour vérifier la conformité de l’eau ont été remplacés et le nombre d’échantillons prélevés pour surveiller la qualité augmenté. Un ingénieur en charge de ces vérifications a affirmé au Times of India : “Nous collectons 3 000 échantillons par mois ce qui est supérieur à la norme de 1 250 recommandée par l’OMS.”

 

L’eau distribuée par la municipalité de Mumbai serait donc potable, mais comme le soulignait un ingénieur hydraulique de la BMC, il y a un risque de contamination sur le dernier maillon de la chaîne d’approvisionnement de l’eau : les réservoirs d’eau dont disposent tous les immeubles et qui sont privés. Il est primordial qu’ils soient entretenus et nettoyés régulièrement.

 

eau Mumbai reservoir
Communiqué annonçant le nettoyage des réservoirs

 

L’eau, un enjeu majeur pour l’Inde

L’eau, et plus particulièrement l’eau potable, est un problème majeur en Inde. Aujourd'hui encore, 75% des foyers indiens n’ont pas accès à de l’eau potable et pratiquement 70% de l’eau considérée comme potable est en fait contaminée. L’organisme en charge du contrôle de la pollution (Central Pollution Control Board - CPCB) estime que les réserves d’eau indiennes, qu’elles soient en surface ou souterraines, sont polluées. En mars 2018, le CPCB a mentionné dans un rapport qu’en 5 ans, le nombre de rivières polluées est passé de 121 à 275.

Cette augmentation est principalement due au déversement des eaux usées dans les rivières sans traitement préalable. Le CPCB ajoute aussi que les réserves souterraines sont contaminées par des éléments métalliques et des excréments humains.

 

D’autre part, on a observé une baisse alarmante des niveaux des rivières et des réserves souterraines. Un rapport du gouvernement énumère les causes suivantes : exploitation excessive des réserves, diminution des précipitations et augmentation du nombre de jours sans pluie pendant la mousson. L'année prochaine, 21 villes indiennes sont susceptibles de souffrir de pénurie d’eau, notamment Delhi, Bengaluru, Chennai et Hyderabad. C'était déjà le cas cette année à Chennai.

 

Eau potable Inde Mumbai
Distribution d'eau dans un quartier défavorisé de Mumbai

 

 


Pour en savoir plus sur les normes de qualité de l’eau dans le monde :

Les recommandations de l’OMS

Les normes françaises


 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Lima

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.